N° 209, septembre 2008



 4     Les Grosses Têtes de Tahiti
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Analyse de l'actualité
 9    Confidences
10    Le dévoiement de l’autonomie
12     Humour
13    Baromètre
15    Du Uru au “Big Mac”
20    Simone Grand
22    Un autre “procès politique” à Tahiti
26    Une visite au Musée ethnologique de Berlin
28    “Le péril jaune”
30    Nouveau concept touristique à Moorea
32    Tahiti malade, un an après...
34    Bilan provisoire du crash de Moorea
36    Défaillance de l’expertise juridique à Tahiti ?
38     Première “vente sur offre” de Tahiti
40    Il y a 50 ans, de Bishop mourrait lors d’un naufrage
41     Littérature : “Il était une fois une île...”
43    Evénements du Pacifique en août 2008
49    Les événements de Tahiti en août 2008
50    Balises des îles­­

10 - Comment l’autonomie a été dévoyée.
 

 

15 - Du 'uru au “big mac”, mutations dans l’alimentation des Polynésiens


HUMOUR

L’AUTONOMIE EN ECHEC

 

 

A en pleurer !

 A Tahiti, il y a une crise économique grave (effondrement du prix de la perle, chute du nombre de touristes, faillite de la pêche hauturière, etc.) une crise sociale grave (inflation, chômage endémique des jeunes, paupérisation voire prolétarisation d’une grande partie de la population autochtone), crise de l’énergie (comme partout ailleurs), crise environnementale (la petite fourmi de feu et les déchets domestiques), mais il y a surtout une crise de confiance absolument dramatique envers le pouvoir politique local. Les hommes qui le composent démontrent leurs honteux nombrilisme et égoïsme, leur incapacité de voir ou comprendre à quel point et à quelle vitesse le système économique et social de pacotille mis en place depuis 30 ans, contraire à tout bon sens logique et économique, est en train de se fissurer. Tous les pans de la société de Tahiti déclarent à l’unisson être fiu, fiu, fiu ! des sinistres frasques et tergiversations d’une classe politique qui n’œuvre que pour s’octroyer des privilèges sur le dos des contribuables ou pour capter le pouvoir afin d’instaurer ou restaurer “son” clientélisme quasi mafieux. C’est tout simplement affligeant car ce comportement non seulement détruit la réputation mondiale et quasi mythique de nos superbes îles, mais il ôte aussi tout espoir à la jeunesse. Nos mégalomanes aveugles et sans morale, appelés politiciens, s’en rendent-ils seulement compte ?

Apparemment non, puisqu’un mois de discours stériles, de règlements de comptes entre partis et de petits jeux sournois lors de la session budgétaire l’assemblée territoriale n’ont aboutit qu’à créer encore des commissions d’études, à faire tamponner des dates sur les œufs et à créer une “taxe de développement locale” (!) sur le saumon fumé ! La seule unanimité obtenue a été pour demander la révision d’une clause du statut concernant les qualifications requises pour être président du Haut conseil, car la qualification requise, (être un magistrat du droit administratif) empêche (pour l’instant) ce gros fromage d’être octroyé à un Polynésien. Sidérant ! C’est Néron qui joue de la viole pendant que Rome brûle. S’en rendent-ils seulement compte ? Comme l’écrit M. Regnault (p. 32), notre seul espoir est « qu’enfin la Justice fasse son œuvre et en toute indépendance, qu’elle tape très fort pour qu’enfin ce qui paraît “naturel” à certains hommes politiques soit perçu comme “une honte” ». Pour les autres comportements scandaleux, voyez nos pages intérieures.

Du côté économique, rien ne va bien mieux. Entre les menaces permanentes de renversement du gouvernement, celui-ci tentait bien de tenir quelques colloques et autres tours de table sur l’énergie, les perles ou l’agriculture, mais comme personne ne sait si les ministres ou président présents seront encore en poste deux jours plus tard, une bonne ambiance ou une franche volonté d’aller de l’avant semblaient absents, surtout que les décisions furent annoncées pour “plus tard”.

Ainsi se maintient-on clopin-clopant dans le même vieux système en continuant de taxer les frais de transport des marchandises (qui explosent avec la crise énergétique), les technologies renouvelables (malgré la demande d’une franchise totale de ces produits par l’opposition, refusée), en maintenant les honteux monopoles et en subventionnant tous les secteurs supposés être les moteurs de notre économie (tourisme, perle, pêche).
Tahiti est ainsi devenue un véritable “Alice au pays des merveilles” économique, mais aussi dans d’autres domaines. Tout est devenu abracadabrant avec des incessants copié - collés de chaque loi métropolitaine voire norme européenne, qui en fait transforment les archipels en zones de “non droit” car elles y sont souvent inapplicables. Le cas hallucinant de la seule famille (polynésienne) qui habite en autarcie (à la traditionnelle) depuis 21 ans sur l’atoll isolé de Scilly (deux bateaux par an, et encore !) en est un exemple parfait : le père de famille a été condamné par le tribunal (les juges ont-ils jamais mis le pied sur un atoll ?) à 6 millions Fcfp (50 000 euros !) d’amende pour « vente de viande de tortue de mer » (il en fait l’élevage) lors d’un procès pour lequel il n’a, pour cause, jamais reçu la convocation. Autre exemple : alors que la plupart des familles (nombreuses) tahitiennes se sont endettées pour acheter les fameux “4X4 double cabines”, des véhicules capables de transporter leurs mini-tribus, voici qu’on interdit subitement le transport de personnes dans les bennes. On aurait quand même pu accorder une période de transition de plusieurs années afin que ces véhicules soient amortis.

En fait, tout ceci montre à quel point le fossé et l’incompréhension entre l’élite technocratique urbaine de Tahiti et les populations des districts et archipels continuent de croître inexorablement, que souvent des lois importées et censées faciliter la vie quotidienne en fait la rendent plus compliquée, ci ce n’est parfois impossible.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

Vendredi 1er août
- Départ à Tahiti du Tour de l’amitié, course cycliste en 8 étapes.
- Les comptes de la liste d’Emile VERNAUDON pour les dernières élections municipales sont rejetés. M.VERNAUDON risque l’inéligibilité.

Jeudi 2 août
- Un hélicoptère s’abîme sur les hauteurs de Paea à Tahiti, et fait trois blessés légers.
- Richard TUHEIAVA, membre du Tavini Huiraatira depuis trois semaines et avocat au barreau de Papeete, est candidat de  l’U.P.L.D. aux élections sénatoriales.

Lundi 4 août
- Christophe PLEE est élu président du conseil d’administration de la société de financement du développement de la Polynésie française, la SOFIDEP.

Mardi 5 août
- L’assemblée de Polynésie française adopte le projet de loi du Pays concernant la baisse du taux réduit de la TVA de 6 à 5%.

Jeudi 7 août
- La cour d’appel condamne Gilles Tefaatau, ancien ministre des petites et moyennes Entreprises et de l’Industrie, à un an d’inéligibilité et à 500 000 Fcfp d’amende dans une affaire de prise illégale d’intérêts.
- Dans une affaire de prise illégale d’intérêts, la Cour d’Appel condamne Lana Tetuanui, représentante UDSP à l’Assemblée de Polynésie française à 500 000 Fcfp d’amende, un an de prison avec sursis, et un an d’inéligibilité. Son époux Cyril Tetuanui, ancien maire de Tumaraa à Raiatea, est condamné à 18 mois de prison avec sursis, 500 000 Fcfp d’amende et de quatre ans d’inéligibilité.
- Grève dans le secteur de l’hydrocarbure.

Vendredi 8 août
- Le cycliste australien Luke Dale remporte le Tour de l’Amitié.
- Décès du journaliste polynésien Eugène Roe.

Samedi 9 août
- Cérémonie et pose de deux stèles en mémoire des victimes du crash du Twin Otter d’Air Moorea un an après le drame.
- L’équipe de va’a (pirogue polynésienne) de Tahiti remporte 71 médailles, dont 31 en or aux championnats du monde de va’a.

Lundi 11 août
- Rentrée scolaire en Polynésie française.

Mardi 12 août
- Le président de l’assemblée de P.F. Oscar TEMARU reçoit Pierre André Wiltzer, président du conseil d’administration de l’AFD (Agence Française de Développement),.
- Signature d’une convention pour la construction d’un futur centre technique aquacole à Vairao, Tahiti, pour un coût total de 380 millions Fcfp dont 340 millions Fcfp investit par la P.F.
- Grève partielle du personnel de la police municipale et des pompiers de Moorea.

Mercredi 13 août
- Hiro Tefaarere crée son parti politique, le  “A Rohi”.
- Le conseil des ministres annonce que le salaire minimum passe de 140 000 Fcfp à 145 306 Fcfp à partir du 1er septembre.

Samedi 16 août
- Georges Cronsteadt remporte la course de pirogue Super Aito, course en trois étapes.
- Décès de Monseigneur Michel Coppenrath, ancien archévêque de Papeete

Dimanche 17 août
- Décès de Teraipoia Hoiore, « grand-mère » des étudiants polynésiens en Métropole.
- Collision nocturne mortelle entre deux bateaux dans le lagon de Bora Bora.

Lundi 18 août
- Présentation de la nouvelle organisation du stationnement payant dans le centre-ville de Papeete. Elle sera appliquée à partir du 1er septembre.

Mardi 19 août
- Gaston TONG SANG se déplace qur l’île de Niue pour la cérémonie d’ouverture du 39è Forum des îles du Pacifique.

Mercredi 20 août
- L’assemblée de Polynésie française vote la suspension provisoire de la taxe d’exportation des perles, appelée droit spécifique sur les perles exportées (DSPE). Cette taxe qui s’élève à 200 Fcfp par gramme de perle sera suspendue pour une période d’essai allant du 1er octobre au 31 décembre 2008.

Vendredi 22 août
- Fin de la grève des policiers municipaux et pompiers de Moorea.

Samedi 23 août
- Béatrice VERNAUDON et Gaston TONG SANG nommés candidats du groupe To Tatou Ai’a pour les élections sénatoriales.
- Teiva Manutahi et Aldo Tirao nommés candidats de Porinetia Ora pour les sénatoriales.
- Emile VERNAUDON exige la démission du ministre de l’Agriculture, Fernand ROOMATAAROA, et du ministre de la Jeunesse et des Sports, Clarenntz VERNAUDON.

Lundi 25 août
- Rentré universitaire en Polynésie française.
- Le tribunal correctionnel de Papeete examine le dossier « Vahine connection », affaire de trafic d’ice mêlant 19 personnes dont plusieurs femmes passeuses de drogue.

Mardi 26 août
- Signature d’une convention entre le ministère de l’Aménagement et le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Mercredi 27 août
- Michel BUILLARD, député-maire de Papeete annonce son soutien à M.TONG SANG et Mme VERNAUDON aux sénatoriales.
- Le conseil des ministres accorde une avance de trésorerie de 2 milliards Fcfp à Air Tahiti Nui pour faire face à la hausse du prix du pétrole.

Jeudi 28 août
- Ouverture de la Foire agricole à Faa’a.
- Arrivée de Liane FOLLY à Tahiti pour un « one woman show ».

Samedi 30 août
- Jacky Bryant et Maxime Hauata sont nommés candidats du parti Heiura - les Verts pour les sénatoriales. 

 Poema


Evénements dans le Pacifique Sud

Nuku’alofa, 1er août - Le nouveau roi de Tonga, Siaosi Tupou V, qui succède à son père Taufa’ahau Tupou IV, décédé en 2006, a été officiellement intronisé à Nuku’alofa, la capitale de cet archipel du Pacifique Sud (lire notre reportage, TPM 208). Tupou V devient ainsi le 23ème roi d’une dynastie fondée au XVIIe siècle. Prévue en août 2007, cette intronisation officielle avait été reportée d’un an en raison des émeutes qui avaient secoué l’île, fin 2006.

Canberra, 5 août - Après des années dans le déni, les militaires britanniques ont reconnu que des soldats et membres du personnel militaire ont été exposés à des niveaux dangereux de radioactivité lors des essais nucléaires britanniques en Australie et à l’île Christmas dans les années 1950-60. Des documents montrent que le ministère britannique de la défense a reconnu que les essais nucléaires sont à l’origine de la mort de certains militaires. Le ministère souligne aussi que sur les 20 000 personnes qui ont participé aux expérimentations, 159 hommes seulement ont été exposés à la radioactivité.

Auckland, 6 août - A la suite d’une seconde contraction de l’économie pour le deuxième trimestre consécutif. Le ministère de l’économie et du trésor de Nouvelle-Zélande est persuadé que l’économie de ce pays est en phase de récession. L’économie est confrontée à plusieurs problèmes : une sécheresse implacable dans certaines régions du pays et une baisse de la consommation, des ventes immobilières et du dollar néo-zélandais.

Honolulu, 10 août - Les territoires américains du Pacifique se rebiffent contre l’intention du président américain, George W. Bush, de déclarer « monument national » des groupes d’îles considérées comme les plus belles du monde : Palmyra dans les îles de la Ligne, à cheval sur l’équateur, certaines parties des îles des Mariannes du Nord et du Samoa américain. Inutile de dire que l’exploitation minière, la pêche et le tourisme sont interdits dans un monument national. Des représentants des îles des Mariannes du Nord ont fait connaître leur vive opposition et estiment que la décision du président américain est arbitraire et dénoncent le manque de consultation.

Nauru, 11 août - Le gouvernement de Nauru fait pression pour qu’une banque commerciale s’installe dans cette petite république océanienne du Pacifique. L’île est dépourvue de services bancaires depuis l’effondrement de la Bank of Nauru, il y a maintenant plusieurs années. Les transactions se font en argent liquide et chaque semaine d’importantes quantités d’argent sont envoyées par avion dans des comptes en banques australiens ou ramenées à Nauru. Le ministre des Finances : « C’est un obstacle majeur au développement des affaires à Nauru où un certain nombre de petites entreprises ont besoin d’un capital de départ et de facilités de crédit et tout cela n’existe pas. »

Saipan, 12 août - Les services du tourisme des îles des Mariannes du Nord sont en négociation avec une compagnie aérienne russe, Dalavia, qui envisagerait des liaisons aériennes bihebdomadaires entre la Russie et Saipan, l’île capitale du Commonwealth des Mariannes du Nord. Ce marché reste une ouverture très intéressante pour une industrie du tourisme qui traverse une période difficile, surtout que les touristes russes prendraient des vacances plus longues que les visiteurs japonais ou taïwanais.

Suva, 15 août - L’Association des propriétaires des thoniers des îles Fidji est montée à nouveau au créneau pour dire que cette industrie de plus de 200 millions de dollars (14 milliards de Fcfp) est sur le point de s’effondrer. Il ne reste que six navires locaux spécialisés dans la pêche au thon et les propriétaires de ces navires ne vont pas survivre longtemps car les coûts d’exploitation des pêcheurs locaux sont 30% plus élevés que ceux des concurrents étrangers.

Suva, 18 août - Les États-Unis ont rendu hommage à cinq agents de sécurité fidjiens morts en Irak. Ces cinq hommes ont reçu à titre posthume la Médaille de la Liberté, une médaille créée à l’origine pour rendre hommage à toutes les victimes des attentats terroristes du 11 septembre aux États-Unis. Ils ont été recrutés par une compagnie de sécurité américaine du Groupe Armor pour assurer la sécurité des fourgons de transport de fonds à travers l’Irak. L’attaché militaire américain a rappelé aux familles la valeur du sacrifice de ceux qui ont laissé leur vie dans le cadre d’un « effort international pour combattre le terrorisme et préserver la liberté ».

Niue, 22 août - Pour la première fois le mot “suspension” a été utilisé dans un communiqué. Les chefs de gouvernement du Pacifique ont averti les îles Fidji de la possibilité d’une suspension du Forum des îles du Pacifique si le mépris à l’égard de la démocratie persiste. Une décision sans précédent. Selon Helen Clark, Premier ministre de Nouvelle-Zélande, Frank Bainimarama, Premier ministre provisoire de Fidji et dirigeant du coup d’état militaire de 2006, ne bénéficie pas du soutien des 15 chefs de gouvernement de la région. Frank Bainimarama ne veut pas entendre parler d’élections tant qu’un système électoral “non racial” et “véritablement démocratique” n’aura pas été mis en place aux îles Fidji.

Canberra, 25 août - Un nouveau rapport de l’agence d’aide australienne AusAid sur les progrès économiques et sociaux dans le Pacifique souligne que l’aide internationale n’a pas suscité de réduction substantielle de la pauvreté dans le Pacifique. L’Australie fournit environ la moitié de l’assistance au développement proposée aux pays insulaires du Pacifique et les programmes d’aide australiens pour l’année financière 2008-09 porte sur un milliard de dollars (70 milliards Fcfp). L’extrême pauvreté s’est accentuée au cours de ces dix dernières années. Dans le Pacifique, trois millions de personnes au moins vivent avec environ un dollar par jour, (70 Fcfp). Un million d’enfants ne va pas à l’école et 18 000 enfants meurent chaque année de maladies évitables.

Auckland, 27 août - Les pages du moteur de recherche le plus populaire, Google, a été traduit en Te Reo, la langue maorie, par une équipe de traducteurs volontaires. D’autres langues du Pacifique devraient bientôt suivre, Samoa, Tonga et Fidji sont sur la liste tandis que Nauru et Tahiti auraient aussi déposé une demande. La traduction en Te Reo a nécessité un an et la Commission de la langue maorie ou Te Taura i te Reo Maori a aidé les traducteurs.

Nuku’alofa, 28 août - Les deux compagnies aériennes assurent les vols intérieurs du royaume de Tonga et la débâcle de l’une d’entre elles a immobilisé des dizaines de passagers. Cette déconfiture survient à peine quelques semaines après les cérémonies de couronnement du roi Tupou V qui ont fait faire des heures supplémentaires aux pilotes et au personnel des deux compagnies aériennes intérieures. 
Airline Tonga aurait récemment vendu 40% de ses parts à l’homme d’affaires tongien, Saia Moehau.


Port Moresby, 29 août - L’affaire Julian Moti, le scandale taïwanais, les 40 millions de dollars dans une banque de Singapour, les braquages des agences de la Banque du Pacifique Sud sont autant d’incidents qui ont convaincu le député Sam Basil de dire que les allégations de corruption et de détournement de fonds ne préoccupent plus du tout la classe politique de Papouasie Nouvelle-Guinée ; ces accusations « feraient autant d’effet qu’une goutte d’eau sur les plumes d’un canard ».

Suva, 29 août - Fidji est en deuil après la pire tragédie routière de son histoire récente. Un accident d’autobus qui a tué dix personnes, mortes prisonnières du bus tombé dans un fossé et en flammes. 

 
avec Pierre Riant à Radio Australie


 

La chanteuse - comédienne Liane FOLY est venue faire un “one woman show’ à Tahiti et bronzer à Bora Bora. 
(Ph. TPM) 

 

Emouvante cérémonie d’anniversaire avec inauguration d’une stèle à la mémoire des 20 victimes du crash
 du Twin-Otter d’août 2007. (Ph. TPM)  

 

 

Exposition d’art contemporain avec la participation de plusieurs artistes tels que Duday et Sabrina Birk à l’assemblée de Polynésie française. L’organisatrice Emilie Nguyen Vau présente un “veri” (cent-pieds) domestiqué. (Ph. TPM)



Décédés :

odette frogier

- Odette Teipo ite Marama FROGIER, enseignante et écrivain, à l'âge de 87 ans. Grande par sa gentillesse et sa générosité, discrète fille de l’anthropologue Frank J. Stimson, Odette a été l’institutrice de bien des leaders de Tahiti mais a surtout laissé le souvenir de son érudition, son altruisme et son dévouement, notamment envers les prisonniers de Nuutania où elle était visiteuse. Tahiti perd là une Grande Dame et une partie de sa mémoire. (Ph. ICA)

michel coppenrath

- Mgr Michel COPPENRATH, archevêque émérite de Papeete, à l'âge de 84 ans. Issu d’une famille polynésienne, devenu prêtre  à Poitiers à l'âge de 30 ans, il est devenu à Tahiti  "archevêque titulaire de Tigisi en Numidie” en 1968 puis archevêque de Papeete de 1973 à 1999, c’est-à-dire pendant toute la période des essais nucléaires en P.F. (Ph. DR).

eugène roe RFO

- Eugène Roe, journaliste, à l’âge de 58 ans. Ayant commencé sa carrière au Vea porotetani (Eglise évangélique) puis aux Nouvelles de Tahiti, Eugène intégra l’ORTF en 1974 en tant que journaliste bilingue français-tahitien, puis devint rédacteur en chef à Télé Polynésie en 1984. Intelligent, patient, aimé et respecté de tous, Eugène était l’essence même de “l’océanisation” (très difficile à ses débuts) de la télévision publique à Tahiti. (Ph. TPM).

claude cerdan tahiti

- Claude CERDAN, homme de caractère et écrivain (parfois sous le nom Jean-Pierre Lama), à l’âge de 67 ans. “Pied-noir” arrivé à Tahiti en 1969, il était toujours en combat contre les injustices qu’il découvrait dans la face de la société de Tahiti qu’on cache aux touristes. Son livre Regards, publié en 2003, une sorte de reportage sociologique sur la misère de l'esprit qui hante l'agglomération de Papeete, toutes ethnies concernées, semble être autobiographique. (Ph. TPM).