N° 244, septembre 2011


­­4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 8    Actualité
 9    Confidences
10    Actualité
11    TikiLeaks
12    Humour
13    Baromètre
14    Image
15    Tanna et le « culte cargo »
22    Fiu de Beslu
25    Iaorana de Simone
26    Contre les “diktats” de l’EDT
33    Essais nucléaires pas « propres »
38    Indépendance et sens de l’Histoire
40    Turbulences Pacifiques
42    Hommage à Francis Cheung
43    Publications
44    Nouvelle : Tribulations religieuses   
48    Les événements du Pacifique en août
49    Les événements de Tahiti en août
50    Balises des îles­­

p. 15  - Le “Cargo Cult” et l’affaire du roi de Tanna.  

 

p. 26 - Comment peut-on justifier le prix de l’électricité à Tahiti ? Et qui sabote le photovoltaïque ?


HUMOUR


Borgnes, sourds et aveugles et têtus

Toute personne de bonne foi s’est désormais rendue à l’évidence : la très grave crise économique de la Polynésie française a peu de liens avec la crise mondiale de 2008. Pour preuve, le PIB des Polynésiens a commencé à stagner en 2000 et depuis ne s’est pas arrêté de baisser.
Pourquoi ? Nous l’avons expliqué à maintes reprises dans ces pages : avec l’arrivée du CEP et de ses milliards, on a installé à Tahiti une société de consommation calquée sur la société industrielle de la métropole, on a transformé la Polynésie française en ville de garnison, selon le modèle de Brest, Metz ou Toulon. Mais voilà, les essais nucléaires sont terminés et l’armée française a déplacé la presque totalité de son commandement et de ses effectifs du Pacifique en Nouvelle-Calédonie, plus proche de l’Asie orientale et de l’Australie, espaces en voie de devenir le nouveau centre industriel du monde. En effet, personne, même le dictateur le plus fou, ne penserait attaquer ni occuper Tahiti et ses îles. Pour quel intérêt ?
Pour ­quelle ressource ? Pour quel besoin ? Même l’aéroport de Tahiti, vanté comme « porte-avion au milieu du Pacifique Sud », n’a plus d’intérêt depuis que les nouvelles générations de jets font quotidiennement les vols trans-Pacifique sans escale, d’autant plus que Papeete est pour les ­compagnies aériennes reconnu comme l’aéroport le plus cher au monde, à éviter.
Comme nous l’avons expliqué dans notre dossier du mois dernier, la Polynésie française n’a été réellement « décolonisée » qu’à la fin des années 1990, c’est-à-dire à la fin des essais nucléaires. Or quelles sont les nouvelles richesses qu’ont apporté les milliers de milliards déversés pendant les « 30 glorieuses nucléaires » (1966-1996) à Tahiti ? A part quelques aérodromes dans les îles, un port plus grand à Papeete, de nouvelle écoles et une université, bien peu de choses.
Par contre, les ahurissants effets négatifs sont légion et reconnus : perte de l’image d’un mythe unique, dépendance de l’importation alimentaire à 80%, dépendance croissante des « transferts ». Conseillé par les mêmes énarques avec toujours les mêmes solutions (des subventions, encore des subventions), on n’a fait que répéter les mêmes erreurs (lois Pons, Girardin) déjà commises en Guadeloupe, Martinique ou autre Réunion, suivies par les mêmes échecs (inégalités croissantes, économie sous perfusion ­croissante, « déficit structuré », comme dit l’IEOM). Le système actuel de la société de consommation, des privilèges, du saccage écologique et des castes corporatistes a surtout rendu les riches plus riches et a paupérisé, ­prolétarisé plus de la moitié de la population, celle qui est restée ­authentique, qui vit en harmonie avec son environnement et les ressources réelles de nos îles.
Le bilan est cruel et sans appel : calquer et appliquer le système social et économique de la France métropolitaine dans nos îles est l’équivalent de planter des poiriers ou cerisiers à Tahiti : ceux-ci crèveront sans jamais donner un fruit.
Nos « leaders » et leurs « experts », n’ayant admis la catastrophe que lorsque leurs émoluments et ceux de la « caste » ont été mis en danger, ­avalèrent leur autonomie tant proclamée et appelèrent Paris au secours. La France fit venir Madame Bolliet, grande spécialiste de l’administration française pour sûr, c’est-à-dire spécialiste des « poiriers et cerisiers » inadaptés à nos îles.
Totalement dépassés par l’effondrement de l’économie de Tahiti, sans avoir la moindre compréhension du problème et encore moins un plan de secours quelconque, suivant le raisonnement de type colonial du « si c’est Paris qui le dit, c’est juste ! », nos « leaders » appliquent aveuglement la potion Bolliet à la Polynésie agonisante, sans se poser de question. Sauf lorsque la potion touche à leurs privilèges. C’est la raison pour laquelle nous renouvelons notre suggestion, déjà formulée deux fois, notamment en juillet 2004 dans ces pages (hélas en vain) :

Nous suggérons de placer une annonce dans des grands médias internationaux (genre The Economist, Forbes, Le Nouvel Economiste, Economica, Wall Street Journal, etc.) laquelle dirait à peu près ceci :
« Avis aux économistes, “think tanks” et chercheurs de tous pays. Appel à concours. Petit pays insulaire, isolé et maritime du Pacifique Sud (pop. 270 000 habitants), après avoir obtenu l’autonomie de sa puissance coloniale, lance un concours international pour l’élaboration d’un schéma économique novateur, courageux (toutes les variantes, même des utopies du genre Sylvio Gesell, sont acceptées) destiné à assurer un développement durable capable d’intégrer et respecter les spécificités ­culturelles de sa population et la fragilité environnementale de ses îles. Il s’agit ici d’élaborer une “remise à zéro” d’un système actuel qui a démontré son ineptie. Le jury international sera composé d’experts économiques et utopistes mondialement reconnus pour leur sérieux. Outre la remise d’un prix conséquent, le(s) lauréat(s) dont le schéma est retenu sera (seront) promu(s) commandeur(s) de l’exotique ordre de Tahiti Nui. Pour tous détails, télécharger le dossier du concours sur le site... ».

Comme nos gouvernements ne veulent pas le faire, pourquoi la Chambre de Commerce ou le MEDEF, voire la CGPME, ne le font-ils pas ? Se ­suffisent-ils de leurs petits avantages douillets ? Je suis certain que l’intérêt pour un tel concours serait immédiat et immense. D’abord parce que le nom de Tahiti est encore magique.
Ensuite, parce qu’un grand nombre de chercheurs et spécialistes ­économiques plus ou moins prestigieux seront ravis de pouvoir proposer des théories qu’ils gardent dans leurs archives voire dans leur cœur, dont ils n’ont que rêvé car elles sont inadaptées pour les grands systèmes ­économiques des pays développés.
En plus, le tapage médiatique international que susciterait un tel concours serait une immense et positive publicité gratuite pour Tahiti. Même Paris, le si généreux bailleur de fonds de la Polynésie française, ne pourrait qu’être heureux si, grâce à ce concours d’un coût très modique, Tahiti découvrait un plan de développement, par la suite aussi applicable aux autres Dom-Tom, qui pourrait aider ceux-ci à se sevrer de la dépendance financière de la métropole, toujours croissante.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

1er août - Le nouveau président du tribunal administratif de Papeete, Bernard Leplat, prend ses fonctions.

2 août - Augmentation des prix des hydrocarbures : le prix du sans plomb a pris 7 Fcfp au litre, passant à 167 Fcfp.
Congrès des maires à Teva i Uta : les ­communes vont bientôt faire face à de ­nouvelles compétences qu’elles n’ont pas les moyens d’assumer.

3 août - Oscar Temaru annonce la baisse de la participation du Pays au Fonds intercommunal de péréquation (FIP) de 17
à 10%. Les maires protestent.
- Le Parquet de Papeete ouvre une ­enquête préliminaire pour « détournements de fonds publics et faux » dans le dossier d’attribution des fare du Fonds de développement des archipels à Tubuai qui avait
été sinistré après le passage du cyclone Oli en 2010.
- Les camions de la société SMPP-Sogeba s’installent devant la présidence et sur l’avenue Bruat pour forcer le gouvernement à payer les sommes qu’il doit à la société.

5 août - Le gouvernement annonce qu’il va devoir inscrire 63 milliards Fcfp
de pertes, étalées sur cinq ans, afin de rétablir la vérité des comptes car il est reproché au Pays de ne jamais ou trop ­rarement avoir inscrit dans ses budgets de ­dotation aux amortissements, les admissions en non-valeur et les provisions.
- Exposition du SIPOF (Sociétés industrielles polynésiennes) à l’assemblée.
- Thomas Moutame, maire de Taputa­puatea, en appel pour avoir refusé en novembre 2009 de marier un transsexuel reconnu par l’Etat civil.

7 août - Le « regroupement de perliculteurs » organise sa 2e vente aux enchères internationale de perles de culture de Tahiti.
- Rete Ebb remporte la course de pirogue Super Aito 2011 dans son ensemble, avec seulement une seconde d’avance sur le deuxième, Yoann Cronsteadt.

9 août - Les camions de la SMPP-Sogeba continuent à occuper l’entrée de la présidence. La direction et le collectif des ­salariés sont reçus par le haut-commissaire Richard Didier.
- Frédéric Audras nommé directeur de l’AFD (Agence française de développement) en Polynésie française

10 août - La seconde vente aux enchères du « regroupement de perliculteurs » est un succès :  34 acheteurs ont acquis 320 119 perles pour un montant total de 363 millions.
- Le gouvernement dévoile une nouvelle taxe de 1%, sur  tous les équipements ­électriques importés afin de combler le déficit du Fonds de régulation des prix des hydrocarbures qui subventionne l’EdT.
- Le haut-commissaire invite les ­professeurs stagiaires affectés en métropole à saisir le tribunal administratif.

11 août - La Présidence accuse le patron de la SMPP, Robert Bernut, de ne pas faire à ses employés « un compte rendu sincère des discussions menées avec le gouvernement. Ses exigences relèvent du délire ». 

12 août - Le haut-commissaire, Richard Didier, entame une  tournée administrative dans l’archipel des Marquises.

16 août - La goélette Tara, qui sillonne les océans depuis septembre 2009 dans le cadre d’une mission scientifique, fait escale à Papeete. 
- Le quotidien La Dépêche annonce que la ruine de l’ancien hôtel Tahara’a viendrait de faire l’objet d’un compromis de vente entre son propriétaire et un cabinet d’investissement parisien qui voudrait y créer un véritable village. 

17 août - Un requin attaque un surfeur à Teahupoo (seule la planche a été mordue).
- L’emploi salarié marchand baisse depuis le début de l’année 2011. La baisse de l’emploi sur un an est de -2,9%.
- Annonce que la chaîne TNTV ne fermera pas, mais que sa subvention sera réduite.
- Interconsulaire (rencontre entre les Chambres de Commerce des trois collectivités françaises du Pacifique) à Moorea.

18 août - Poussés par le syndicat CSTP-FO, des salariés de la SMPP-Sogeba ont déposé un référé devant le tribunal du ­travail et ont eu gain de cause pour le ­paiement de leurs salaires.
- L’Office polynésien de l’habitat social accuse un déficit annuel de 450 millions Fcfp. Les loyers pourraient être augmentés.

19 août - Le tribunal administratif rejette les requêtes des professeurs stagiaires visant à faire annuler leur affectation en métropole, considérant que ces derniers devaient obéir au dernier ordre qui leur a été donné.
- Sauvetage d’un poti marara qui était tombé en panne à 55 km à l’est de Nuku Hiva, dans l’archipel des Marquises.
- Cérémonie d’ouverture de la compétition de surf Billabong Pro, à Teahupoo.
- L’examen du « projet de loi du Pays ­portant code la propriété publique », texte sur le foncier, controversé et contesté,
est ­annulée à l’assemblée.
- Décès de Dexter Cave, biologiste ­tahitien réputé.

24 août - Election de Steeve Hamblin, ancien ministre du Tourisme, au poste de président du C.A. de Tahiti Tourisme.
- 4e journée d’attente de vagues à la Billabong Pro Teahupoo 2011.
- Deux lauréats polynésiens au Festival du livre insulaire d’Ouessant, ex-aequo pour le prix « sciences » : le sociologue et anthropologue Christophe Serra-Mallol pour son ouvrage intitulé Nourriture, abondance et identité et Teiki Huukena pour Te Patutiki, Dictionnaire du tatouage polynésien des îles Marquises.
-
25 août - Décision de l’Etat à poursuivre au contentieux le dossier des professeurs stagiaires visant à faire annuler leur ­affectation en métropole.
- Election de Stéphane Chin Loy à la tête de la CCISM, succédant à Gilles Yau.
- Le Premier ministre François Fillon dévoile à Paris un nouveau coup de rabot de 10 % sur les niches fiscales pour 2012. Les crédits d’impôt sur les équipements écologiques et l’investissement en Outre-mer sont concernés.

26 août - Dans « l’affaire » des professeurs stagiaires, le vice-président  Antony Géros prévient que si l’Etat reste campé sur ses décisions « arbitraires et irrespon­-sables », « nous allons entrer en guerre ». Après avoir menacé de boycotter le drapeau français à l’ouverture des Jeux du Pacifique, il promet un « défilé agité », pour protester.
- Les salariés de la SMPP-SOGEBA ­bloquent l’accès du parking de la vice-présidence suite au départ d’Oscar Temaru du territoire pour Samoa.
- Le body-builder tahitien Steeve Wong Foen est arrêté à sa descente de l’avion à l’aéroport de Nouméa. Il transportait des produits dopants prohibés. Arrêté, le sportif de 31 ans a été exclu des Jeux du Pacifique.

27 août - Suite à une très forte houle, le haut-commissariat limite la navigation dans les zones exposées à la houle et interdit les activités nautiques à l’exception des ­mouvements des bateaux assurant une ­mission de service public. Les hauteurs de vagues prévues pourraient atteindre une amplitude comprise entre 4,5 et 5 mètres, avec des hauteurs maximales pouvant atteindre le double de ces valeurs.

28 août - Le président de la République, Nicolas Sarkozy ouvre les 14e Jeux du Pacifique à Nouméa devant les 3 500 athlètes venus de 22 pays du Pacifique. Les « menaces » du ministre des Sports ­polynésien, Tauhiti Nena, et du vice-président Géros, de boycotter le drapeau français n’est pas mise à exécution et la délégation de Tahiti a finalement défilé derrière le ­drapeau tricolore.

A.d.P. 
AdP

Evénements dans le Pacifique Sud

  Port-Moresby, 1er août – La police de Buka, chef-lieu de l’île de Bougainville, s’est déclarée ce week-end impuissante face à une foule de quelque 200 personnes qui avaient décidé de se livrer à un pillage en règle d’un magasin de la ville. Quelques jours auparavant, mardi 26 juillet 2011, un autre magasin, appartenant à un Asiatique, avait aussi été pris pour cible par un groupe de personnes armées.

Nuku’alofa, 1er août - Jour férié en l’honneur de l’anniversaire du Roi de Tonga – Pour ses 63 ans, George Tupou V s’offre un défilé militaire, avec la participation des fanfares de la marine américaine et de l’armée de terre australienne. En réalité le Roi George Tupou V est né un 4 mai, mais il a décidé par décret de fêter son anniversaire le 1er août, jour de
son couronnement en 2008.

Auckland, 2 août - 18 mois de prison ferme pour un trafiquant de faux papiers. Gerard Otimi devra aussi s’acquitter de 10 000 dollars de dommages et intérêts à ses victimes, la plupart des insulaires du Pacifique ayant dépassé leur visa. Chacun a payé 430 dollars au trafiquant qui leur délivrait ensuite un certificat bidon d’appartenance à sa tribu maorie, ce qui leur aurait donné le droit de rester en Nouvelle-Zélande.

Papouasie Nouvelle-Guinée, 3 août - le Parlement a élu un nouveau Premier ministre, Peter O’Neil. Ministre du Trésor puis du Travail dans le précédent gouvernement, Peter O’Neil bénéficie d’une confortable majorité, élu à 70 voix contre 24. Peter O’Neil est originaire de la province sud des Hauts-Plateaux par sa mère, et Australien par son père.

Port Vila, 3 août - Le Vanuatu est le quatrième pays du Pacifique à promettre de signer la Convention de l’ONU contre la corruption – Cette Convention ­criminalise la corruption, oblige l’Etat-signataire à créer un organisme de lutte contre la corruption et à assurer la transparence des comptes de campagne électorale.
- Un avion transportant 5 touristes néo-zélandais s’est écrasé en tentant un atterrissage d’urgence sur le cours de golf de l’hôtel Warwick Le Lagon, au bord du lagon Erakor sur l’île principale d’Efate. Trois des touristes ont été admis à l’hôpital.

Nuku’alofa, 4 août - Un mariage royal consanguin choque les Tongiens – Le Prince ‘Ulukalala, second dans l’ordre de succession au trône, s’est fiancé avec l’Honorable Sinaitakala Tu’imatamoana Fakafanua, la semaine dernière. Or ce sont des cousins issus de germains. L’objectif est de garantir la pureté du sang de la famille royale. Mais avec l’arrivée de l’Internet et l’ouverture croissante de la société tongienne, ces épousailles choquent les Tongiens. Les gens se demandent si ce mariage étroitement consanguin ne bafoue pas les valeurs chrétiennes et la morale. Pour les Tongiens qui n’ont pas de sang bleu, la loi autorise les mariages entre cousins à partir du troisième degré mais pas entre cousins germains ou issus de germains.

Suva, 5 août - Le gouvernement fidjien a passé un décret interdisant les grèves dans les entreprises publiques qualifiées d’« essentielles » pour la viabilité de l’économie nationale. D’autres formes d’action syndicale comme le freinage de la production ou la prise collective de congés maladie sont également interdites.

Canberra, 5 août - L’Australie a attiré moins de touristes étrangers en 2010. Le dollar australien est fort en ce moment, cela n’encourage donc pas trop les visiteurs. En revanche, les Australiens restent fidèles à leur réputation de globe-trotters. C’est la première fois qu’il y a un tel déficit de touristes, avec 7,4 millions de voyages vers l’étranger, et seulement 5,9 millions de voyages vers l’Australie.

Niue, 8 août - Un énorme “bang” a été entendu sur Niue, d’un bout à l’autre de la petite île de 64 kilomètres de circonférence. Il s’agissait d’une météorite qui a explosé à 20 kilomètres au-dessus de Niué. Selon la radio néo-zélandaise internationale, les Niuéens ont vu une lumière blanche, et comme une flamme traversant le ciel. Aucun dommage n’est à déplorer.

Agana, 9 août - Compression de fonctionnaires à Guam – Le gouvernement a impérativement besoin de faire des économies pour rembourser plus de 200 millions de dollars américains aux contribuables tandis que le déficit de ce territoire des États-Unis devrait atteindre les 600 millions de dollars d’ici le mois d’octobre.
Le gouverneur Eddie Calvo a reconnu publiquement que « la pauvreté est présente dans tous les secteurs… Le gouvernement est au bord de la ­faillite… Nous sommes à peine en mesure de fournir les services que les lois exigent ». Quant à la fonction publique : « Elle est devenue une agence pour l’emploi qui ne sait plus si elle sera en mesure de ­verser les salaires toutes les quinzaines. »

Nauru, 11 août - Un pilote australien arrêté et détenu à Nauru  – Ce jeune homme de 24 ans a ­atterri sans autorisation près d’un supermarché avec un passager pour faire leurs courses. Le pilote travaille sur un bateau de pêche taïwanais qui était à 30 milles nautiques des côtes de Nauru. Cela faisait 75 jours qu’il était en mer. Il a eu soudain une fringale de chocolat et de coca. Une fringale qui va lui coûter cher, le pilote risque 100 000 dollars d’amende.
Et son hélicoptère a été saisi.

Port Moresby, 11 août  - Peter O’Neil, nouveau premier ministre de Papouasie Nouvelle-Guinée, met en vente le jet Dassault de 55 millions de dollars acheté par son prédécesseur Michael Somare.

Suva, 15 août - 6 mois de prison pour l’ancien ambassadeur taïwanais aux îles Fidji – Victor Chin, également impliqué dans un scandale sexuel, a été reconnu coupable de faux et d’usage de faux après avoir falsifié et fabriqué des fausses factures pour réclamer le remboursement de frais occasionnés par des réunions avec des diplomates étrangers. Parmi les frais réclamés ; le remboursement de 7 200 dollars de vin rouge.
Victor Chin a récemment retenu l’attention des média après qu’il ait été accusé d’avoir une liaison avec une secrétaire de l’ambassade du Japon à Fidji.
Il aurait acheté des cadeaux de luxe à sa bien-aimée avec l’argent des contribuables.
 
Suva, 16 août - Nautilus décroche des licences d’exploration et d’exploitation commerciale des grands fonds à Fidji  et devient la première société du secteur privé à le faire. Le gouvernement fidjien a décidé d’octroyer 14 licences de prospection portant sur environ 60 000 km2 au large de l’archipel ­fidjien.
En janvier dernier, la Papouasie-Nouvelle-Guinée a accordé le premier bail d’exploitation ­commerciale des grands fonds à la société canadienne Nautilus Mineral. Et huit nations océaniennes du Pacifique ont délivré des permis d’exploration du plancher océanique. 
En tout est pour tout, Nautilus possède des permis d’exploration sur 230 000 km2 dans le Pacifique et a déposé des demandes de permis portant sur 370 000 km2, soit un total de 600 000 km2.

Brisbane, 17 août - 14 000 propriétaires fonciers papous achètent un bout de Brisbane, un complexe immobilier en plein centre de cette ville australienne et pour la coquette somme de 38 millions de dollars.
Ces 14 000 villageois font partie de l’Association de la région minière de la mine d’or de Lihir, sur l’île du même nom, dans la province de Nouvelle-Irlande. 
Les 14 000 villageois ont déjà acheté deux autres ­propriétés à Cairns, tout au nord de l’Australie.

Port Moresby, 17 août - Un gisement d’or situé à l’est de la ville de Lae, capitale de la province de Morobe, est si massif que la société minière Newcrest, qui détient 50% des parts de ce projet d’exploitation, a décidé de prolonger l’étude de préfaisabilité pour mieux cerner l’énormité de l’opération.
Selon les derniers chiffres disponibles, un capital de départ de
3 à 4 milliards de dollars sera nécessaire pour lancer la phase de production en 2017. La mine devrait produire entre 600 000 et 800 000 onces d’or et près d’un demi-million de tonnes de cuivre. 
Le profit annuel est estimé à plus de 900 millions de dollars par an.

Port Moresby, 22 août - Une dispute entre les ­habitants du camp de Nine Mile en périphérie de la capitale de Papouasie-Nouvelle-Guinée et des agents de sécurité a dégénéré. Les affrontements ont fait trois morts.

Nuku’alofa, 24 août - Le royaume de Tonga et ses TDS (Tonga Defence Services) a clôturé ses manœuvres internationales « Tafakula », qui ont impliqué les Marines américains et un bataillon d’une vingtaine de soldats du Régiment d’infanterie marine du Pacifique (RIMAP) basés en Nouvelle-Calédonie (FANC).

Nouméa, 27 août - Le président Nicolas Sarkozy
a ouvert samedi soir à Nouméa les XIVe Jeux du Pacifique en rendant hommage à « l’esprit de
dialogue » et de « respect mutuel » des Néo-Calédoniens. Le chef de l’Etat français, en visite dans l’archipel jusqu’àu 28, est accompagné des ministres des Sports, Chantal Jouanno, et de l’Outremer, Marie-Luce Penchard.

avec Pierre Riant à Radio Australie







Après déjà plus de deux mois de ­présence dans les eaux polynésiennes, aux îles Gambier et aux Marquises, l’expédition scientifique « Tara Océans », qui fait un tour du monde avec 16 scientifiques à bord, est la toute première tentative d'un recensement planétaire quasi exhaustif du plancton marin. C’est une branche du vivant minuscule qui comprend aussi bien des virus marins que des organismes plus gros comme les méduses. Le but est de mieux connaître cet écosystème, en découvrant d'innombrables espèces et en décryptant leurs ­interactions entre elles et avec le milieu. Après Tahiti et Moorea, l’expédition continue vers Hawaii, puis le ­continent nord-américain.
(Ph. Tahiti-info)


Tournage à Bora Bora de trois épisodes de la série américaine Keeping up with the Kardashians, émissions populaires pour les adeptes des people. (Ph. Tahiti Tourisme)


 Décédé :
Dexter CAVE, à l’âge de 68 ans. Ingénieur agroalimentaire diplômé de l’Ecole natio­nale supé­rieure d'agro­nomie, il a été en charge du laboratoire alimentaire de Papara jusqu’à sa retraite en 2003. Ensuite, il s’inté­res-sa spécialement aux problèmes de l'être humain en passant par l'éducation en matière de développement personnel et de communication. Ceci dans le cadre d'une recherche de ­changement réellement bénéfique et à long terme pour la société de Tahiti. Parlant parfaitement trois langues, d’une personnalité très agréable et accessible, il était ­respecté de tous. A sa veuve, sa famille et ses innombrables amis, Tahiti-Pacifique présente ses sincères condoléances.