N° 247, décembre 2011


­­4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 8    Actualité
 9    Confidences
10    Actualité
11    Actualité
12    Humour
13    Baromètre
14    Photo
15    Le miracle kiwi des années 1990
24    Divers
25    Iaorana de Simone
26    J.-P. Barral jette l’éponge
28    Cathédrale de Rikitea rénovée
32    Les îles de l’Océanie dans l’économie
37    LoLo 
38    Publications
40    Magazines US et Tahiti
42    Art - Inspiration
45    Nouvelle : Hinatea
48    Les événements du Pacifique en novembre
49    Les événements de Tahiti en novembre
50    Balises des îles­­

P. 15 - Comment la Nouvelle-Zélande a réussi à sortir
de son marasme économique.



P. 40 - Tahiti vu par les magazines US  “trash” des années  1960 


HUMOUR

Le gouvernement gouverne...


Eh oui, surpopulation aussi !

Depuis des décennies, un problème s’est développé à Tahiti sans que personne ne s’en aperçoive, mais la grave crise va vite le faire apparaître : la surpopulation actuelle de l’île. Petite île perdue au milieu du vaste Océan Pacifique, loin des continents (le plus proche de Tahiti est l’Australie à 6000 kilomètres –deux fois Paris – New York), Tahiti n’a qu’une quantité limitée de ressources, une réalité bien connue des anciens Polynésiens. En effet, lorsque, jadis, une île commençait à être surpeuplée, on construisait des grandes pirogues de voyage pour chercher de nouvelles terres à coloniser, à moins de voir sa population souffrir de disette. Cette émigration traditionnelle continue aujourd’hui encore, bien qu’on prenne désormais le bateau ou l’avion pour aller s’installer sur des terres plus grandes et plus vierges.
C’est ainsi que dans les années 1950 et début des années 1960, nombre de Tahitiens avaient émigré en Nouvelle-Calédonie ou aux USA, et ceci alors que la population de Tahiti comptait 80 000 personne, roulait à bicyclette et vivait en quasi autarcie. C’est pour la même raison qu’aujourd’hui vivent en Nouvelle-Zélande et en Australie plus de Samoans qu’à Samoa et plus de Tongiens qu’aux îles Tonga. Aux îles Cook, c’est 65% de la population qui a émigré et sur l’île de Niue, petit pays polynésien indépendant, il ne reste que 1200 personnes, le reste ayant choisi de s’installer en Nouvelle-Zélande. Même Wallis et Futuna, îles pourtant chouchoutées par l’Etat français, ont vu leurs populations fuir vers Nouméa.  Pourquoi donc tous ces départs, douloureux et tristes, qui déchirent les familles et qui sont d’ailleurs identiques dans les îles des Caraïbes et en Micronésie ?  Pour la même raison de ressources : les îles sont des vases clos, parfois même des pièges qui offrent un montant limité de ressources, même si les terres sont relativement fertiles et le climat plaisant et sain. Les ressources d’une île — qui ne grandit pas — ne peuvent subvenir qu’aux besoins simples d’un nombre limité de personnes, et plus une population sera nombreuse, moins copieuse sera la part de chacun.

Aujourd’hui vivent sur l’île de Tahiti presque 200 000 habitants (270 000 dans toute la Polynésie française, dont la moitié a moins de 23 ans), une population énorme pour une île qui est n’est en réalité qu’un énorme volcan avec, en son centre, une succession de vallées profondes aux parois presque verticales, des terres inaccessibles et inexploitables. La population est donc concentrée sur les plaines côtières, sur la côte nord et ouest moins abrupte, jadis de grandes terres agricoles aujourd’hui en grande partie transformées en lotissements de résidence, si ce n’est en terrain de golf.

L’équilibre naturel démographie-ressources de Tahiti a été « faussé » par les essais nucléaires qui ont transformé Tahiti en ville de garnison. L’averse des milliards pendant deux générations a induit un effet pervers que personne n’a jusqu’à présent pris en compte : elle a stoppé la traditionnelle émigration du surplus de population vers des contrées mieux loties et “vides”. Tant que la « rente nucléaire » ou les « transferts de solidarité » coulent à flots, elle permet de payer les importations de denrées, qui aujourd’hui représentent presque 80% des besoins alimentaires de Tahiti, et de biens qui alimentent une économie de commerce et de services. Si ces importations s’arrêtent, la population mourra de faim, puisqu’elle n’a plus les moyens de produire assez pour nourrir une population de 270 000 personnes, encore moins lorsque celle-ci s’est habituée à consommer les denrées “modernes” produites sous d’autres latitudes. (Le fruit actuellement le plus vendu à Tahiti est… la pomme !)  Pis encore, on a appris à cette population qui jadis savait vivre en harmonie avec son environnement, à adopter un mode de vie — la consommation à outrance — qui ravage le fragile environnement des îles et des lagons.
Comme nous ne sommes qu’au début de la fin de « l’ère nucléaire » tahitienne, le péï et sa population vont très prochainement devoir réadapter leur mode de consommation, et donc se retrouver face au même choix que celui offert à sa population dans les années 1950 : soit vivre (survivre ?) chichement sur son île, soit trimer dans les carrières de Makatea, soit émigrer vers de plus vertes prairies.
Que faire pour tenter de maintenir Tahiti dans une économie qui puisse offrir une vie digne et moderne pour 300 000 personnes, loin de tout, sous les tropiques et au milieu d’un vaste océan ? Ces 50 dernières années, un seul moyen a réussi : le tourisme. Et les exemples sont Hawaii, les Seychelles, l’île Maurice et les Maldives. Mais pour que le tourisme devienne un succès à Tahiti, il faut impliquer TOUTE la population et lui faire comprendre que c’est bien notre seul espoir pour un futur moderne et digne, et pour cela il faut confier ce secteur vital à de vrais professionnels, et surtout pas au copain ou au neveu de la belle-mère du ministre du moment. Il faut éduquer tout le monde à reconstruire à Tahiti un beau pays, propre, amical et agréable à vivre. Mais cela est le sujet d’un futur dossier.
Sinon, où émigrer depuis Tahiti ? Quels sont les “pays” encore relativement “vides” qui favorisent l’émigration ? Si on doit rester dans la sphère francophone, il y en a trois : la Nouvelle-Calédonie, le Canada et la Guyane. Si on accepte de parler la langue anglaise, il y a l’Australie, grande comme l’Europe avec seulement 24 millions d’habitants, la Nouvelle-Zélande (4,2 millions d’habitants) et, bien sûr, le Canada.
Moi, si j’étais jeune, j’opterais pour l’Australie !
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

2 novembre - Directeur général du GIE Tahiti Tourisme depuis mars 2010, Teva Janicaud est limogé de ses fonctions.
- L’expédition Faafaite fait route vers Tahiti,
- Reynald Temarii annonce qu’il renonce à se représenter à la tête de la fédération tahitienne de football.

3 novembre - Salon du numérique « Honouira » au Radisson de Tahiti.
- Cedric Pastour cède sa place à Howan à la tête d’ATN, à partir du 28 novembre.

4 novembre - Le Conseil d’État rejette la requête de la commune de Faa’a contre l’arrêté pris par le haut-commissaire visant à confier la gestion du budget de la commune par la CTC.
- Suite à de très fortes pluies, un bloc de pierre chute sur un logement social à Titioro et blesse un enfant.

5 novembre -  Teiva Forteleoni, directeur Général de TNS, limogé  

6 novembre - Salon des Australes à l’assemblée de la Polynésie

7 novembre - L’Aremiti 4  ouvre une ligne Papeete/Huahine/Raiatea. La liaison se limite pour l’instant aux week-ends.
- La deuxième mouture du projet de “loi du pays” portant code de la propriété publique en Polynésie française est rejetée par le CESC.
- Séminaire “savoirs traditionnels et biodiversité du Pacifique” au Criobe à Moorea

8 novembre - Magali Charbonneau ex directrice de cabinet du haut-commissaire, quitte le territoire.
Le Fare Tama Hau, établissement public consacré notamment à l’accueil de l’enfance maltraitée, et dont la fermeture était prévue, restera finalement ouvert.
- Le gouvernement acte la mise en place d’un plan climat.

9 novembre - Shell Va’a remporte la première étape de la course de pirogues Hawaiki Nui, entre Huahine et Raiatea, aux îles Sous-le-Vent.
- Le député B. Sandras alerte les instances nationales “sur la situation d’urgence de la Polynésie”.
- Le “Sapphire Princess” fait  escale à Papeete avec ses 2625 passagers et 1100 membres d’équipage.
- Naufrage d’un bonitier au Nord-Ouest des Tuamotu.
- Un pêcheur porté disparu à Teahupoo.
- Hawaiki Nui Va’a: victoire de Shell Va’a dans la 1ère étape Huahine-Uturoa.

10 novembre - Exposition de la fédération A Tauturu Ia Na au CESC.
- Shell Va’a remprte la seconde étape de la Hawaiki Nui Va’a reliant l’île de Raiatea à Tahaa.
- Conférence-débat de l’AJPF sur ‘’les affaires foncières et le judiciaire” au CESC.
 - Un petit avion sort de piste lors d’un atterrissage à Faa’a

11 novembre - Le litre d’essence sans plomb passe à 170 F.
- Colloque sur le plurilinguisme à l’Institut Supérieur de l’Enseignement de P.F
- Cérémonie de l’armistice du 11 novembre à Papeete.
- Shell va’a remporte la Hawaiki Nui à Bora Bora et réalise le grand chelem.

12 novembre - Salon des îles Marquises à la  salle Aorai Tini Hau à Pirae

14 novembre - Animation “La Culture d’hier, d’aujourd’hui et de demain” à l’Assemblée.
- Enquête Santé 2010 : un polynésien sur cinq est diabétique à partir de 45 ans.
- Le préfet Frédéric Péchenard, directeur général de la Police nationale, en visite à Tahiti.
- Logement social à Sainte-Amélie : Albert Buillard entame une grève de la faim.
- Le président Temaru présente les condoléances de la Polynésie aux parents de Stefan Ramin, touriste allemand assassiné le 9 octobre aux îles Marquises.

15 novembre - Le PIB par habitant en Polynésie a chuté de 10% en sept ans, selon le gouvernement.
- Pêche : 1 000 tonnes de poissons exportées en 2010 par la P.F. Valeur : 675 millions Fcfp

16 novembre - Semaine du Monoï 2011
- Une institutrice mère de famille de 40 ans qui s’est immolée devant son mari et ses trois enfants à son domicile de Punaauia  succombe à ses blessures.
- Administration de la P.F. : création d’une commission des métiers et des compétences.

17 novembre - Retour de la pirogue “traditionnelle” Faafaite à Papeete après un aller-retour sur Hawaii.
- Quatre Polynésiens sanctionnés pour avoir consommé cannabis et anabolisants lors des Jeux du Pacifique Sud à Nouméa. Retrait de leurs médailles et interdiction de participer à des compétitions pendant deux ans.
- Stéphane Jarlégand nommé directeur de cabinet du Haut-commissaire
- Erika Tonnerre nommée à la tête de TNS en remplacement de Teiva Forteleoni
- Visite officielle à Tahiti du Secrétaire général de la mer, Jean-François Tallec.
- Maison de la perle : Annonce que Hinano Teanotoga va succéder à Ingrid Izquierdo, démissionnaire.
- Le corps sans vie d’une jeune Tahitienne est retrouvé sur la plage de Hitimahana à Mahina.

18 novembre - Visite du directeur national des pêches, Philippe Mauguin, à Tahiti.
- L’Aéronavale présente le Dauphin N3, successeur du Super Puma.
- Le moteur d’un ATR d’Air Tahiti prend feu au décollage.

19 novembre - Séminaire Matarii à Papenoo
- Jean-Paul Barral, conseiller du président de l’assemblée, Jacqui Drollet, démissionne.
- La Chambre territoriale des comptes épingle la gestion de Pirae sur la période 2004-2009

21 novembre - “Journée du uru” au Palais présidentiel… (après tant d’années de « journées du fei »)
- La cour d’Appel de Paris confirme la condamnation du sénateur et ancien président de Polynésie française, Gaston Flosse, à un an de prison avec sursis pour détournement de fonds public dans l’affaire dite des “sushis”, mais annule la peine d’inéligibilité. M. Flosse conserve ses mandats.
- 22 écoles de Tahiti et des îles obtiennent des ordinateurs neufs.
- Le Medef de P.F. tire la sonnette d’alarme en estimant que « l’urgence serait de désigner un ministre du Tourisme à plein temps et de “dépolitiser” Air Tahiti Nui’ ».
- Eric Malmezac nommé consul honoraire de Nouvelle-Zélande en Polynésie-française par le gouvernement néo-zélandais.
- 1er Carrefour de l’emploi public ( ! ) à l’Université de P.F.
- Un homme de 20 ans mis en examen pour le meurtre de la jeune fille sur la plage de Hitimahana à Mahina.

23 novembre - Carrefour de l’emploi public (!) à l’université de P.F.
- Exposition-vente des artisans des Tuamotu à l’assemblée.
- Clarenntz Vernaudon remis en liberté contre une caution de 5 millions. Il était placé en détention provisoire depuis le 15 juin dernier dans une affaire d’escroquerie à la défiscalisation.
- Un homme parti en paddle board se noie dans la passe de Haapiti à Moorea.
– Le gouvernement crée une “Direction des Ressources Marines”.

25 novembre - Le champion du monde de rugby Sonny Bill Williams en visite à Tahiti.
- Congrès de paléo et néo-écologie à Moorea.
- Unanimité des patentés contre le contrôle des tarifs des prestations de services  à la CCISM.

26 novembre - 7ème traversée Rotary Club Tahiti- Moorea à la nage, organisée pour promouvoir la lutte contre le diabète.

28 novembre - La fréquentation touristique a baissé en septembre, pour la 3ème année consécutive.
- Colloque international sur les dispositifs de concentration de poisson à Tahiti.

29 novembre - L’Etat demande à l’AFD le décaissement de la seconde tranche du prêt à la Polynésie française pour un montant de 2 milliards Fcfp.
- Henri Arihano Haiti, l’assassin présumé du touriste allemand disparu le 9 octobre sur l’île de Nuku Hiva, s’est rendu aux gendarmes.
AdP

Ariane AUGER


Evénements dans le Pacifique Sud

  Tokyo, 1er novembre - L’Agence des Pêches japonaise réclame une rallonge de 30 millions de dollars au gouvernement pour dépêcher un patrouilleur dans l’océan Antarctique afin de harceler à son tour le bateau de l’organisation écologiste Sea Shepherd, qui poursuit chaque année les baleiniers japonais pour les empêcher de chasser la baleine. L’année dernière, les Japonais ont écourté leur campagne face au harcèlement ne ramenant qu’un cinquième de leur quota de prises.

Nuku’alofa, 2 novembre  – Un programme d’aide néo-zélandaise à Tonga avait pour but d’aider le royaume tongien à mettre en place ses réformes en faveur de la démocratie. Plusieurs centaines de millions de dollars auraient disparu. Le chef de la diplomatie néo-zélandaise, Murray McCully a ordonné l’ouverture d’une enquête indépendante pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

Apia, 2 novembre - Le Samoa se rapproche de l’Organisation Mondiale du Commerce. Le secteur privé a décidé de ne plus s’opposer à l’intégration du Samoa à l’OMC et le pays pourrait donc intégrer cette institution. L’OMC prône le libre-échange commercial et de nombreuses petites nations océaniennes craignent de ne pas faire le poids devant les grands pays riches.

Port Vila, 7 novembre - Le directeur de la Caisse Nationale de Prévoyance du Vanuatu (CNPV), Benjamin Shing, a été limogé la semaine dernière sur ordre du ministre des Finances, Moana Carcasses. M. Shing s’est attiré les foudres du gouvernement en menaçant de poursuivre en justice des responsables politiques qui n’ont pas remboursé des prêts contractés auprès de la caisse.

Port Moresby, 7 novembre - La police de Lae, deuxième plus grande ville de Papouasie Nouvelle-Guinée a été débordée car la criminalité semble progresser chaque jour. Des chirurgiens ont été obligés d’aller travailler sous escorte policière. Des médecins ont en effet été attaqués par des familles de patients mécontentes. Puis, à la suite d’un incendie qui s’est déclaré dans un magasin chinois sur le wharf de cette ville côtière, une foule de badauds a décidé de piller d’autres commerces pendant que les autorités tentaient de maîtriser les flammes.

Honiara, 7 novembre - Découverte d’une épave d’avion 22 ans après le crash- Un avion américain qui s’est abîmé en mer en janvier 1989 a été finalement repéré à Santa Ana, une des îles de la province de Makira, au sud-est du pays. L’avion de fret avait décollé de Brisbane, cap sur les États-Unis, et après une escale aux Iles Salomon, on a perdu tout signal radio avec le pilote italien. Les débris de l’avion ont refait surface 22 ans après, remontant sur une plage de Santa Ana..

Palau, 10 novembre - Etat d’urgence après un incendie dans l’une de principales centrales électriques de l’île. La centrale est hors d’état de fonctionner, ce qui menace à son tour le fonctionnement des stations d’épuration, des hôpitaux, des écoles et de l’aéroport. Palau s’éclaire encore grâce à la centrale de Malakal, mais les foyers sont rationnés et ne disposent que de 8 heures d’électricité par jour.

Honiara, 11 novembre - Aux Iles Salomon, la Commission de Vérité et de Réconciliation est proche de sa conclusion. Après 11 auditions publiques avec des témoins et anciens combattants, elle affirme avoir compris ce qui a déclenché la guerre civile en 1998. Tout a commencé quand des miliciens de Guadalcanal ont forcé les colons de l’île de Malaita à quitter Guadalcanal.

Hawaii, 14 novembre - Barack Obama annonce la finalisation du Partenariat TransPacifique au sommet de l’APEC. L’accord devrait être conclu d’ici fin 2012. Ce marché de libre-échange ne concernerait pour l’instant que 10 des 21 pays de l’APEC, dont les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et Singapour. Le Japon, troisième économie mondiale, a annoncé à Hawaï sa volonté de rejoindre les négociations. Mais la Chine ne participe pas à ce marché qui deviendrait la plus grande zone de libre-échange au monde avec un tiers du PIB mondial. Les États-Unis voient de toute façon ce Partenariat TransPacifique comme un contrepoids à l’hégémonie économique chinoise dans la région.

Apia, 16 novembre - Les exportations d’huile de coco ont quasiment doublé. En août, elles ont bondi de 90%, selon les chiffres de la Banque de Réserve samoane. Principal client de la Pacific Coconut Oil Company samoane: la Malaisie. Depuis août, l’entreprise produit 200 tonnes d’huile de coco par semaine.

Canberra, 16 novembre - Obama en Australie : 250 marines américains seront stationnés d’ici mi-2012 sur les bases de Darwin, la grande ville sur la côte nord de l’Australie. A terme l’effectif américain sera porté à 2500 marines. C’est une première base américaine en Australie depuis la Seconde Guerre mondiale.

Funafuti, 16 novembre - L’Abkhazie, province séparatiste de la Géorgie, a envoyé un conteneur d’eau potable à Tuvalu pour aider le micro État à se relever après une terrible sécheresse. Le container faisait partie d’une livraison coordonnée par le Bureau des Affaires humanitaires de l’ONU à Suva, à Fidji. Un geste nullement gratuit, qui vient récompenser l’établissement de relations diplomatiques entre Tuvalu et l’Abkhazie en septembre. Jusqu’à présent, l’Abkhazie n’a été reconnue comme Etat indépendant que par la Russie, le Nicaragua, le Venezuela et Nauru. Le Vanuatu, lui, a dit oui avant de faire machine arrière.

Suva, 21 novembre - Trois nations océaniennes du Pacifique ferment leurs eaux aux flottes de pêche étrangères. C’est dans l’intérêt d’une pêche durable que Tuvalu, a rejoint Nauru et les îles Salomon et a décidé de tourner le dos aux bateaux de pêche étrangers. Ces trois pays comptent parmi les huit pays signataires de l’accord de Nauru concernant la coopération dans la gestion des pêches.
Les 8 pays signataires regroupent 14 millions de kilomètres carrés d’océan et représentent 1/3 de l’approvisionnement mondial en thon.

Port Moresby, 22 novembre - Les corps mutilés de 7 hommes et une femme ont été retrouvés suspendus à des arbres près d’un village isolé dans la région frontalière de la Province de Madang et de la Province Ouest. 11 personnes ont aussi été portées disparues.
Selon les villageois et la police, une bagarre aurait éclaté dans un marché entre des marchands rivaux de Madang et de la région Ouest des Hauts Plateaux.

Auckland ; 22 novembre - Trois ans de croissance économique pour le Pacifique – Le dernier rapport trimestriel du groupe bancaire ANZ estime que les nations océaniennes du Pacifique sont relativement à l’abri de la tempête financière européenne et prévoit de bonnes performances économiques au cours de ces trois prochaines années. Pourquoi ? Eh bien selon l’ANZ, les îles de la région sont des pays producteurs de denrées et les pays émergents comme la Chine et l’Inde vont continuer à stimuler la croissance économique tout en augmentant les prix des denrées. C’est en Papouasie Nouvelle-Guinée et au Timor Leste qu’il faut s’attendre aux meilleures performances du Pacifique mais les îles devraient bien s’en tirer puisque leurs économies ne reposent pas sur des opérations de fabrication.

Wellington, 28 novembre - John Key reconduit dans un fauteuil. Le Premier ministre sortant de Nouvelle-Zélande et son Parti National ont amélioré leur score avec 48% des voix, contre 45% lors des dernières élections en 2008. Samedi, le Parti Travailliste est arrivé en deuxième position avec un tout petit 27%. Les Verts ont eu deux fois plus de votes qu’en 2008, et s’installent donc dans 13 des 121 sièges du Parlement. Avec 1.35% des voix, le Parti Maori enregistre un important recul. Beaucoup d’électeurs maoris ont directement voté pour le Parti National.

Port Moresby, 28 novembre - Selon l’OMS, l’épidémie de tuberculose résistante aux médicaments a atteint un niveau alarmant dans le sud-ouest de la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Rarotonga, 28 novembre - Les Iles Cook connaissent une croissance sans précédent, +8.7% en 2011. Une croissance expliquée par un flux continu de touristes grâce à l’investissement du gouvernement dans des vols reliant les Iles Cook à Los Angeles et Sydney.

Wellington, 30 novembre - Dans l’indice de perception de la corruption de Transparency International, 10  points signifient un État propre et 0 point une nation hautement corrompue. Et dans l’indice 2011, la Nouvelle-Zélande est en tête de liste avec 9,5 sur 10, juste devant le Danemark et la Finlande.  Dans la région, c’est la Papouasie Nouvelle-Guinée qui serait le pays le plus corrompu.

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

 L’immense paquebot de croisière “Century“ a effectué des escales dans nos îles, avec 1725 passagers et 857 membres d’équipage à bord. (Ph.. TPM)


Le sculpteur Jonathan Mencarelli
a exposé à la galerie Winkler de Papeete. (Ph.. TPM)


Le club Tahiti Harley Riders et la FFMC ont organisé la sortie des 100 motos
de l’amitié au profit des enfants des quartiers défavorisés de Papeete. (Ph.. TPM)


Le peintre GOTZ a publié le septième tome de sa bande dessinée “Pito Ma”, qui semble avoir la
 bénédiction de l’Eglise catholique. (Ph.. TPM)


Grande exposition de Jean Shelsher, peintre à Tahiti depuis 35 ans, à la Galerie des Tropiques.
 (Ph.. TPM)


Eric Malmezac a été nommé consul honoraire de Nouvelle-Zélande en Polynésie française. (Ph.. TPM)