N° 262, avril 2013


­­

 


 4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité   
 9    Confidences
10     Elections
12     Humour   
13    Baromètre
14     Image
15    Rapport secret sur l’indépendance
18    BD
19    Iaorana de Simone
21    “Le pire est en marche”
27    Dette
29    Ecole, culture, langues
32    Enigme de Aotearoa
35    The Best of LoLo
36    Victimes des essais
38    Eau marchandise ? 
39    Mouche des fruits à Hiva Oa
40    Editions   
44    Nouvelle : Mave mai io te Fenua Enata
48    Les événements du Pacifique en mars
49    Les événements de Tahiti en mars
50    Balises des îles­­



 



HUMOUR


 

 

 

Elections : dette du “péi” oubliée...

Lors de la campagne électorale, un candidat (Edouard Fritch, du Tahoera’a Huiraatira) a lâché une phrase qui a fait bondir : « Pour créer des emplois, stimuler l'économie, nous estimons, aujourd'hui, sur le plan que nous avons sur 2013 - 2025, qu'il faut au moins 500 milliards [4,2 millions d’euros] ». Pourtant, Tahiti a besoin de davantage de dette "comme un poisson a besoin d'une bicyclette". Mais le pouvoir et l'argent restent au centre du domaine de la politique, un monde plutôt sordide qui peut être assimilé à un jeu de stratégie, de fierté mal placée et du faire semblant.
Un débiteur a toujours une justification pour emprunter de l'argent. Qui avouerait naturellement : « Je viens de m’acheter une voiture par soudaine envie, bien que je n’en ai vraiment pas les moyens » ? Aussi, les politiciens ne diront jamais : « Nous venons d'augmenter la dette de notre pays. On ne sera jamais capables de la rembourser, mais nous avons simplement été obligés de le faire ! ». Ils seraient vite remplacés.
Car tout n'est pas ce qu'il paraît dans les couloirs du pouvoir, et certainement les grands médias ont du mal à faire autre chose que de présenter les points de vue de leurs propriétaires. La doctrine officielle est que la dette est normale, et même souhaitable, que les marchés financiers sont un terrain de jeu, que le ministre des Finances a les meilleurs intérêts de l'économie à cœur, que la théorie économique dit « ceci » ou « cela », que la gestion « en bon père de famille » est ringarde et pour les charlatans, que les politiciens sont les vrais décideurs, et d'autres propagandes semblables.
Bien qu'en apparence justifiée par des mots rassurants de nos dirigeants, la dette a créé un étau terrible pour tous les pays et collectivités du monde (dont Tahiti) et ce n'est pas un hasard. Elle a délibérément été conçue pour piéger les gouvernements. La stratégie de base est que plus la dette globale augmente, plus la souveraineté nationale ou locale est mise à mal (exemples : Grèce, Chypre, Espagne, etc.). Instinctivement, nous savons tous que quelque chose ne va plus – ou très mal.
Si alors toutes les nations se retrouvent face à une dette insupportable, envers qui sont-ils débiteurs, et pourquoi un tel engouement pour encore augmenter cette dette ?
Répondre honnêtement et avec perspicacité à cette question, c’est ouvrir la boîte de Pandore de honteux dérapages, ambitions et démagogies politiques, prêtes à toutes les dérives pour se maintenir au pouvoir.
En un mot, l'économie mondiale a été entraînée dans un système basé sur la dette où les nations indépendantes choisissent volontairement d'emprunter des fonds auprès d'un cartel bancaire international, propriété d’intérêts privés, pour ensuite payer des intérêts sur les fonds empruntés. Diverses garanties et actifs sont censés garantir ces monnaies, mais la plupart de celles-ci ne sont tout simplement que de la fumée et des miroirs. Car les monnaies internationales sont essentiellement des monnaies fiduciaires, virtuelles, pour l’essentiel même pas imprimées (c’est-à-dire simplement inscrites dans des livres de comptes), donc qui en réalité n’ont rien de substantiel. Ça semble fou, mais  c’est la réalité ! Les banquiers internationaux ont certainement un modèle d'entreprise très efficace, la création de monnaie à partir de rien, pour ensuite la prêter avec intérêt aux gouvernements.
Les mathématiques simples démontrent que l'emprunt d'argent avec intérêt n'est rien de moins qu'une simple transaction d'affaires, sauf pour le prêteur qui est le bénéficiaire de l'usure.
L’économie mondiale moderne basée sur la dette de monnaies fiduciaires est bien loin de l’ancienne économie « du don  et contre-don » qui avait été la règle dans les anciennes sociétés polynésiennes pendant des siècles, où les biens et services ont été tout simplement échangés sans avoir besoin d'argent ou de pièce de monnaie, créant peu de dettes – et certainement pas d'usure.
Participer au jeu de l'emprunt, de la dette et de l'usure a entraîné la Polynésie française à tous les niveaux (personnel, familial, territorial) dans un infernal tourbillon qui provoque déjà détresses, chômage, faillites et bientôt l’effondrement de la fragile société de nos îles. Selon les chiffres officiels (lire p.27), la Polynésie française, au budget pourtant exsangue, s’est engagée à rembourser en 2013 plus de 19 milliards Fcfp en intérêts et annuité sur une dette totale de 98 milliards Fcfp, une impossibilité avec une économie – et donc une fiscalité – qui s’effondrent. Ce qui fait que juste pour respecter ces engagements, il faudra donc emprunter encore plus, s’endetter encore plus, etc., etc.
Tiens, comme c’est bizarre, pas un seul parti ni candidat au élections imminentes n’a abordé ce sujet, pourtant dramatique. Allez, votez pour nos belles autruches professionnelles !
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

1er mars - Le comité des finances locales a budgétisé le montant du FIP 2013 à 11,99 milliards Fcfp. L'Etat ne verse que 2,161 milliards Fcfp et le Pays conteste devant le Conseil d'Etat.
- Des représentants des parlements ou des assemblées législatives de Tonga, Tuvalu, Niue, Wallis et Futuna, Rapa Nui, îles Cook et Samoa américaines à Tahiti pour fonder un GPP, un Groupement des parlementaires polynésiens, afin d’aborder ensemble des questions communes aux îles polynésiennes du Pacifique.
2 mars - La première édition de l’International de kayac, Ari’i Hoe No Papeete, remportée par  Hiromana Florès devant Philippe Tauraa et Matahi Peu.
4 mars - Les professionnels du tourisme déclinent le projet de Hiria Ottino, président du conseil d'administration du GIE Tahiti Tourisme, qui veut donner l'exclusivité de la destination Polynésie, comme agent touristique en Chine, au groupe chinois Target Resource Holding.
- Bilan de la délinquance en 2012 à Tahiti : elle recule de 4,5% en zone gendarmerie et augmente de 20,7% en zone urbaine. Les violences en milieu familial sont "considérables", bagarres sur fond d'alcoolisation massive, violences "légitimes" aux yeux de leurs auteurs. Le taux de mortalité sur les routes est deux fois supérieur à la métropole.
- Campagne 2013 de lutte contre la filariose avec des distributions de cachets.
- L’Alis, navire océanographique de l’IRD (Institut de recherche et de développement), est à nouveau en Polynésie jusqu’à mi-juin.
5 mars - Depuis le 6 février, neuf cas de dengue sont confirmés à Tahiti et Moorea. Deux types de dengues recensés,  de type 3 et plusieurs de type 1. 
- Le sénateur Richard Tuheiava réagit aux critiques sur le recrutement de Hinarani de Longeaux, la Miss Tahiti, dans son équipe parlementaire : « Une polémique stérile, malveillante et gratuite ».
6 mars - Poursuite de la polémique sur la "réinscription" de la Polynésie sur la liste des territoires à décoloniser. Annonçant le soutien de l'Inde, Oscar Temaru se dit confiant que le vote aurait lieu en mars.
7 mars - Le Tahoeraa reporte son congrès au
6 avril à cause de tensions quant à la constitution de la liste orange aux prochaines territoriales.
- 4e Salon de la femme et de l'enfant, à l’hôtel  Radisson.
- Le maire de Punaauia accuse Oscar Temaru de bloquer son projet de réhabilitation du site du centre artisanal de Outumaoro.
- Le président de l'assemblée coutumière de Rapa Nui (île de Pâques), déclare, à Tahiti, que la majorité de la population pascuane veut aujourd'hui l'indépendance de l'île ;  mieux encore, elle voudrait être rattachée à la Polynésie française.
- Le haut-commissaire de la République en Polynésie française a répondu à la demande d’arbitrage faite par Gaston Tong Sang. Dans ce courrier, le président du groupe A Tia Porinetia à l'assemblée dénonçait les démarches menées par Oscar Temaru "au siège des Nations unies à New York, pour plaider pour la réinscription de la Polynésie française sur la liste des territoires non autonomes".
9 mars - Marche de l’UPLD à Papeete, 2 500 marcheurs.
- Plus de 5 000 participantes pour participer à la 12e édition de la tahitienne, la course la plus populaire du fenua, réservée aux femmes.
- Sur les listes électorales, le nombre des inscrits est passé de 176 668 (territoriales de 2008) à 193 779, en mars 2013.
- Décès de Aimeho Charousset, artiste, intellectuel et conteur tahitien, à l’âge de 65 ans,  d'un cancer du poumon.
11 mars - Une loi du Pays de décembre 2011 autorisant l’intégration dans la fonction publique territoriale des employés issus des satellites du Pays est déclarée illégale par le Conseil d’Etat.
- Annonce de la sortie du livre Un homme disparaît : l’affaire JPK sur la disparition de Jean-Pascal Couraud en 1997, écrit par Benoît Collombat, journaliste à France Inter.
- 15 cas de dengue en P.F. ont été confirmés au laboratoire.
- Les gendarmes interviennent sur un rassemblement important de 200 jeunes à Papara où plusieurs bagarres sont signalées avec des blessés.
- Le Programme régional océanien pour l'environnement annonce 25 millions Fcfp  fournis par le Fonds Pacifique et le Proe pour combattre la fourmi de feu à Mahina.
12 mars - Annonce  officielle de la fusion des entités de l'OPT sous Vini. Elle regroupera Tikiphone, Mahana, TNS et ISS.
- Grève annulée dans l’enseignement primaire.
- Annonce que la société Air Tahiti Nui clôture l'exercice 2012 avec un solde positif de
150 millions Fcfp, comparé à 1,04 milliard Fcfp de pertes pour l'exercice 2011.
- Marche organisé par le STIP dans les rues de Papeete : 500 instituteurs.
13 mars - Visite officielle du haut-commissaire sur les atolls de Niau, Tatakoto, Fangatau et Napuka.
14 mars - Les deux quotidiens de Tahiti publient des interviews des deux journalistes du Monde qui publient un livre sur l'ancien président Flosse intitulé L'Homme qui voulut être Roi.
15 mars - Le patrouilleur Revi fait  sa mission interarmées annuelle de surveillance radiologique des sites français d’expérimentations nucléaires de Moruroa et Fagantaufa.
18 mars - Bruno Sandras est exclu de la liste du parti A Ti'a Porinetia.
- Grève dans les transports en commun lancée par A Ti'a i Mua. Le directeur des trois sociétés de transport estime pouvoir  assurer 80% du service.
- Les praticiens hospitaliers de la Polynésie française en grève.
20 mars - Le député Jean-Paul Tuaiva demande la radiation de Teva Rohfritsch des listes électorales de Punaauia au motif qu'il n'y habite que depuis quatre mois, pour les besoins de sa campagne.
- Marine Le Pen, présidente du Front National, et Louis Aliot, vice-président, effectuent un bref séjour en Polynésie française.
- Emile Vernaudon, Joinville Pomare et trois de leurs proches sont renvoyés en correctionnel pour 15,9 millions Fcfp de détournement des caisses de la mairie de Mahina dans l'affaire du cimetière et du CET d'Orofara.
21 mars - Le député Tahoeraa Jean-Paul Tuaiva qui avait fait un recours contre Teva Rohfritsch, qu'il estimait fraîchement résident de Punaauia, a été jugé irrecevable car hors délai et se voit condamné à verser 250 000 Fcfp à Teva Rohfritsch.
- Salon Nautique, Nautica Porinetia, à Pirae.
- Soutien de Teheiura Teahui, "le héros de Koh Lanta" à A Ti'a Porinetia sur sa page Facebook.
- La cour d'Appel de Papeete confirme la condamnation de Gaston Flosse pour détournement de fonds publics “pour avoir utilisé Tamara Devendeville comme femme de ménage à son domicile personnel alors qu'elle était payée par l'assemblée”. Le sénateur avait été condamné à 400 000 Fcfp d'amende et
412 000 Fcfp de dommages et intérêts.
- Fin de la grève dans les transports en commun sans qu’elle n’ait vraiment perturbé le service.
23 mars - Impressionnante marche du Tahoera’a à Papeete. 8 000 personnes selon des RG, 11 126 selon le parti de Flosse.
25 mars - Le conseil constitutionnel déclare Clarenntz Vernaudon, ex-ministre des Sports, inéligible pour trois ans pour non respect des conditions du code électoral, en ne faisant pas, notamment, ouvrir un compte bancaire unique par son mandataire financier.
- « Barbouzes et argent sale, Gaston Flosse, le retour d'un roi » à la une de M, le magazine du quotidien le Monde. 
- Dépôt des listes pour les élections territoriales. 9 listes sont inscrites.
26 mars - Fin de la grève des praticiens hospitaliers qui ont décidé de stopper leur mouvement de protestation.
- Accord de partenariat stratégique a été signé entre Tikiphone et Orange. 
27 mars - Pas de quorum à l’assemblée de P.F.
- Gaston Flosse en émission spéciale élections sur Polynésie Première. Il nie avoir été condamné et menace un journaliste.
- Le territoire, propriétaire du golf d’Atimaono avait lancé un appel à projets pour développer sur le site un complexe hôtelier de luxe et une résidence de vacances en time-share : l’appel d’offres est déclaré infructueux.
28 mars - L’assemblée de Polynésie française clôture la session extraordinaire et les travaux de la mandature qui s’achève.
30 mars - Tautuarii Nena, étudiant en 3e année à Nice, a remporté le titre de champion universitaire de France de boxe chez les moins de
88 kilos.

A.d.P.

AdP


Evénements dans le Pacifique Sud

4 mars  - PNG : non à la polygamie. La Commission juridique a décidé de saisir la Cour suprême afin de proscrire la polygamie et de la déclarer anticonstitutionnelle. Et d'ajouter : « Notre argument est que cette pratique viole les droits de la femme et que c'est en fait une mauvaise tradition dont il faut débarrasser le pays. Cette pratique touche aussi les droits des parents et des enfants. Les raisons pour bannir cette pratique sont nombreuses ».

5 mars - L'été de tous les records en Australie - La Commission climatique annonce : « L'Australie a battu 132 records en 90 jours d'été, ce qui est sans précédent. Nous assistons à une augmentation du nombre de jours chauds, de vagues de chaleur, de feux de brousse et d'inondations et peu de jours avec des températures modérées ».
- Publication de rapports d'expérimentations nucléaires secrets ? 50 ans après le dernier essai nucléaire aux îles Marshall, les États-Unis envisageraient d'ouvrir au public des rapports d'expérimentations menées entre 1946 et 1958. Les autorités des îles Marshall ont tenté de faire pression sur le Secrétaire d'État adjoint américain, Kurt Campbell, lors de sa visite en août dernier en exigeant spécifiquement les rapports de surveillance des retombées  radioactives  entre 1956 et 1958 ; c'est-à-dire les rapports de 50 expérimentations  sur les 67 effectuées par les Américains à Bikini et Enewetak.

3 mars - Aux Iles Salomon, le gouvernement lève l'interdiction de la pêche à la bêche de mer, en vigueur depuis 3 ans. Une autorisation qui sera de courte durée, 3 mois, pendant lesquels la pêche, l'achat et l'exportation de ce met apprécié en Chine sera possible. L'interdiction sera rétablie le 21 mai.
 - Tuvalu ouvre une ambassade à Taïwan. Tuvalu est l'un des 23 alliés diplomatiques de Taïwan dans la guerre de tranchées qui l'oppose à la grande République Populaire de Chine.

7 mars -A Tonga, les suites de l'affaire des effacements de casier judiciaire de 172 criminels dont les casiers judiciaires ont été effacés par des policiers véreux, entre 2001 et 2011. Une partie de ces délinquants blanchis ont par la suite obtenu des visas en Australie et en Nouvelle-Zélande, qui mènent une enquête de leur côté.
- Palau bientôt débarrassée de ses bombes. Une équipe de démineurs japonais débutera ses travaux en mai. Et il y a urgence, car les bombes, vieilles de plus de 70 ans, « commencent à se détériorer ». Palau est en effet truffée de bombes non explosées de la Seconde Guerre mondiale. Les Japonais devront entre autres faire exploser plusieurs centaines de tonnes de bombes dans l'épave d'un navire, le Helmet Wreck, ce devrait prendre un an et demi.
- Port Vila : le Phocéa, ancien yacht de Bernard Tapie, bientôt relâché. Le yacht de luxe avait  été placé sous scellé en juillet dernier. L'équipage n'avait pas d'autorisation de mouillage. A la suite de quoi une perquisition a eu lieu au cours de laquelle la police a saisi des armes à feu, une grosse somme en liquide et une série de documents, dont des faux passeports. La police vanuataise soupçonnait alors l'équipage du Phocéa de se livrer à des trafics.
- Bougainville : partage des droits miniers entre les propriétaires et le gouvernement. C'est une première mondiale, les autorités de la région autonome de Bougainville, en Papouasie Nouvelle-Guinée, vont déposer un projet de loi qui prévoit le partage des droits miniers entre les propriétaires coutumiers et le gouvernement. Le mécontentement à propos du partage des bénéfices de l'exploitation de la mine de cuivre de Panguna par le groupe Rio Tinto est l'un des facteurs à l'origine d'une guerre civile qui a déchiré Bougainville pendant une décennie et fait des milliers de morts.
- Des passeports de Kiribati vendus à des Nord-Coréens. Le Président Anote Tong a reconnu que des passeports ont bel et bien été vendus aux directeurs d'une société de Corée du Nord qui, selon les Nations unies, ne serait qu'une façade pour la contrebande d'armes. Cette société a approché des petits pays pour acheter des passeports ; notamment les Seychelles et Kiribati. Les passeports de Kiribati avaient été vendus en Chine dans les années 1990 dans le but de générer des revenus.
- Albert de Monaco dans le Pacifique où il commence cette tournée à Palau le 11 mars.  La Fondation  du Prince Albert II de Monaco entreprend des actions pour la protection de l'environnement au niveau mondial.

11 mars - Election à Honiara du pasteur François Pihaatae à la tête de la Conférence des Eglises du Pacifique, la PCC. Le Tahitien, membre de l'Eglise Protestante Maohi de Tahiti, était déjà secrétaire-général par intérim depuis la démission de Fe'iloakitau Tevi en décembre 2011.

14 mars - Enquête sur du whisky de contrebande au Samoa. La police et les douanes tentent de découvrir qui a réussi à importer 900 caisses de whisky avec l'aide de faux documents. Les caisses ont été saisies après la découverte de bouteilles de whisky dans les rayons de plusieurs magasins.
- 77 demandeurs d'asile secourus au large de l'île Ashmore. Un avion des services douaniers a repéré hier un bateau avarié et 77 personnes dans l'océan indien au nord-ouest de l'Australie. Les services douaniers ont ensuite averti la marine.
- Campagne contre la discrimination envers les homosexuels du Pacifique. La reine Élizabeth II vient de signer la nouvelle Charte du Commonwealth. Cette nouvelle charte reconnaît toute une série de valeurs et de principes et se prononce contre toute forme de discrimination. L'homosexualité est toujours illégale dans plusieurs anciennes colonies britanniques du Pacifique, notamment au Samoa et à Fidji.

15 mars - 20 millions de dollars supplémentaires pour le Samoa. L'archipel ne s'est toujours pas remis du passage du cyclone Evan en décembre 2012. Un cyclone qui a tué 5 personnes, détruit des centaines d'habitations  et déplacé dans les 4 000 personnes. Le cyclone a aussi endommagé des installations de production d'énergie, des infrastructures routières et touristiques sans oublier les cultures.

18 mars - Classement 2012 de l'Indice de développement humain (IDH) des Nations unies. L'Australie, classée dans la catégorie du Développement humain très élevé est en deuxième position derrière la Norvège. La Nouvelle-Zélande est en sixième position. Concernant les nations océaniennes du Pacifique, Palau arrive en premier à la 52e place (Développement humain élevé). Nous passons ensuite à la catégorie du Développement humain moyen : Tonga 95e, Fijdi et le Samoa 96e, Kiribati 121e, le Vanuatu 124e et le Timor-Leste 134e. Il faut aller à la catégorie du Développement humain faible pour trouver les îles Salomon à la 143e place, la Papouasie Nouvelle-Guinée 156e. La mesure du développement humain s'effectue en faisant la synthèse des indicateurs d'espérance de vie, de niveau d'étude et de revenu.
- PNG : Peter O'Neill pourfend des fonctionnaires véreux. L'affaire a fait scandale et concerne l'attribution de Baux agricoles et commerciaux spéciaux (BACS). Par le biais de fonctionnaires, 11% de la superficie totale du pays, plus de cinq millions d'hectares, ont été attribués à des sociétés d'exploitation forestière australiennes et malaisiennes et la plupart du temps sans le consentement des propriétaires fonciers coutumiers.

19 mars - Le Vanuatu renoue avec la Géorgie. Il y a deux ans, le Premier ministre Sato Kilman avait pourtant reconnu l'Abkhazie comme un Etat indépendant. Cette province séparatiste de la Géorgie est fortement soutenue par la Russie voisine. Selon l'ancien ministre des Affaires étrangères et actuel député d'opposition Jo Natuman, « Alfred Carlot, le ministre des Affaires étrangères en 2011, a peut-être essayé de soutirer de l'argent à la Russie en échange de la reconnaissance de l'Abkhazie, mais comme la Russie n'a pas donné d'argent, le Vanuatu a cessé de reconnaître l'Abkhazie ». 

20 mars - En Australie, le “Prince de Tahiti” écope de 14 ans de prison. Joel Barlow, 38 ans, flambeur, dandy, escroc, consommateur d'ecstasy, Maori et nullement prince tahitien comme il le prétendait, avait  réussi à dérober 16 millions de dollars australiens au gouvernement du Queensland, alors qu'il travaillait au ministère de la Santé de l'Etat entre octobre 2007 et décembre 2011. Un poste qu'il avait obtenu en présentant de faux diplômes.

21 mars - A Fidji pas question de réduire les effectifs de l'armée. Bien au contraire, estime le colonel Mosese Tikoitoga, le chef d'Etat-major. Les Fidjiens estiment disproportionnée l'importance et la taille de l'armée. Pas du tout, rétorque le colonel Tikoitoga. Il estime que Fidji a besoin d'une armée forte car le pays participe à des opérations de maintien de la paix depuis 1978. 
- A Palau, le Président envisage d'interdire la pêche commerciale et industrielle dans sa zone économique exclusive. Il ferait ainsi de son pays une immense réserve marine protégée de la taille de la France. Et pour compenser le manque à gagner des licences de pêche, Tommy Remengesau compte sur l'augmentation de la fréquentation touristique. Il cible une clientèle attirée par l'éco-tourisme et des eaux pures et bien peuplées, au lieu d'être surpêchées.

25 mars - Les îles Marshall parmi les pays les moins “connectés”. Sur les 53 000 habitants environ de cet archipel, 2% seulement utilisent l'Internet et un quart de la population possède un téléphone portable.

27 mars - Ralentissement de la croissance économique dans le Pacifique. La Banque asiatique de développement (BAD) a indiqué que cette tendance observée en 2012 devrait se poursuivre en 2013. La BAD précise que la croissance économique dans la région était de 8,3% en 2011, 7,3% en 2012, et si l'on en croit la Banque, la croissance sera de 5,2% cette année. La croissance devrait revenir en 2014. 

avec Pierre Riant à Radio Australie



Escale de ravitaillement pour un ferry de grande vitesse construit en Australie pour une compagnie danoise. 
(Ph. TPM)


Travaux gigantesques et interminables au col du Tahara’a  afin de tenter de fluidifier la circulation. (Ph. TPM)


Visite de deux jours à Tahiti sans grands éclats pour Marine
Le Pen où l’on nota surtout sa rencontre avec Gaston Flosse. (Ph. TPM)


L’homme le plus grand du monde, un Turque, est venu à Tahiti pour faire partie du “Samoa Circus”, en tournée dans nos îles. (Ph. TPM)


DECEDE

- Aimeho ite raravaru Charousset, - à l’âge de 65 ans, des suites d'une longue maladie. Ecrivain (L’Assemblée des trois peuples), animateur, conteur et poète, il avait animé le monde culturel depuis plus de 35 ans.




- Madame Claude-Eliane Weinmann, ex-consule honoraire d’Allemagne à Tahiti pendant 30 ans, écrivain et personnalité très populaire de Tahiti. 

A leurs famille et amis, toute la  rédaction de Tahiti-Pacifique offre ses plus sincères condoléances.