N° 264, juin - juillet 2013


­­ 4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 8    Actualité
 9    Confidences
10    Actualité
11    Actualité
12    Humour
13    Baromètre
15    “Système Flosse”
25    A la cour...
26    BD
27    Iaorana de Simone
29    The Best of LoLo
30    Passages
31    Réinscription à l’ONU
35    Société
36    Friches à Bora Bora
37    Vestiges à Clipperton
43    Nouvelle : Un Amour de frigo
48    Les événements du Pacifique en mai
49    Les événements de Tahiti en mai
50    Balises des îles­­




HUMOUR


 

 

 

“Président” est de retour

«P résident », alias Gaston Flosse, est de retour aux « affaires », comme nous l’avions annoncé dans notre précédente édition. Et cette victoire électorale écrasante a été de suite ressentie. Comme si ses jours étaient comptés, dès son élection Président s’est de suite mis au travail et ça a déferlé comme un ouragan : Président a personnellement lancé les travaux du tunnel routier face à la mairie de Punaauia (un marché de 2 milliards Fcfp), annoncé le démarrage de la construction de la nouvelle prison (8 milliards Fcfp) de Papara, d’un nouveau lotissement social, etc.
Mais comment a-t-il fait pour si vite débloquer tout ce qui était « coincé » depuis des années ? En réussissant à réveiller, à secouer les bureaucrates teigneux, pointilleux qui trop souvent bloquent les projets pour des chiures de procédures, ne serait-ce que pour démontrer qu’ils existent aussi et qu’ils ont un pouvoir. Cette bureaucratie tatillonne qui frise le délire, cette mode du « il faut un permis, un certificat, etc., pour tout » du « tout est interdit », que les derniers gouvernements ont d’ailleurs renforcés avec une myriade de nouvelles “lois de pays”, est d’ailleurs une des raisons essentielle du marasme économique de notre territoire, tout comme elle l’est dans les anciennes colonies françaises d’Afrique.
Mais ce vaste et excellent show médiatique de “Président est de retour, il prend les choses en main et va tout régler” ne peut cacher que la tâche de remettre l’économie de la Polynésie française en forme va être difficile, quasi impossible, tant le système économique existant est bancal, si ce n’est insoutenable : 60% des ressources du “péi” sont liés aux transferts de la France et servent à payer une armée de fonctionnaires qui, à leur tour, maintiennent en survie une société de consommation pour l’essentiel contrôlée par quelques monopoles. Comme nous l’avons expliqué maintes fois, depuis la fin des essais nucléaires puis l’effondrement de son tourisme pour cause de coût excessif, la Polynésie française est devenue une société de consommation sans production qui vit sur le crédit (les emprunts) car elle a maintenu en place, même augmenté, des structures administratives pléthoriques, supportables pendant les “années grasses” du CEP mais qui, aujourd’hui, tel un vampire, sucent toutes les ressources du “péi” et même plus en étouffant tout dynamisme d’entreprise.
Et puis, Tahiti n’a même plus une économie de comptoir colonial comme certains le clament, puisqu’elle n’a que peu de choses à offrir en échange des 175 milliards Fcfp (1,4 milliards €) que la France lui  “transfère” chaque année.
Or ce n’est qu’avec des réformes structurelles profondes de l’économie que Tahiti pourra être sauvée, c’est-à-dire réduire le coût de la fonction publique (payée en moyenne plus du double des rémunérations du privé, celles qui la financent) pour remettre en phase les dépenses publiques avec ce que les ressources de nos îles permettent, mais aussi pour réduire les honteux privilèges qui rendent la société tahitienne si inégalitaire.
Et pour cela, il faut l’admettre, seul Président Flosse pourrait effectuer une telle réforme, s’il décide de la mener, bien sûr. D’abord parce qu’il a une majorité écrasante à l’assemblée, est donc à l’abri du chantage des “girouettes” réputées vénales, ensuite parce qu’il est un des rares politiciens de Tahiti qui n’est pas issu de la fonction publique (au corporatisme et syndicalisme exacerbés), et enfin parce qu’il est certainement dans son dernier mandat, donc nullement préoccupé par un souci de réélection. Il est donc bien le seul à détenir le pouvoir de “sabrer”, de remettre les choses à leur juste place, même si cela signifie qu’il devra partiellement démanteler le système qu’il a lui-même mis en place entre 1981 et 2004 et qui depuis a été maintenu, malgré qu’il ait entraîné le “péi” vers l'abîme et sa population dans la misère.
Président va-t-il oser s’attaquer à ce grand et principal problème, bien occulté par tous les partis pendant la campagne électorale ? Car pas même Barack Obama, s’il avait été élu président de Tahiti, ne peut défier une loi immuable, celle qui dit qu’on ne peut longtemps dépenser plus que ce que l’on récolte, vivre sur un crédit illimité, ce que même la France découvre aujourd’hui dans la douleur. Certaines choses sont absolues. Et, comme tout agriculteur vous le dira, si vous plantez des ananas, peu importe combien vous essaierez, vous ne pourrez jamais récolter des pastèques.

L’avenir proche, c’est-à-dire le voyage de Président à Paris en juillet, nous montrera si la voie d’une réforme sérieuse (mais douloureuse pour la “caste”) a été engagée, ou si on va simplement essayer de prolonger un système moribond et condamné, comme dans la chanson de Gabilou : « Oh mon Dieu, laisse-la moi une nuit encore… ».
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

P.S. : ceci est comme les deux dernières années un numéro de juin et juillet combiné, notre prochain magazine sortira début août.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

3 mai - Les pharmaciens annoncent une journée de débrayage général pour dénoncer le caractère arbitraire des directives de la CPS.

5 mai - Elections territoriales : le Tahoera’a de Gaston Flosse grand vainqueur. Résultats : 45,11% des suffrages à la liste autonomiste de Gaston Flosse, l’UPLD de l'indépendantiste Oscar Temaru est arrivé deuxième avec 29,26% des voix et le parti A Ti'a Porinetia de Teva Rohfritsch (autonomiste) a obtenu 25,63% des suffrages. Le taux de participation a été de 72,79%. Le parti de Gaston Flosse, le Tahoera’a Huiraatira, empoche 38 sièges, contre 11 sièges à l'UPLD de Temaru et 8 sièges à A Ti'a Porinetia.

6 mai - 15e édition du salon du tifaifai à Papeete.

7 mai - Gaston Flosse dévoile son futur Gouvernement.

8 mai - Escale à Papeete du paquebot Sea Princess avec 1950 passagers et 900 membres d’équipage.
- Cérémonie organisée à Papeete à l'occasion du 68e anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.
- 15e Salon du Tifaifai à Papeete.

9 mai - Départ de la 10e Tahiti Pearl Regatta entre Tahiti et Bora Bora.
- Disparition en mer au large des îles Gambier de Jean Alamichel, 57 ans, navigateur solitaire à bord de son yacht Steven, en provenance de l’île de Pâques. Son bateau a été retrouvé vide et intact.

11 mai - Annonce que le projet d’exploitation de phosphate à Makatea a été refusé le 25 avril.

13 mai - Gaston Flosse annonce la création d'une aide imminente pour les chômeurs.
- Annonce de la prise en charge par le Pays du fret de taros congelés des Australes.

15 mai - Création d’un institut Confucius à l’université de la Polynésie française.
- Marama Vahirua, seul joueur de football professionnel tahitien, annonce vouloir s’entraîner avec la sélection tahitienne.
- Jean-François Pascal nommé procureur général de Papeete.
-  Gaston Flosse écrit à l'ONU pour tenter de retarder l'examen de la résolution concernant la Polynésie française.
- Panne de plusieurs heures du réseau mobile Vini.
- 760 plants de cannabis détruits à la Presqu'île.

16 mai - Rentrée des nouveaux élus à l’assemblée de P.F.
- Publication des résultats 2012 de la Banque de Tahiti. La banque serait saine.
- A l'assemblée de Polynésie française, Gaston Flosse réinstalle les symboles de la République, de la Polynésie française et de l'Europe.
- Edouard Fritch, du Tahoera’a Huiraatira,
est élu président de l'assemblée de Polynésie française.
- Annonce de la signature d’un accord entre
le gouvernement Temaru et l’Université d’Auckland pour la formation médicale d’étudiants de P.F.
- Les nouveaux élus de l'assemblée votent par 46 voix sur 57 leur opposition à la procédure de réinscription de la Polynésie française sur la liste des territoires non autonomes de l’ONU.
- l'UPLD mobilise près de 400 personnes place Tarahoi en faveur de la réinscription.

17 mai - L'ONU adopte la résolution sur la décolonisation de la Polynésie française.
- La France dénonce la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU plaçant la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser : c’est "une ingérence flagrante" et "une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens".
- Le drapeau de l'ONU hissé à la Présidence  par Oscar Temaru, encore président pour quelques heures.
- Gaston Flosse élu président de la P.F.
- Nuihau Laurey, nommé vice-président.
Sont nommés ministres :
- Marcel Tuihani jr : logement, affaires de terre
- Geffry Salmon : tourisme
- Tearii Alpha : ressources marines
- Nuihau Laurey : économie et finances, vice- président du gouvernement.
- Michel Leboucher : éducation
- Thomas Moutame : agriculture
- Bruno Marty : équipement
- Béatrice Chansin : santé
et Gaston Flosse : solidarité et emploi et président du gouvernement.

19 mai - L'alcool tue à Moorea : deux jeunes d'une vingtaine d'années sont éjectés d'un fourgon.

21 mai - En réaction à la décision de l’ONU, Gaston Flosse annonce une résolution demandant un référendum d'autodétermination.
- Le gouvernement Flosse annonce qu’il va passer le projet sino-polynésien de la Tahiti Nui Jingmin Ocean Farm à la loupe.
- Délivrance de la licence de transporteur à Air Tetiaroa pour desservir l’atoll.
- Rugby : Faa’a remporte la Coupe de Tahiti face à Pirae.
- Gaston Flosse annonce le début imminent des travaux sur le tunnel routier de Punaauia.

22 mai - Surendettement : la Polynésie française reliée au fichier national.

23 mai - Course de pirogue Tahiti Nui Va'a (tour de Tahiti en trois étapes) : Shell Vodafone remporte la première étape en 5 h 12.
- Tahaa : la fondation Hibiscus n’est plus autorisée à détenir des tortues ; arrêté signé par Jacky Bryant le 15 mai à la veille de la fin de son mandat ministériel.

24 mai - Télémédecine : le professeur Lareng en mission d'évaluation en P.F.
- Tahiti Nui Va’a : l’équipe Shell-Vodafone va’a remporte la deuxième étape de la 9e édition de la course Tahiti Nui Va’a.

25 mai - Contrat de projets Etat-territoire :
118 logements en habitat dispersé confirmés.
- Va’a : Shell-Vodafone remporte la Tahiti Nui Va’a 2013.
- Annonce que l’ancien Moorea Ferry reprendra du service au Vanuatu.

27 mai - Le président Flosse annonce à l’assemblée qu’il « y aura des réformes impopulaires ».
- Vanessa Lo, 24 ans, est élue Miss Dragon (communauté chinoise) 2013.
- Les travaux du futur tunnel qui passera sous le rond-point de la mairie de Punaauia ont démarré.
- Vini et Vodafone signent une convention d'itinérance.

28 mai - L’ancien président Oscar Temaru annonce vouloir créer "les Etats fédérés de la Polynésie".
- Matinées du gouvernement ouvertes au public. Foule dès 3 heures du matin au Palais présidentiel.
- Le Conseil économique social et culturel (CESC) adopte un rapport favorable à l’implantation de casinos en Polynésie française.

29 mai -  Le sénateur Richard Tuheiava représente la Polynésie française à Quito à un séminaire du Comité spécial de l’ONU sur la décolonisation.
- Annonce d’une légère embellie du tourisme, soit une hausse de 6,3% par rapport à mars 2012.
- Projet aquacole : le ministre Tearii Alpha signe une convention tripartite avec la Shanghai Ocean University et la société Jingmin à Shanghai.
-  Troisième instrument financier : l’Etat accorde 5 milliards Fcfp à la P.F.
- L’aide "Parents au foyer" devient "Tauturu 'Utuäfare" après avoir élargi l’assiette des bénéficiaires potentiels d’une allocation imaginée par le gouvernement Temaru, fin 2012.

30 mai - Le président Gaston Flosse adresse un courrier à François Hollande pour lui demander d'organiser un référendum d'autodétermination.

31 mai - Le gouvernement Flosse prépare un pacte de sortie de crise et de relance avec l’Etat.

AdP

Ariane AUGER


Evénements dans le Pacifique Sud

1er mai - PNG : réouverture possible de la mine de cuivre de Panguna. Une nouvelle étude montre que la mine exploitée par Rio Tinto et qui est à l'origine d'une guerre civile entre 1989 et 1997 sur l'île de Bougainville (un conflit qui a tué 15 000 personnes) pourrait réouvrir d'ici six ans. La mine de Panguna pourrait être l'une des 10 meilleures mines de cuivre et d'or de la planète Sa réouverture nécessite toutefois six ans d'aménagement et 5 milliards de dollars.
- Mise à l'épreuve d'un vaccin antipaludique. Les essais cliniques chez l'humain commenceront l'année prochaine. Les chercheurs australiens sont convaincus que ce vaccin pourra combattre toutes les formes de paludisme.

3 mai - La Thaïlande cherche des matières premières dans le Pacifique. Ces matières premières se raréfient à travers le globe et le secteur industriel thaïlandais est en pleine croissance. C'est donc vers le Pacifique que la Thaïlande se tourne nous seulement pour trouver des matières premières mais pour mettre en place des partenariats commerciaux.

6 mai - En Papouasie Nouvelle-Guinée, la situation est explosive sur le premier site de production de gaz naturel liquéfié dans la province d'Hela, en plein centre du pays, dans les hauts-plateaux. Les habitants sont amers. Ils estiment que l'exploitant, Esso Highlands, n'a pas tenu ses promesses de développer les infrastructures locales.

7 mai - L'Australie envoie de l'aide aux Îles Marshall. Le nord de l'archipel micronésien est en proie à une sécheresse grave. Le ministre australien des Affaires étrangères a annoncé qu'il débloquerait 100 000 dollars pour l'acheminement d'unités de dessalement de l'eau de mer. La sécheresse touche
5000 personnes, menace leurs potagers et leur accès à la nourriture. 11 000 autres Marshallais sont concernés par une sécheresse moins grave mais qui affecte leurs cultures.
- Arrestation d'un journaliste au Vanuatu. Un commentaire personnel posté sur Facebook de Gratien Tiona, journaliste à l'Indépendant du Vanuatu, expliquait qu'il priait pour que s'écrase l'avion ramenant le gouvernement à Port-Vila. Le commentaire a provoqué la colère du Premier ministre Moana Carcasses, qui a ordonné l'arrestation du journaliste.

8 mai - Au Samoa, la construction du casino est maintenue malgré l'arrestation du promoteur immobilier chinois qui pilotait le projet. Deng Hong, le P-dg du Chengdu Exhibition and Travel Group, a été arrêté en Chine où il est soupçonné de corruption. Deng Hong a signé un protocole avec le gouvernement samoan l'année dernière pour la construction d'un casino-hôtel d'une capacité de
500 chambres.

9 mai - Pêcheurs miraculés. Partis de leur île natale, Ocean Island, EiiritoTatua et Teikauea Tegiaa ont dérivé pendant trois semaines et cinq jours, ils ont survécu en mangeant de petits poissons et en buvant de l'eau de pluie, puis de mer. Et ils ont miraculeusement été repêchés dimanche par un bateau de pêche américain à 675 km de leur île. Les deux pêcheurs sont en convalescence à Honiara.

13 mai - État de catastrophe naturelle aux îles Marshall. Une décision prise en fin de semaine dernière après qu'une équipe d'évaluation des Nations unies eut indiqué que 10 000 personnes environ sont touchées par une sécheresse extrême dans le nord du pays. Pas une goutte de pluie depuis trois mois, et les services météorologiques n'envisagent pas de précipitation avant le mois de septembre.

Mission humanitaire de l'US Navy. La flotte américaine a décidé d'envoyer un bâtiment militaire de transport d'où peuvent débarquer des troupes et des véhicules amphibies dans six nations océaniennes du Pacifique au cours des prochains mois. L'USS Pearl Harbor quittera Hawaii le 24 mai et mettra tout d'abord le cap vers le Samoa pour ensuite se rendre à Tonga, aux Îles Marshall, en Papouasie Nouvelle-Guinée, à Kiribati et aux Îles Salomon. La France, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon et la Malaisie participeront également à cet effort humanitaire axé autour de  la santé avec des chirurgiens, des dentistes, des vétérinaires et des experts de la santé publique.

Mystérieux visiteur aux îles Cook. En octobre 2012, Binjamin Nachshon, un Israélien de 47 ans doté d'un passeport allemand, a été découvert accroché à une bouée et à un sac à dos au large des côtes de Rarotonga. Dans le sac, deux téléphones portables dans des pochettes de type zip-lock et un ordinateur portable. L'homme a refusé toute aide des bateaux qui l'avaient repéré et c'est par la force qu'il a été embarqué à bord un bateau pour être ramené sur terre. La durée de son visa touriste est arrivée à expiration le jour même où il a été retrouvé. Il refuse depuis de s'expliquer. Les services de l'Immigration des îles Cook ont décidé de lui accorder un permis de travail afin qu'il puisse s'acheter un billet d'avion pour quitter l’île.

15 mai - Au Samoa, lancement d'une nouvelle chaîne de télé et d'une nouvelle station de radio, toutes deux dénommées EFKS. C'est une création de l'Église la plus puissante du pays, l'Église chrétienne congrégationaliste. Ces nouveaux médias ciblent avant tout les jeunes et, pour ce faire, les programmes seront bilingues, en anglais et samoan.

20 mai - Fidji : bonne nouvelle pour les planteurs de canne à sucre. Le prix de la tonne a augmenté et de la lumière pointe au bout du tunnel. Le directeur général du Conseil des planteurs de canne à sucre a indiqué que les cultivateurs ont reçu cette année
80 dollars fidjiens la tonne (45 dollars US) au lieu des 50 dollars fidjiens (28 dollars US) perçus depuis deux ans et demi.

Des Fidjiens à Toulouse - Une délégation fidjienne emmenée par le Premier ministre par intérim Frank Bainimarama a reçu livraison en France d'un Airbus A330. La compagnie aérienne nationale Air Fiji possède désormais deux A330.

22 mai - La mouche des fruits a débarqué sur Rarotonga. Les services de l'agriculture l'ont découverte au début du mois dans le village de Tupapa. Elle serait arrivée par avion, depuis Tahiti. Hawaii, les Mariannes et d'autres pays d'Asie sont déjà infestés. 
- A Tonga, huit pasteurs de l'Église Libre Wesleyenne ont été suspendus de leurs fonctions. Ils sont soupçonnés d'avoir détourné des dizaines de milliers de dollars chacun ; en tout 344 000 dollars ont disparu des caisses de l'Eglise.
- La gratitude de la Géorgie envers le Vanuatu. Le président géorgien Saakashvili a rencontré le Premier ministre vanuatais, Moana Carcasses, au sommet de l'eau de l'Asie-Pacifique. A l'issue de la rencontre, le président a annoncé que le Vanuatu annulait sa reconnaissance officielle de l'Abkhazie, cette République séparatiste soutenue par Moscou, mais qui fait toujours partie officiellement de la Géorgie. Le Vanuatu avait dans un premier temps reconnu l'Abkhazie en 2011, à la suite de la Russie et de Nauru et Tuvalu.
- Australie : Ford jette l'éponge. Le constructeur automobile a annoncé hier matin son intention de fermer ses deux usines dans l'État du Victoria. Le président de Ford Australia a précisé : « Nos coûts d'exploitation en Australie sont 2 fois supérieurs à l'Europe et 4 fois supérieurs à l'Asie. » Ford s'est installé en Australie dans les années 1920 avec la Ford T.

23 mai - Samoa américain : obèse à 15 mois. 
800 nourrissons nés au Samoa américain entre 2001 et 2008 ont fait l'objet d'une étude de Brown University. Les résultats sont effarents : 23,3% des garçons et 16,7% des filles sont rangés dans la catégorie des obèses à l'âge de 15 mois.

Fantômes, sexe et vidéo en Tasmanie. Une femme de 28 ans de Tasmanie a plaidé coupable de 5 chefs d'accusation pour relations sexuelles avec un garçon mineur. C'est le père du mineur qui a découvert le pot au rose en visualisant les bandes vidéo d'une caméra installée pour tenter de capturer des activités de fantômes dans la maison.

Augmentation de l'aide australienne à Fidji. Alors que les relations entre les deux pays sont ponctuellement tendues depuis le coup d'État de 2006, le gouvernement australien a annoncé une aide pour l'année financière 2013 - 2014 de plus de 58 millions de dollars à Fidji. Une augmentation de 18% par rapport à l'année précédente.

27 mai - Non au Taiga Sua. L'Église chrétienne congrégationaliste du Samoa (CCCS) a lancé un appel historique pour l'abandon de Taiga Sua, cette tradition d'apporter des cadeaux aux pasteurs et autres responsables religieux. Selon la coutume fa'alavelave, les familles et les amis de la famille sont censés offrir de l'argent, de la nourriture, des habits, des nattes et autres objets d'artisanat aux révérends. Et cela en plus de la dîme habituelle. Résultat, certains croyants donnent à la CCCS la moitié de leurs revenus.

28 mai - Exploration des grands fonds marins à Fidji. De précédentes recherches indiquent que le plancher de l'océan dans la ZEE de l'archipel fidjien renferme des dépôts de sulfures polymétalliques qui intéressent les sociétés d'exploitation minière. Un permis d'exploration a été délivré à une société coréenne tandis que la demande d'une société australienne est actuellement à l'étude. Les sites d'exploitation potentiels sont situés entre Fidji et le Vanuatu.
- L'investissement prospère à Fidji. 41 nouveaux programmes d'investissement étranger ont été enregistrés lors du premier trimestre 2013 et représentent une valeur de près de 200 millions de dollars ; une augmentation de 90% par rapport au premier trimestre 2012. Ces projets devraient aussi créer 1461 emplois. L'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Chine sont les trois principaux investisseurs. 

avec Pierre Riant à Radio Australie



Apparemment, un résident cossu de la principauté de Monaco est un aficionado de Tahiti, comme le prouve l’autocollant à l’arrière de sa belle voiture (flèche). (Ph. Ch. Pinson).



13e Salon “Made in Fenua” organisé par la CCISM 
pour faire la promotion des industries locales. (Ph. TPM)



Vanessa Lo a été élue Miss Dragon 2013, ambassadrice
de la communauté chinoise de Tahiti. Elle est titulaire
d’un master en Droit des Affaires économiques
et parle parfaitement l’anglais et la langue hakka. (Ph A. Wong)


 Il faut noter les mobilisations de la délégation polynésienne de l’Ordre de Malte et de son chef Christian Hyvernat
pour collecter des produits qui seront ensuite redistribués aux nécessiteux de Papeete. (Ph. TPM)



Nouvel outil de promotion pour la compagnie Air Tahiti Nui : la cérémonie de mariage à 10 000 mètres au-dessus des océans, ici au-dessus de l’Atlantique, sur un vol Paris-Los Angeles-Tahiti. (Ph. ATN)