N° 266, septembre 2013


­­4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 8    Divers
 9    Confidences
10    Actualité
11    Actualité
12    Humour
13    Baromètre
14     Image
15    Reo Tahiti, âme des Tahitiens
23    Iaorana de Simone
24    BD
25    The Best of LoLo
27    Atolls victimes du climat ?
31    BD
33     Affaire du SED   
41    Publications
42    Nouvelle : La Pierre de Faaite
48    Les événements du Pacifique en août
49    Les événements de Tahiti en août
50    Balises des îles­­



 



HUMOUR


 

 

 

Retour du culte de la personnalité de Président

On se rappelle de la présidence Temaru pendant laquelle la communication se résumait à grassement rémunérer des « attaché(e)s de presse » qui ne communiquaient que rarement, soit en expédiant des “copiés-collés” d’études, soit quelques photos numériques mal cadrées, voire inutilisables. Rien que cette miséreuse communication en disait long sur l’état et le sérieux de la gouvernance.
Voici plus de 100 jours, retour de Gaston Flosse qui fut, comme nous l’avons déjà écrit, suivi par le déferlement d’un véritable tsunami de communiqués. Après la sècheresse, c’est l’inondation. Chaque visite d’un officiel chez un autre, chaque pose d’une première pierre – même d’une toute petite maison – chaque signature, chaque déplacement dans les îles résulte dans l’envoi de communiqués tonitruants (on a même eu droit au ministre des TP qui regardait des épaves de bateaux de pêche couler).
Oui, il est vrai que pour relancer une économie en déclin, il faut d’abord restaurer la confiance. Il est donc indispensable de faire croire qu’un gouvernement sérieux pourra garantir à de potentiels investisseurs un environnement économique sécurisé dans un cadre légal renforcé. Une confiance qui sera bien difficile à restaurer car l’élément essentiel de la quasi faillite de la Polynésie française a été l’interférence continuelle du pouvoir politique local dans le secteur économique du Territoire. Ce pouvoir, sous toutes les majorités qui se sont succédé, a non seulement contribué à instaurer des monopoles ou quasi monopoles étonnants (grande distribution, énergies, médicaments, etc.) mais s’est même souvent carrément installé comme concurrent du secteur privé (chaîne de télévision, transport maritime, habitat social, téléphonie mobile, perles, laboratoires, vente d’électronique, grands travaux publics, flottille de pêche, vanille, etc.) au  travers de SEM, EPIC et autres. Ainsi, malgré qu’elle soit régie par la constitution française qui garantit la libre concurrence, une économie quasi soviétique s’était mise en place et, comme l’URSS en 1991, la Polynésie française a vu en 2010 exposé l’ampleur des dégâts, c’est-à-dire le coût énorme de ces officines déficitaires gérées par une oligarchie de fait qui a eu tout le temps nécessaire pour apporter la preuve de son incompétence.  Une oligarchie, explique Lamartine, est une forme de gouvernement où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante, une « caste ». Ces dernières années, et même pendant le soi-disant « taui », il semble que cette oligarchie de Tahiti se soit aussi transformée non seulement en ploutocratie (c’est-à-dire un pouvoir réservé au plus riches), mais aussi en gérontocratie, pouvoir réservé aux vieux qui, par tradition, bénéficient de la force ou de tout autre pouvoir de fait.

Si on peut comprendre l’intérêt de campagnes de communication de la Présidence destinées à « rendre la confiance » au secteur économique, on a bien plus de mal à comprendre où est la nécessité de recommencer à dépenser des fonds publics pour des campagnes de culte de la personnalité du président Flosse.
C’est en effet ce qui se passe depuis la mi-août avec la myriade de communiqués officiels à la gloire du président Flosse et à son « succès » au « sommet » du « PLG, Pacific Leaders Group » (communiqué du 29 août). Pure mensonge, répété dans d’autres communiqués, car le « Pacific Leaders Group » n’existe pas et qu’il s’agit ici du Polynesian Leaders Group, un petit groupe d’intérêt culturel qui s’était créé (avec Oscar Temaru) en 2011, un peu pour faire contrepoids au groupe “Fer de lance” mélanésien, et dont le premier sommet formel s'est tenu en août 2012 à Rarotonga aux Îles Cook. Ce n’est qu’une sorte de Rotary anglophone (Oscar Temaru parle parfaitement l’anglais) amélioré sans prétention, sans structure et sans action aucune, et qui avait écrit dans ses statuts que sa présidence serait attribuée à tour de rôle par ordre alphabétique. Ainsi, après les “Cook Islands”, c’était au tour de “French Polynesia” de tenir la présidence cette année, ce que Flosse savait très bien. Ce qui n’empêcha pas la Présidence de Tahiti d’annoncer triomphalement que « le Président Gaston Flosse a été élu ce matin à Auckland, à l’unanimité, président du Pacific Leaders Group » et que « cette élection place à nouveau la Polynésie française dans le concert des Nations océaniennes et scelle la reconnaissance de son Président par ses pairs » (sic). Concert de Nations océaniennes ? Pourtant ce petit groupe ne compte que trois États souverains (Samoa - 190 000 h., Tonga - 105 000 h. et Tuvalu - 11 200 h., ainsi que deux territoires autonomes en libre association avec la Nouvelle-Zélande (les Îles Cook - 19 000 h. et Niue - 1400 h.), un territoire non-incorporé des États-Unis (Samoa américaines - 55 000 h.), un territoire de la France (Polynésie française) et un territoire néo-zélandais (Tokelau -1430 h.). Gentils “pays” qui ont respecté leurs engagements, bien que Flosse ne parle pas l’anglais...

Mais aux côtés de l’encensement dithyrambique, on trouve aussi le comique qui parfois frise le ridicule. Ainsi a-t-on eu le bonheur de lire que « Gaston Flosse rencontre Henry Puna, Premier Ministre des Îles Cook, accompagné de son Ministre des Finances et de son conseiller spécial… Il a aussi été question de coopération et de la création d’une zone d’échange économique, une sorte de marché commun, qui devra commencer par un développement de relations aériennes plus régulières et plus directes ».
Ah, quelle grande réussite diplomatique, même si le communiqué évite de mentionner que les Îles Cook ne représentent qu’une population de 19 000 habitants (soit un peu plus que l’île de Moorea) car les trois quarts de la population ont depuis longtemps émigré en Nouvelle-Zélande ou en Australie pour pouvoir vivre dignement. Et ne craignant absolument pas le ridicule, le communiqué annonce fièrement que « le Premier Ministre des Îles Cook a indiqué que de nombreux investisseurs privés des Îles Cook étaient désireux d’investir en Polynésie » (sic !), oubliant même que les îles Cook sont aussi la “Polynésie”. C’est comme écrire que le Puy du Fou veut investir en Vendée !
Rien que ce détail montre à quel point les grands communicateurs de Flosse sont ignorants du contexte polynésien, régional et du Pacifique insulaire.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 1er août - Mouvement de grève sur le Port de Papeete à l'appel du syndicat CSTO/FO.

3 août - Compétition de bodybuilding et de bikini fitness.

5 août - Grève au port autonome : l’activité tourne au ralenti.
- Bilan de la mission gouvernementale à
Paris : Gaston Flosse annonce une avance de trésorerie de 6 milliards Fcfp et des médecins militaires pour les îles éloignées.
- Le Régiment du service militaire adapté le (RSMA) propose une nouvelle formation aux métiers de la mer.

6 août - Un bateau de pêche chinois fait naufrage au large de Rapa (Australes).

7 août - Naufrage du palangrier chinois : les recherches sont arrêtées. Bilan : 4 morts, 4 disparus, 6 rescapés.
- Hôpital du Taaone : l’unique oncologue du territoire en arrêt maladie.
- La Maison de la perle est dissoute.

8 août - La grève au port autonome se poursuit, aucun container ne sort de la zone sous douane, les commerçants s’inquiètent.
- Quatre marins vietnamiens sautent de leur navire de pêche battant pavillon taïwanais au large de Papeete pour échapper à des conditions de travail difficiles à bord.
- Le nouveau collectif « chômeurs en action » devant le haut-commissariat. Son but : « Se faire embaucher, si il n’y a pas de création d’emplois, une allocation de chômage de 30 000 francs et devenir un syndicat pour tous les chômeurs ».
- Le ministre de l’Education ne veut plus rendre les uniformes obligatoires au collège.
- Premiers effets concrets de la montée des océans : les cocoteraies des Tuamotu sont touchées. A Puka Puka (Tuamotu), plus de 90% de la production de coprah a été perdue suite à des inondations plus fréquentes.
- Hôpital du Taaone : l’incinérateur de Nivee n’est plus. Les déchets hospitaliers sont désormais stérilisés avant d’être enfouis à Paihoro.

9 août - Crash du Twin Otter d’Air Moorea du 9 août 2007 : hommage aux disparus. Les familles attendent toujours la tenue d’un procès.

10 août - Marche culturelle dans la vallée de Hamuta.
- Le Polynésien Alain Riou remporte les trials de surf à Teahupoo.

12 août - Réunion des comités de pilotage du Contrat de projets et « du Troisième Instrument financier ». 19 milliards Fcfp pour le logement social, avec plus de 7000 demandes en attente.
- Le haut-commissaire aux Tuamotu pour le suivi des installations : abris de survie, eau potable, etc.
- 14 hectares de végétation ravagés par un incendie à Paea.

13 août - Makemo (Tuamotu) devrait accueillir le projet de ferme aquacole de la société chinoise Tian Rui International Investment.
- Les SDF attendent toujours leur centre d’accueil d’urgence.
- Des scientifiques relèvent des traces de
pesticides et métaux lourds dans les lagons à Tahiti, Moorea et Huahine.
- CESC : le Pays projette de réduire les indemnités et le nombre de conseillers de 51 à 48.
- Une rupture de fibres optiques provoque des perturbations dans les télécommunications.

15 août - Les naufragés chinois ont quitté Rapa à bord du Tuhaa Pae IV pour rejoindre Tahiti, puis leur pays d’origine.
- Le collectif “Solidarité Pour Tou”s récolte aliments et matériels pour les familles.

16 août - 15e jour de grève au port autonome : les grévistes dénoncent des problèmes de sécurité, les entrepreneurs y voient un conflit de personnes. 2000 containers bloqués dans la zone sous douane.
- Lancement du chantier de la station d’épuration des eaux usées de Papeete.

17 août - Port autonome : le syndicat CSTP-FO, le Port autonome et le ministre de l’Équipement signent un protocole d’accord.
- Un pakaculteur de Papeari interpellé avec 1076 pieds de cannabis dans son jardin.
- Va’a : Rete Ebb remporte le Super Aito.

18 août - L’Australien Adrian « Ace » Buchan remporte la 16e Billabong Pro Tahiti 2013.

20 août - Port autonome : le syndicat CSTP-FO et les sociétés d’acconage signent un protocole d’accord. Fin de la grève et reprise de l'activité.

21 août - Décès de Maco Tevane, directeur de l’Académie tahitienne depuis sa création il y a 41 ans, à l'âge de 76 ans.
- La rétrocession des terrains militaires est bloquée depuis 2011. Philip Schyle, maire de Arue, menace de saisir le conseil d’Etat.
- Lionel Beffre, actuellement Préfet des Pyrénées-Atlantique, remplacera Jean-Pierre Laflaquière au poste de haut-commissaire dès le 16 septembre.

22 août -  Poursuite de la grève à la société Newrest.
- Une foule nombreuse assiste à la messe funèbre de Marc Maamaatuaiahutapu (Maco Tevane). 

23 août - Des pêcheurs sillonnent la passe en bonitier pour exprimer leur refus d’ouvrir la ZEE polynésienne aux navires de pêche européens.
- L'ex-haut-commissaire Jean-Pierre Lafla-quière quitte Tahiti.
- L’Hôpital du Taaone frôle la pénurie de sang.
- Tournée gouvernementale à Makemo, Puka Puka et Napuka (Tuamotu).
- Enquête sur la gestion de la Société Environnement Polynésien : Michel Yonker est mis en examen pour "complicité de corruption passive". L’enquête cible un potentiel enrichissement personnel de l’ex-directeur, Karl Meuel.

26 août - Le Pays devient propriétaire du domaine de l’ancien hôtel Sofitel à Punaauia.
- Ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de Gaston Flosse dans l’affaire du SED, le Service d’étude et de documentation.
- L’ex-haut-commissaire, Jean-Pierre Laflaquière, pressenti à la tête d’Air Tahiti.
- Rere Puputauki sort de prison sous bracelet électronique.

27 août - Mathieu Bechonnet pressenti à la tête d’Air Tahiti Nui.
- L’assemblée adopte une résolution invitant les pays membres du Forum du Pacifique à
« respecter les 70% des électeurs qui se sont prononcés en faveur de l’autonomie ».
- Colloque sur les violences conjugales.

28 août - Gaston Flosse en Nouvelle-Zélande au 3e sommet du Groupe des leaders polynésiens (Polynesian Leaders Group : Samoa américain,  Samoa, Îles Cook, Niue, Tuvalu, Tokelau, Tonga).
- Projet de loi du Pays relatif au plan de départs volontaires des agents de la fonction publique territoriale. La prime de départ (“parachute doré”) est portée à 20 mois de salaire brut.

29 août - Réunion à Auckland du Groupe des leaders polynésien : Gaston Flosse prend la présidence tournante.
- 3,4 tonnes de trocas en provenance de Hao saisies au port de Papeete.
- Foire agricole de Papeari. Le ministre de l'Agriculture annonce seulement 34% d'autosuffisance des besoins alimentaires.

30 août - Réunion à Auckland : Gaston Flosse soumet à l’approbation une résolution (votée par l’assemblée de PF) sur le thème du changement climatique et de ses conséquences sur les Etats insulaires du Pacifique et qui sera présentée au Forum des îles du Pacifique début septembre aux îles Marshall.
- Manifestation UPLD pour l’emploi local : seules 50 personnes présentes.

31 août - Renvoi d’Émile Vernaudon et de Joinville Pomare devant le tribunal correctionnel de Papeete dans l’affaire des détournements de fonds dans la location du terrain du cimetière et du CET d’Orofara.
JD

Juliette Doucet


Evénements dans le Pacifique Sud

1er août - Le premier groupe de demandeurs d'asile concernés par le plan Rudd est arrivé en Papouasie Nouvelle-Guinée. Ces demandeurs d'asile sont arrivés dans les eaux australiennes après le 19 juillet, date de l'annonce par le Premier ministre australien Kevin Rudd de sa nouvelle politique de l'immigration. Tous les réfugiés envoyés par l'Australie en Papouasie Nouvelle-Guinée n'obtiendront pas automatiquement la nationalité papoue.
- Le Premier ministre du Vanuatu estime que l'Australie doit reconnaître le mal qu'elle a fait aux insulaires du Pacifique à l'époque du blackbirding, entre 1863 et 1904. Les blackbirders étaient des colons, des aventuriers qui sillonnaient le Pacifique au XIXe siècle pour recruter de la main d'œuvre pour les plantations du Queensland, principalement de canne à sucre. Pour ce faire, soit ils enlevaient des insulaires, soit ils les manipulaient et leurs faisaient signer un contrat de travail avec un salaire absolument dérisoire, mais nécessaire car la marine britannique n'autorisait pas l'esclavage.
- Le gouvernement du Vanuatu s'est engagé à verser 350 millions de dollars américains à GMR, une entreprise de Singapour qui prévoit la construction de plusieurs aéroports dans le pays.
- Les États-Unis déploieront des avions de chasse, des avions ravitailleurs et peut-être des bombardiers en Australie l'année prochaine. Les États-Unis réorientent en effet leur stratégie de défense sur le Pacifique et l'Asie du Sud-Est et stationneront aussi des avions de chasse à Singapour, en Thaïlande et en Inde.

5 août - Le Forum du développement régional s'est ouvert à Fidji. 25 pays, dont la Russie, la Chine, le Koweït et les Émirats Arabes Unis, ont envoyé des représentants à ce Forum inaugural, initié par Franck Bainimarama. Les chefs d'État et ministres de 14 pays de la région ont fait le déplacement.
 
6 août - Au Samoa, la police se serre la ceinture. Le ministère de l'Intérieur a lancé un concours pour encourager les officiers à perdre du poids.

8 août - Au Samoa, les exportations d'huile de coco vierge sont en augmentation, grâce à un don du Secrétariat de la Communauté du Pacifique, qui a débloqué 18 000 dollars américains pour aider les producteurs samoans à s'équiper.

12 août - A Fidji, Franck Bainimarama a promis des élections démocratiques pour septembre 2014.  Les dirigeants du Parti Travailliste ont réclamé le rétablissement de la Constitution de 1997, suspendue par Franck Bainimarama trois ans après son coup d'État. Le Premier ministre fidjien a cependant bien l'intention de soumettre à référendum un nouveau projet de Constitution. Le Parti Travailliste a lancé un appel au Secrétariat du Commonwealth, à l'Union européenne et au Forum des Îles du Pacifique pour qu'ils supervisent la transition vers un régime démocratique.
- Aux Îles Salomon, une modification suspecte de la loi sur les banques. Les compagnies d'exploitation forestière peuvent désormais créer leurs propres banques. Il y a peu, les banques locales, elles-mêmes filiales de grandes banques multinationales, ont fermé les comptes des exploitants forestiers. Une sanction demandée par le gouvernement et la direction des banques, car ils suspectent des activités de corruption et de blanchiment d'argent de la part des compagnies forestière.
- Deux usines de dessalement de l'eau de mer fonctionnant à l'énergie solaire vont être construites sur Aniwa, au sud du Vanuatu, et Ambae, au nord du pays. Le gouvernement vanuatais a signé un accord avec le fonds communautaire pour l'environnement océanien, et c'est le Japon qui finance ces deux usines de dessalement. Un véritable soulagement pour les 11 000 habitants d'Ambae.
- À Tonga, quand deux princesses épousent des roturiers, la monarchie se modernise. La princesse Salote Luepepau'u Tuita, sixième dans l'ordre de succession au trône, est fiancée à un ancien international tongien de rugby à XV. Quant à la princesse Frederica Tuita, dixième dans l'ordre de succession au trône, elle épousera le fils d'un homme d'affaires tongien.

19 août - La Nouvelle-Zélande légalise le mariage entre personnes de même sexe et devient ainsi le premier pays de la région Asie-Pacifique à le faire et le
14e pays à l'échelle mondiale.

20 août - L'Australie devient la deuxième donatrice de la Banque asiatique de développement. L'île-continent est passée devant les États-Unis en promettant 629 millions de dollars sur quatre ans. Et c'est le Japon qui reste le premier donateur de l'ADB. La spécialité de la Banque asiatique de développement, c'est le développement des infrastructures pour lutter contre la pauvreté en Asie et dans le Pacifique.
- Pitcairn se dote d'un nouveau débarcadère. Le gouvernement de l'île espère ainsi attirer 40% de touristes en plus.

21 août - En Papouasie Nouvelle-Guinée, un groupe armé s'est emparé de la tour de contrôle de l'aéroport de Mont-Hagen, la capitale de la province des Hauts-Plateaux de l'Ouest. Un grand tronçon de la grande et unique route des hauts-plateaux a dû être fermé. Les violences entre deux groupes de tribus différentes sont liées aux élections locales.
- La réinscription de la Polynésie française sur la liste de l'ONU des États à décoloniser donne de l'espoir aux indépendantistes hawaïens. C'est ce qu'a déclaré Leon Siu, ministre des Affaires étrangères de l'organisation indépendantiste du Royaume de Hawaï, un titre qui n'existe pas car Hawaii est devenu le 50e État américain en 1959. Pourtant, en 1843, la Grande-Bretagne avait officiellement reconnu l'indépendance d'Hawaii. Leon Siu estime que son pays est occupé illégalement par les États-Unis depuis les années 1890. Le chef indépendantiste affirme que 30 000 Hawaïens sont en faveur de l'indépendance, pour une population totale d'1,4 million.

23 août - Arrestation d'un député en Papouasie Nouvelle-Guinée. Le vice-ministre responsable de Mines, Wera Mori, a été interpellé et mis en examen. Il est accusé entre autres de fraude, de conspiration et d'escroquerie. Des accusations relatives à la disparition de millions de dollars destinés à un projet de développement routier.
- Importante saisie de drogue au Vanuatu. La police a découvert 600 kilogrammes de cocaïne dans un voilier amarré à Port Vila. La plus importante saisie de toute l'histoire de l'archipel.

26 août - Les États-Unis veulent se câbler dans le Pacifique. Le ministère de la Défense américain a fait savoir qu'il pourrait aider à financer un nouveau câble à fibres optiques pour relier la Nouvelle-Zélande, l'Australie, les États-Unis et plusieurs îles du Pacifique. Washington serait prêt à dépenser 100 millions de dollars dans l'acquisition d'un câble pouvant relier toutes ses bases militaires dans la région, notamment en Australie et au Samoa américain.

28 août - Australie : Boart Longyer, une société de services miniers, a annoncé la suppression de plus de 2000 emplois tandis que le ralentissement économique de la Chine et la baisse du prix des matières premières continuent de peser sur le secteur minier.

29 août - Le groupe alimentaire néo-zélandais Fonterra a révélé au début du mois d'août que des lots de lait pour enfants et des boissons pour les sportifs auraient pu contenir en 2012 une bactérie pouvant causer le botulisme, une maladie qui peut provoquer la paralysie. Des lots de produits contaminés ont été rappelés de plusieurs pays. Selon le ministère des Industries primaires néo-zélandais, les dernières analyses montreraient que la bactérie découverte ne serait pas une bactérie botulique mais une bactérie de l'espèce Clostridium sporogenes qui ne poserait aucun problème sanitaire.
- La séropositivité progresse en Papouasie Nouvelle-Guinée. 426 nouveau cas de séropositivité ont été signalés dans la Province de Morobe.
- La République populaire de Chine et les Forces militaires de la République fidjienne ont franchi une nouvelle étape en signant une convention pour une coopération militaire et une assistance technique plus étroites.
- PNG : nouvelles arrestations à propos du Rabaul Queen. Ce ferry rouillé et surchargé, a coulé le
2 février 2012, faisant plus de 140 morts. La semaine dernière c'est l'Australien Peter Sharp, le propriétaire du ferry, qui a été interpellé par la police. Cette semaine, c'est le capitaine du navire qui a été interpellé et mis en examen pour navigation sur un bateau défectueux et surchargé. Le directeur de la société maritime a aussi interpellé et mis en examen pour 162 chefs d'accusation pour homicide involontaire.
- Le quotidien américain New York Times affirme qu'un collectif de piratage informatique favorable au gouvernement syrien, l'Armée électronique syrienne, a paralysé le site web du journal lors d'une « attaque externe malveillante » en ciblant le serveur australien qui héberge le site du quotidien.

30 août - L'océan Pacifique se refroidit. Selon les scientifiques du journal Nature, le refroidissement de l'océan Pacifique est à l'origine d'une certaine stagnation depuis 10 ou 15 ans de la température du globe.
- L'Australie se prépare à jouer un rôle prépondérant à la résolution sur la Syrie. L'Australie prend en effet la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies dès le mois de septembre.
- Sur 8 OMD (Objectif du Millénaire pour le Développement), Fidji ne parviendra pas à concrétiser trois d'entre eux : la réduction de l'extrême pauvreté et de la faim, la promotion de l'égalité des genres et de l'autonomisation de la femme et la réduction du VIH/Sida, du paludisme et d'autres maladies.
- Les risques de tsunami à Tonga ont été classés dans la catégorie “Extrême” et le gouvernement a annoncé un plan national d'alerte aux tsunamis pour protéger les Tongiens d'une éventuelle catastrophe. 

avec Pierre Riant à Radio Australie



Rentrée des classes 2013 (en hiver à Tahiti, colonie oblige) associée à des manifestations culturelles. (Ph. TPM)




“Viens, je vais t’apprendre à manier
le sabre façon Kung Fu”. (Ph. TPM)




Présentation d’un club d’escrime (et non d’ice cream)
pour apprendre la politique à fleurets mouchetés. (Ph. TPM)




Nous avions oublié : au moins de juin s’est tenu un casting pour la sélection des candidates pour l’élection d’une “Miss Ronde Tahiti”. C’est ce qu’on appelle adapter un événement au goût du jour. Il sera intéressant de connaître les sponsors de cette mémorable élection, si elle a lieu. (Ph. TPM)



L’équitation, un moyen assuré pour éviter
à ces dames d’avoir une culotte de cheval. (Ph. TPM)



Décédé
Maco TEVANE, de son vrai nom Marc Maamaatuaiahutapu, fondateur de l’académie tahitienne, à l’âge de 76 ans. Grand défenseur de la langue tahitienne, meilleur dramaturge de Tahiti, mais aussi acteur avec son célèbre Mama Roro et Papa Penu, Maco était un vrai Polynésien, plein d’humour, un homme dont tous appréciaient le savoir, la sagesse et étaient fiers d’avoir eu la chance de le connaître. Sa disparition est une immense perte pour la Polynésie. A sa famille et ses innombrables amis, la rédaction de Tahiti-Pacifique présente ses plus sincères condoléances.

A.d.P., ph. DR