N° 267, octobre 2013


­­ 4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 9    Confidences
10    Société
11    Actualité
12    Humour
13    Baromètre
14     Image
15    Crevettes tahitiennes
22    A la cour
25    Iorana de Simone
26    Libre opinion
27    The Best of LoLo
28    L’art à Papeete
31    Ethnologue en 1840
34     Editions        
35    Publication
37    Créateur moderne de marae
42    Nouvelle : A la recherche du temps perdu
48    Les événements du Pacifique en septembre
49    Les événements de Tahiti en septembre
50    Balises des îles­­



 



HUMOUR


 

 

 

Une performance époustouflante, dont s’inspirer…

Pendant le mois de septembre, toute la Polynésie française a vibré avec la Coupe du monde de beach-soccer (football de plage) qui se déroulait à Tahiti. L’équipe de Tahiti (appelée localement les « Tiki Toa »)
a réussi l’exploit de se qualifier jusqu’en demi-finale en battant des grands pays comme les Etats-Unis, l’Australie ou l’Argentine (6 à 1 !), des pays aux moyens financiers illimités, comme les Emirats arabes unis, et tenant même en échec (jusqu’au tirs au but) le Brésil, pays inventeur du beach-soccer, lors de la “petite finale”.
Pour apprécier l’ampleur – l’énormité serait plus juste –  de l’exploit de l’équipe tahitienne, il faut tenter de cerner le contexte dans lequel ces jeux sont menés, et l’enjeu qu’ils représentent. Ce qui pourrait peut-être expliquer certaines dérives patentes et indéniables d’arbitrages qui ont profondément choqué les spectateurs à Tahiti.
D’abord, il faut savoir que l’équipe tahitienne, les « Tiki Toa », est composée uniquement de joueurs tahitiens, tous amateurs, tous bénévoles. On est à des années-lumière des usuelles stars du football payées des millions d’euros par an, et il doit y en exister quelques-uns en beach-soccer, au moins dans les équipes des pays riches et avides de gloire nationale.

Ensuite, il faut comprendre que la FIFA (Fédération internationale de football association) est devenue une immense organisation mondiale, une formidable “cash machine” qui brasse des milliards d’euros chaque année et qui fait (et fera) tout pour préserver et faire fructifier ce lucratif empire du football, véritable nouvel opium des peuples de la planète.
Or, laisser un “Petit Pousset” tel Tahiti, avec ses 270 000 habitants, devenir champion du monde en battant des grands pays tels les Etats-Unis (300 millions d’habitants), la Russie (150 millions d’habitants), le Brésil (200 millions d’habitants), tous de grands pays qui ont largement investi dans leurs équipes nationales, financé des armées d’officiels pour réguler ce sport,  décrédibiliserait  totalement le beach-soccer, les supporters des grands pays (donc les clients de la FIFA) se diraient : « Mais c’est une blague, ce sport, qu’est-ce que c’est que ce binz, c’est n’importe quoi ! » . Voir Tahiti remporter le championnat du monde aurait donc pu avoir des conséquences plutôt dramatiques pour la FIFA et, comme l’on sait, grâce à de tristes affaires dévoilées dans le passé, que cette organisation n’est nullement immune aux tentations de la corruption, on est en droit de se demander si les arbitres – d’au moins deux matchs –  n’auraient pas soit obéi à des « directives », soit succombés à des « offres irrésistibles ».
Si tel était le cas – car tout ceci, bien sûr, n’est que supposition – la performance des joueurs tahitiens n’en serait que plus formidable car toute la population a vécu – en direct – la souffrance et le désespoir que les décisions injustes des arbitres ont affligé au moral des joueurs tahitiens.
C’était le “choc des cultures”, celle de l’innocence, de la fraîcheur et de l’enthousiasme face au monde du calcul stratégique, des raisons d’Etat et… du gros pognon. 

Autre point positif à relever dans cette grande aventure du beach-soccer : la décision prise par Reynald Temarii (accordons le crédit lorsqu’il est mérité) de confier la formation de l’équipe de Tahiti à un entraîneur suisse renommé, nommément  Angelo Schirinzi, après que celui-ci lui ait expliqué que l’équipe tahitienne avait un potentiel insoupçonné.
Le succès apporté par cette décision de confier une telle responsabilité à un étranger expert (au lieu de l’accorder à un cousin, ami ou copain de la « caste », comme c’est l’habitude à Tahiti) devrait être compris par nos dirigeants afin de confier aussi les rênes de nos officines territoriales vitales (telles Air Tahiti Nui, le ministère de la Santé, etc.) à de vrais et confirmés spécialistes internationaux, avec la liberté de “sabrer” dans les situations de rentes qui ont mis notre territoire à genoux, l’ont mené à la faillite.

L’espoir, c’est bien ce qui fait vivre !

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 1er septembre 2013 - Le leader du parti A Ti’a Porinetia annonce sa candidature à la tête de la mairie de Punaauia face à l’un des siens, le maire sortant Rony Tumahai.

2 septembre - Mouvement de grève des agents hospitaliers au CHPF.

3 septembre - La CTC sort un rapport sévère sur la politique du tourisme entre 2005 et 2012. Elle pointe l’absence de stratégie à long terme et le manque d’offres touristiques.

4 septembre - Flosse défend l’autonomie devant le Forum du Pacifique et affirme que la Polynésie est prête à accueillir les réfugiés menacés par la montée des eaux. La délégation prend contact avec des  investisseurs de Dubaï.
- Le collectif “Solidarité pour tous” révèle que certaines familles précaires déscolarisent leurs enfants.

5 septembre - Les conclusions du Forum du Pacifique ne mentionnent pas la Polynésie française (membre associé) : ni la résolution anti-réinscription onusienne, ni la proposition de créer un fonds pour les réfugiés climatiques, présentées par le président, n’ont été retenues. Pour Flosse, le bilan du Forum reste positif : « On ne parle plus de la réinscription ». « Zéro pointé pour le président du pays », pour l'UPLD.

6 septembre - Ouverture du salon du tourisme.

7 septembre - Le procureur général de la Cour de cassation a transmis à sa juridiction la demande de dépaysement de l’affaire Haddad-Flosse.

9 septembre - La sécheresse sévit : pénurie d’eau à la Presqu’île.

10 septembre - Les expulsions de familles se poursuivent au quartier Bel Air à Punaauia en vue du projet Mahana Beach.
- Une centaine de fonctionnaires (sur plus de 10 000) se mobilise contre la réforme des retraites.
- Le GSMA, devenu RSMA (Régiment du service militaire adapté), s’implante à Arue pour accueillir davantage de jeunes en formation (de la cuisine à la mécanique).
- Un centre d’hébergement d’urgence pour une trentaine de sans-abris ouvre ses portes dans la vallée de Tipaerui.

11 septembre - L’UPLD commente les 100 jours de Flosse au pouvoir : « Ils nous avaient promis un choc de relance et de solidarité, on a eu droit à un choc fiscal ».
- Gaston Flosse annonce qu’Edouard Frich serait son successeur éventuel.
- L’Etat modernise son système “Telsite” de surveillance de l’atoll de Moruroa, fragilisé par les tirs nucléaires sous-marins.
- Mini Jeux du Pacifique à Wallis et Futuna : la Polynésie française termine à la deuxième place du classement des médailles.


12 septembre - Les trois députés de Polynésie française se déclarent  « extrêmement surpris » des propos de leur collègue René Dosière qui a affirmé que « les conditions de vie outre-mer ne justifient plus l’indexation » des fonctionnaires. Selon l'Insee, « les prix sont 26% plus élevés en Polynésie française qu'en métropole (estimation de mars 2010) et les salaires des fonctionnaires d'Etat sont majorés de 84%  ».

13 septembre - L’opérateur de téléphonie Vodaphone accuse Vini de “pratiques anticoncurrentielles” et critique l’OPT qui veut lui louer une “bretelle” du câble Honotua à un prix trop élevé selon lui.
- Arrivée du nouveau haut-commissaire Lionel Beffre.
- Des riverains s’inquiètent d’un projet du gouvernement d’élargir la voie entre le Pont de l’Est et Arue.
- Coup d’envoi de la Coupe du monde de beach-soccer place Toa’ta.
- Les représentants de l’assemblée adoptent une résolution contre la réforme du mode de scrutin pour les municipales (10 communes sur 48 concernées).

16 septembre - Prise de fonction du nouveau haut-commissaire qui souhaite contribuer « au redressement économique et favoriser la croissance » du “peï” et affirme qu’ « il n’y a pas de point qui bloque », concernant la demande d’avance de trésorerie de 6 milliards Fcfp faite à l’Etat.
- Le groupe Degage lance sa société aérienne Tahiti Air Charter pour exploiter des hydravions.
- La condamnation de Cyril Tetuanui pour prise illégale d’intérêt est notifiée au haut-commissariat, un an après la décision de la Cour de cassation.

17 septembre - Le village de l’artisanat traditionnel ouvre dans les jardins de Paofai. 

18 septembre - Premier match de la Coupe du monde de beach-soccer.
- La commune de Hitia O Te Ra pourrait être mise sous tutelle, si les recommandations de la Chambre territoriale des comptes ne sont pas appliquées.
- La Commission des lois à l’Assemblée nationale rejette l’amendement des députés polynésiens sur la loi électorale pour les municipales, qui impose un scrutin de liste aux communes de plus de 1000 habitants. Pour René Dosière, député et rapporteur de la commission des lois, ce mode de scrutin est nécessaire car il permet aux femmes de rentrer en plus grand nombre dans les conseils municipaux.

19 septembre - 3050 candidats (pour 47 postes) se présentent à un concours pour entrer dans la fonction publique communale.
- Les agents de sécurité privée disposent d’un statut professionnel.
- Incendie sur les hauteurs de Bora Bora.

21 septembre - L’équipe tahitienne de beach-soccer, les Tiki Toa, se qualifie pour les quarts de finale en battant les Etats-Unis 5 buts à 3.
- Oscar Temaru organise une marche festive (quelques centaines de personnes) pour remercier  les organisateurs de la Coupe du monde de  beach-soccer d'avoir choisi Tahiti et les églises pour leur soutien à la réinscription à l'ONU.

22 septembre -Tauhiti Nena confirme sa candidature à la mairie de Papeete.

23 septembre - Beach-soccer : l’équipe tahitienne s’incline face à l’Espagne (2-4). 
- Colloque international sur “La personne et les catégories de genre en Polynésie” à l’Isepp.

24 septembre - Temauri Foster est relaxé dans l’affaire de la passation du marché entre l’OPT et la Sofrecom.
- Le représentant et vice-président de l’assemblée, Jean-Christophe Bouissou, demande l’annulation de sa mise en examen pour “trafic d’influence” dans l’affaire Ravel. Le parquet général s’y dit favorable.
- En 2012, les créations d’entreprises ont progressé de 6% par rapport à 2011, révèle l’ISPF.
- Edouard Fritch veut une résolution pour rendre le Pacte civil de solidarité (Pacs) applicable en Polynésie, dès 2014.

25 septembre - L’équipe tahitienne se qualifie pour les demi-finales de la Coupe du monde de beach-soccer en battant l’Argentine 6 buts à 1.
- La ministre de la Santé annonce des concours avant la fin de l’année pour embaucher des agents à l’hôpital de Taaone.

26 septembre - Le collectif “Solidarité pour tous” organise une récolte de denrées alimentaires.
- Journée de la contraception.
- L’Etat envisage une augmentation d’1,2 milliard Fcfp des crédits en faveur d’investissements structurants destinés au “3e instrument financier” pour atteindre 7,2 milliards en 2014.

27 septembre - Conférences-débats sur le thème du Pacs à l’assemblée.
- Réouverture du belvédère du Tahara'a.
- Brigitte Girardin, représentante spéciale de la Polynésie en métropole, annonce qu’elle est contre « toute défiscalisation sur de nouveaux projets de constructions hôtelières ». Propos démentis ensuite par G. Flosse.
- Le “peï” veut racheter le site de l'ex-Club Med à Moorea, fermé depuis 2001, pour y faire un complexe touristique de type Mahana Beach.
- Tahiti est battu par la Russie (3 à 5) en demi-finale de la Coupe de monde de beach-soccer.
- Jean-François Pascal devient procureur général de la République en Polynésie française.
- L’OPT rapatrie 11 milliards de Fcfp placés en France, à l’Union des banques suisses.
 
28 septembre - Beach-soccer : le Brésil remporte la troisième place en battant Tahiti après une fin cruelle aux tirs au but (7-7 a.p., 1 t.a.b
à 0). La Russie bat l’Espagne en finale par 5 buts à 1 et remporte la Coupe du monde.  
JD

Juliette Doucet


Evénements dans le Pacifique Sud

2 septembre 2013 - Papouasie Nouvelle-Guinée. C'est plus d'une décennie après la fin de la guerre civile à Bougainville que des responsables politiques et des dirigeants locaux se sont réunis dans la capitale papoue pour discuter de l'avenir de la province autonome. Signé en 2001, l'accord de paix de Bougainville a mis fin à plus de 10 ans d'un conflit sanglant suscité par la colère des habitants et leur opposition à l'exploitation de la mine de cuivre de Panguna. Un accord qui repose sur trois piliers : un degré d'autonomie élevé pour Bougainville, sa démilitarisation et éventuellement un référendum sur l'indépendance.
- Le géant bancaire HSCB a demandé à plus de 40 missions diplomatiques à travers le monde, dont la Papouasie Nouvelle-Guinée, de fermer leurs comptes en banque. En 2012, HSCB s'est retrouvé impliqué dans un scandale de blanchiment d'argent. Selon les observateurs, le groupe bancaire espère redorer son blason.
- Corruption en hausse aux Îles Salomon. La branche locale de Transparency International organise des réunions d'information à travers l'archipel pour expliquer à la population les méfaits de la corruption et ce que peuvent faire les habitants pour lutter contre ce fléau.

3 septembre - Forum du Pacifique aux Îles Marshall : la question fidjienne sera une priorité étant donné que l'administration fidjienne a adopté une nouvelle constitution et annoncé la tenue d'élections démocratiques en septembre 2014. Fidji a été suspendu en 2009 après son refus d'organiser rapidement des élections démocratiques.

4 septembre - Forum du Pacifique : les dirigeants des pays membres ont assisté à une cérémonie d'élimination d'ailerons de requins confisqués visant à saluer les progrès réalisés dans la protection de ces prédateurs marins suite à la décision des Marshall d'ouvrir un sanctuaire pour requins de 2 millions de km2 en 2011.

5 septembre - La Chine et la Nouvelle-Zélande vont travailler ensemble à un projet d'amélioration des réseaux d'adduction d'eau aux Îles Cook. Le Pacifique devient ainsi la première région de la planète où la Chine travaille en partenariat avec un autre donateur d'aide majeur.
- La représentante de Taïwan en Australie a rejeté les accusations selon lesquelles Taipei achète les voix de certaines nations océaniennes dans le Pacifique dans les forums internationaux en sortant le chéquier. Taïwan entretient des relations diplomatiques avec six pays de la région : les Îles Salomon, les Îles Marshall, Kiribati, Palu, Nauru et Tuvalu qui ont préféré Taïwan à la Chine.

6 septembre - Forum du Pacifique : le Premier ministre de Papouasie Nouvelle-Guinée a annoncé un vaste programme d'assistance au développement régional. Plus de 2 millions de dollars américains seront remis à Tuvalu pour aider à atténuer les conséquences du réchauffement climatique et 5 millions de dollars seront remis à Tonga pour aider le royaume à se remettre du passage dévastateur des récents cyclones. Un million de dollars sera versé au Îles Marshall pour panser les plaies de la longue sécheresse.

9 septembre - Le Premier ministre de Papouasie Nouvelle-Guinée a lancé un appel à un engagement direct avec le président indonésien pour obtenir un degré d'autonomie pour les habitants de Papouasie occidentale, une province indonésienne.
- Au Forum du Pacifique, les représentants des pays les plus vulnérables aux conséquences du réchauffement ont réagi avec émotion aux suggestions selon lesquelles les habitants de Tuvalu, de Kiribati et des Îles Marshall devront éventuellement quitter leur île face à la montée des eaux. Le chef de la diplomatie néo-zélandaise a déclaré :
« Ils ne veulent même pas en discuter, ils ne veulent pas d'autres options non plus. C'est chez eux, un point c'est tout. Et ils veulent que nous les aidions à rester chez eux ».

10 septembre - Fidji : le nouveau gouvernement australien de Tony Abbott entend normaliser ses relations avec l'administration de Franck Bainimarama et le Royaume-Uni a réitéré son soutien à la réintégration du pays au sein de l'organisation du Commonwealth dans la perspective des élections démocratiques fidjiennes en septembre 2014.
- Lors d’une réunion menée sous l'égide de la Commission des Pêches du Pacifique Centre-Ouest (WCPFC), les nations de la région-Asie Pacifique qui pratiquent la pêche hauturière ont accepté de réduire leurs prises de thon rouge de 15%. Greenpeace plaide pour une interdiction totale de la pêche au thon rouge tant que les stocks en baisse n'auront pas récupéré.

11 septembre - La Papouasie Nouvelle-Guinée signe un accord de partenariat avec l'IUCN (Union international pour la conservation de la nature) le plus grand organisme écologiste du monde. La biodiversité papoue compte parmi les plus riches de la planète. Le directeur régional de l'IUCN estime que le boom économique qui caractérise la Papouasie Nouvelle-Guinée fournit une plateforme idéale pour la création d'une économie verte.

13 septembre - Selon un rapport de l'Université nationale australienne, 60% des populations de Fidji, Vanuatu, Papouasie Nouvelle-Guinée et Nauru et d’autres du Pacifique sont obèses.

16 septembre - Australie : les exportations de légumes vers la Corée du Sud, la Chine et la Papouasie Nouvelle-Guinée ont doublé depuis 2008. Deux raisons à cette augmentation : la qualité des produits et l'urbanisation de l'Asie.
- Nouvelle-Zélande : le chef de la diplomatie a annoncé un programme d'assistance électorale, un programme d'assistance au développement, la reprise des programmes de bourses d'études supérieures pour les Fidjiens et la suppression de certaines sanctions sportives imposées à Fidji depuis le putsch de 2006. Les Kiwis entendent ainsi témoigner de leur soutien aux élections prévues en septembre 2014 dans l'archipel fidjien.
- Le blobfish, un poisson qui vit dans les profondeurs des côtes sud de l'Australie, a été élu l'animal le plus vilain de la planète.


17 septembre -Au Forum du Pacifique, les dirigeants ont décidé de réintégrer Fidji après les élections prévues en septembre 2014. Mais Fidji, a affirmé le chef de la diplomatie fidjienne, n'est pas disposé à revenir au Forum tant que le rôle de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande n'aura pas été réévalué.
- Le président de Bougainville accuse la Papouasie Nouvelle-Guinée de renier ses promesses de financer le référendum sur l'indépendance de la région autonome de Bougainville conformément à l'accord de paix signé en 2001. Le gouvernement de Papouasie Nouvelle-Guinée n'a pas donné cette année le versement dans le cadre d'un vaste programme de développement qui éventuellement devrait aboutir à un référendum sur l'indépendance de Bougainville entre 2015 et 2020.

18 septembre - 1 400 tonnes de mélasse dans le port d'Honolulu. Cette substance gluante et sucrée s'est déversée dans les eaux à partir d'une conduite lors d'une opération de transbordement entre une plantation de sucre et un navire de transport.
- Kiribati : si l'eau continue de monter, les quelque 100 000 habitants de cette micro-nation n'auront plus grand-chose pour s'accrocher à leurs 32 atolls. Le président envisagerait, avec l'aide d'une société japonaise et de quelques milliards de dollars, la création de la première nation flottante de la planète. Une société de construction à Tokyo élabore les plans d'une île qui pourrait flotter sur l'équivalent d'énormes nénuphars à travers le Pacifique.

19 septembre - Tony Abbott, 28e Premier ministre australien, a été assermenté dans ses fonctions. Il veut supprimer la taxe carbone imposée par le précédent gouvernement travailliste, taxe qui a entamé le pouvoir d'achat des Australiens qui se sont exprimés par les urnes le 7 septembre dernier.

20 septembre - Le gouvernement de Papouasie Nouvelle-Guinée a abrogé les lois accordant l'impunité au groupe anglo-australien BHP Billiton concernant les dégâts infligés à l'environnement par la mine d'or et de cuivre OK Tedi, dans la Province Ouest. Une catastrophe écologique, car la mine rejetait tout simplement tous ses déchets, des millions de tonnes par an, dans le fleuve Fly.

24 septembre - Tuvalu ne deviendra un pays en développement qu'a partir de 2015. Un sursis que le gouvernement de l'archipel a réussi à obtenir de l'ONU, pour la deuxième année consécutive. Tuvalu demeure donc, pour 2014, l'un des 49 pays les moins avancés de la planète. Ce qui le place dans une position plus favorable pour obtenir des aides diverses.
- Du crabe rouge royal frelaté et faussement labellisé “crabe du Vanuatu” : une entreprise sud-coréenne aurait falsifié la signature d'un employé du ministère vanuatais de la pêche. Objectif de la manœuvre : mentir sur la provenance d'une cargaison de 5000 kilos de crabes rouges royaux, qui venaient en fait du Japon, et possiblement de la zone contaminée par les fuites radioactives de la centrale de Fukushima. Un exportateur japonais, aurait lui aussi falsifié des documents avec de fausses signatures vanuataises. Le ministère vanuatais de la pêche mène une enquête. 
 
26 septembre - Les moai de l’Ile de Pâques se désintègrent. Le climat serait à l'origine de cette dégradation : les 838 géants de pierre sont soumis à la pluie et à des vents puissants avant d'être écrasés par des températures extrêmes pendant l'été.
- Australie : le nouveau gouvernement de Tony Abbott a annoncé des coupes budgétaires dans l'aide au développement à l’étranger de l'ordre de 4,5 milliards dollars. 

avec Pierre Riant à Radio Australie



Le destroyer Lanzhou 170, un navire de 6000 tonnes et 156 m de long, et la frégate Liuzhou 573, un bâtiment
de 4100 tonnes, ont fait escale à Papeete du 20 au 22 septembre. Comme on le voit, la Marine chinoise possède dorénavant des unités furtives de dernière génération. (Ph. TPM)


Michel Buillard, le maire de Papeete, a publié
un livre autobiographique, Tamari’i Tahiti. (Ph. TPM)



Ce sont surtout les volontaires qui ont aidé la FIFA 
à transformer les championnats de beach-soccer
en succès sportif, populaire et médiatique.  (Ph. FIFA)


Gigantesque incendie dans la montagne de Bora Bora dû à la sècheresse persistante. 
Deux jours plus tard, d’abondantes pluies règleront le problème. (Ph. D.R.)