N° 270, Janvier 2014


­­ 4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 9    Confidences
10    “Jackpot” de la défiscalisation
12    Humour
13    Baromètre
14    Image
15    Polynésiens et Hakkas
20    The Best of LoLo
19    Iaorana de Simone
22    Pouvoir et gros sous
25     A la cour
26    Où sont les “Terres rares” ?
28    Polynésie invisible
30    Nids à moustiques
32    Justice incompréhensible
34    Moni api
35    BD
36    Mémoires d’ambassadeur
39    Quand la bombe se préparait
41    Nouvelle : Fausses pistes
45    Editions
48    Les événements du Pacifique en décembre
49    Les événements de Tahiti en décembre
50    Balises des îles­­



 



HUMOUR


 

 

 

Que devons nous attendre de 2014 ?

Nul n’est besoin ici de répéter la litanie du désastre économique qui a frappé la Polynésie française ces dernières années, le président Flosse s’en charge amplement lors de chaque discours. Ajoutons juste que, si l’on en croit les chiffres de l’AFD, de l’IEOM ou de l’ISPF, la débandade avait déjà commencé en 2001, soit trois années avant le « Taui ». Ce qui est logique car, depuis 1965, la Polynésie française avait été transformée en ville de garnison (telles Brest ou Toulon) dont l’économie avait comme moteur les dépenses militaires (du CEP) et les transferts de fonds de la métropole destinés à transformer l’ancienne colonie en pays « moderne ». Ce qui a surtout importé à Tahiti la société de consommation, oui mais souvent créé des marges commerciales “étonnantes”, transformant nos îles en l’une des destinations les plus chères de la planète, ce qui à son tour a tué l’industrie touristique, en fait le seul avenir possible pour nos îles. Mais il est vrai qu’entre 2004 et 2013 la myriade de gouvernements tahitiens qui se sont succédé n’ont rien fait pour remédier aux problèmes économiques, soit par ignorance soit par pure fainéantise soit par “j’m’en foutisme”.

Ne revenons pas sur les détails des multiples raisons et erreurs passées qui ont précipité Tahiti vers la mouise économique et sociale dans laquelle elle se trouve aujourd’hui, nous avons déjà que trop publié une foule de dossiers et d’éditoriaux sur le sujet. Hélas en vain. Les situations de rentes, les monopoles, l’indexation, les corporatismes administratifs, les réseaux de connivences, les syndicats corrompus sont devenus la norme dans notre “pé’i” et ces “institutions” ont la vie dure.
Le président Flosse est allé en Chine pour tenter d’y charmer des investisseurs potentiels, tout en multipliant les baisemains et courbettes devant le gouvernement parisien pour qu’il continue à cofinancer le coût faramineux de l’administration pléthorique.

Oui, mais avant de solliciter de nouveaux investisseurs où encore plus de « transferts » pour alimenter le tonneau des Danaïdes tahitien (qui a des fuites partout et qu’on ne peut jamais remplir), peut-être serait-il grand temps de « faire le ménage » (en anglais, on dit « clean up your act ») avant de solliciter qui que ce soit. Faisons un très court constat :
Alors qu’à Tahiti le revenu moyen par habitant est inférieur de moitié à celui de la métropole, comment peut-on penser maintenir un système dans lequel les employés de l’administration locale et de tous ses satellites sont payés environ le double de ceux de métropole et du secteur privé de Tahiti, surtout que les 14 000 fonctionnaires (Territoire et Etat) représentent 25% des 56 000 emplois de P.F. (c’est 19% en métropole). Et il en est de même dans l’univers de la sécurité sociale (médicaments 20% plus chers, retraites à 60 ans, etc.), et en plus voilà que l’Etat impose une nouvelle fonction publique communale, avec la rigidité des lois françaises concernant les emplois publics qui est depuis longtemps la risée dans le monde. L’économie locale, déjà exsangue, peut-elle supporter de telles tares ? Bien sûr que non, et cela fait des décennies que cela se sait, du moins ceux qui veulent l’entendre. Et les investisseurs potentiels chinois vont faire les gros yeux lorsqu’il découvriront le coût et les lois du travail, l’administration rigide et tatillonne, puis les syndicats douteux
Le président Flosse s’apprête-t-il à enfin faire « le ménage » ? Il semblerait que cela puisse être le cas, si l’on écoute bien une phrase de sa déclaration de vœux pour 2014 :
« Face aux difficultés, je vois poindre les revendications sectorielles, les égoïsmes, les tensions économiques et sociales, les violences, la délinquance. Tout cela menace notre “vivre ensemble”. Tout le monde voudrait une solution tout de suite, même si elle doit se faire au détriment des autres. Ce n’est pas possible. Il faut refuser la résignation, rechercher la voie la plus équitable, rester solidaire et confiant. »

Il est vrai que “ça s’excite” du côté de la fonction publique, qui subit déjà un gel de son indice depuis 2011 et qui entend le murmure d’un certain “rabotage” qui pourrait se faire du côté de la myriade de « primes et indemnités » accumulées au fil des décennies, une manne qui, selon certaines indiscrétions, s’élèverait à 5 milliards Fcfp par an.

Qui vivra verra, mais l’année 2014 pourrait bien être l’année de la mise en œuvre de certains changements qui auraient dû être entrepris depuis plus de 20 ans. En témoigne une bibliothèque pleine d’études d’experts venus se pencher sur “le bébé Polynésie” et qui disent tous la même chose… La société de consommation et la bureaucratisation de nos îles, mises en place grâce à l’argent de la France, ont démontré qu’elles ne sont plus viables et il est devenu évident qu’il va falloir retomber sur terre, mettre en place une administration et une économie en phase avec les ressources réelles de la Polynésie française, qui sont encore à développer.

Nous vous souhaitons une heureuse et prospère année 2014, en vous remerciant pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 2 décembre - Rock Wamytan, président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, est à Tahiti pour une coopération parlementaire entre les  territoires.
- Selon une étude, seuls 23% des élèves qui entrent au CP décrochent un Bac général (contre 70% en métropole).
- Crash d'Air Moorea de 2007 : l’association 987 dénonce les “manœuvres dilatoires” des mis en cause.

3 décembre - Centre hospitalier : par manque d’attractivité (salaires, retraites…) de nombreux praticiens quittent le territoire et ne sont pas remplacés.
- Une quinzaine de personnes atteintes de paralysie des membres suite à une probable contamination du virus du zika sont hospitalisées.
- L’assemblée accorde 222 millions de Fcfp supplémentaires pour le dispositif d’aide aux familles Te Tauturu Utuafare.
- Rassemblement pour Teura, 18 ans, fauchée sur un passage piéton à Papeete en novembre et décédée après un long coma.

4 décembre - Le budget 2014 (136 milliards Fcfp) est voté à l’assemblée.
- Plan de départ volontaire dans l’administration : les objectifs pour 2014 passent de 300 à 150 agents.

5 décembre - La “ministre des Finances” Pakumotu (une monarchie républicaine polynésienne autoproclamée indépendante en 2010) est condamnée à deux mois de prison ferme après avoir tenté de payer un plein d’essence avec des patu (une monnaie produite par sa communauté).
- Démarrage du nettoyage du lagon de l’atoll de Hao (base avant du CEP) par des plongeurs de la Marine nationale. Les opérations de démolition des installations militaires et de dépollution se poursuivent afin de restituer les parcelles à leurs propriétaires. Selon Roland Oldham, président de l’association Moruroa e Tatou , « il n’y a pas eu de contrôles radiologiques sur l’atoll. On a juste passé au bulldozer ».
- 2000 plants de cannabis sont saisis dans le quartier Lucky à Papara.

7 décembre - Mehiata Riaria, miss Tahiti 2013, est élue première dauphine de Miss France.

9 décembre - Une mission sanitaire (Eprus) de spécialistes des épidémies est en Polynésie. On compte 13 000 cas de dengue depuis février 2013 et 35 000 cas de zika, depuis octobre.
- L’Igas (Inspection générale de l’administration) et en Polynésie à la demande du gouvernement qui souhaite que l’Etat participe de nouveau au financement du régime de solidarité (RSPF) du “pe’i”. Le nombre de ressortissants (74 000) a doublé depuis 1995, pour un coût global de 26 milliards Fcfp.
10 décembre - Hicham el Berkani, qui avait tenté d’ouvrir une « mosquée » à Papeete en octobre 2013 – suscitant des réactions violentes sur les réseaux sociaux –, porte plainte pour incitation à la haine raciale.
- Loi Morin : le Tribunal administratif de Polynésie française fait droit au recours d’une habitante de Rikitea atteinte d’un cancer et dont la demande d’indemnisation avait été rejetée par le ministère de la Défense. L’Etat est condamné à  réexaminer cette demande d’indemnisation.

11 décembre - La police effectue une perquisition au domicile du “roi” Pakumotu où elle trouve des centaines de millions de patu et des mandats d’arrêts Pakumotu contre des représentants des autorités de l’Etat et du Pays.

12 décembre - L’Onu adopte par consensus une nouvelle résolution sur le droit à l’autodétermination de la Polynésie. Elle recommande l’accompagnement par la France dans le processus de décolonisation et devrait envoyer des experts pour évaluer l’impact des essais nucléaires. La Présidence accuse l’ONU “d’ingérence inacceptable”.
- Athanase Teiri (le “roi” Pakumotu) et sa fille Mahina sont placés sous contrôle judiciaire.
- Elections de la CCISM : Stéphane Chin Loy et sa liste sont reconduits à la tête de la Chambre de commerce.

13 décembre - Le budget 2014 du Régime de solidarité de Polynésie française (RSPF) est voté en déséquilibre de près de 4 milliards Fcfp. Manolita Ly, ministre des Affaires sociales, annonce que « les professionnels de santé devront s'attendre à des retards ». En protestation, les infirmiers libéraux entame une “grève des soins”.

16 décembre - La diffusion annoncée d’insecticides pour lutter contre les moustiques inquiète beaucoup les apiculteurs car elle décimerait des ruches entières, comme cela s’est déjà produit. Après avoir dénoncé l’utilisation du malathion, les apiculteurs désapprouvent l’utilisation de la delthamétrine.
- La grande majorité des centres de loisirs restent fermés pendant les vacances de Noël : le déficit du RSPF ne permet plus la prise en charge des enfants par le biais des bourses de vacances.

17 décembre - Des silhouettes noires vont  être installées sur le bord de la chaussée là où des personnes sont décédées lors d’accidents de la route.

18 décembre - Cyril Le Gayic est réélu à son poste de secrétaire général du syndicat CSIP. Il a été mis en examen en octobre 2012 dans une affaire de corruption et d’abus de confiance.

19 décembre - Santé : l’ensemble des professions libérales rejoint les infirmiers dans leur combat. Ils demandent au Pays de garantir les délais de paiement conventionnels pour 2014.
- Une boutique hors taxe ouvre à l'arrivée de l’aéroport de Tahiti Faa'a.

20 décembre - Le président du “pe’i” et le haut-commissaire signent la convention concernant l’avance de trésorerie de 5 milliards de l’Etat ainsi que le pacte de croissance.

21 décembre -Troisième édition du mini-festival des Marquises à Ua Huka.

22 décembre - Le président et une délégation  partent en Chine à l’invitation de l’Apcae (Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger) pour lever des partenariats.
- Le Fed (Fonds européen de développement) accorde au “pe’i” 3,6 milliards Fcfp pour la période 2014-2020.

26 décembre - Gaston Flosse rencontre le vice-président Chinois à Pékin. Les deux dirigeants veulent développer les relations bilatérales à travers le tourisme, les ressources marines et le marché de la perle. Une ligne aérienne directe reliant les deux pays est à l’étude.
- Le vice-président et  ministre des Finances, Nuihau Laurey signe un prêt de 1,2 milliard de francs auprès de la SFIL.
- Les maires d’Arue, de Pirae et de Mahina décident de saisir le conseil d’Etat sur la question de la rétrocession des terrains militaires.

27 décembre - 27 ans après sa création, le  Tiki Village de Moorea est racheté par un Néo-Calédonien pour 5 millions Fcfp.

28 décembre - Le nouvel Aremity Ferry  effectue sa première rotation entre Tahiti et Moorea. L’Aremity Ferry 2 peut transporter 970 passagers et 150 véhicules et relie Tahiti à Moorea en 40 minutes.
- Un enfant décède après avoir été percuté par un  automobiliste alors qu’il circulait à vélo à Bora Bora. 
- Gaston Flosse rencontre les dirigeants de la 
CCECC (China Civil Engineering Construction Corporation) à Pékin, l’une des plus grosses entreprises de BTP de Chine. Son P-dg affirme « son vif intérêt pour les grands projets structurants que sont la reconstruction de l’aéroport, la voie rapide entre Taravao et Papeete et le port de Faratea » et envoie une équipe de dix ingénieurs.

29 décembre - Plus de 4 000 personnes sont séduites sur les réseaux sociaux par le timbre de voix exceptionnel d’une jeune Polynésienne de
11 ans, Raumata Tetuanui.

Juliette Doucet


Evénements dans le Pacifique Sud

2 décembre - Les écoutes téléphoniques autorisées à Fidji. De nouvelles législations permettent en effet aux organismes d'application de la loi de placer sur écoute des hauts-fonctionnaires, des responsables politiques et militaires et d'accéder à leurs comptes bancaires. Ces réglementations sont issues des recommandations soumises par le Groupe d'action financière au Conseil national de lutte contre le blanchiment d’argent.
- PNG : publication d'un rapport accablant pour le ministère des Finances. Ce rapport, à force de détails, indique comment le ministère des Finances a versé des millions de dollars en demandes de compensations frauduleuses. Le rapport recommande des poursuites pénales à l'encontre de plus de 50 personnes dont des avocats, des hauts-fonctionnaires et des hommes d'affaires.
- Les Îles Salomon comptent une population totale de 515 870 habitants. Ils étaient 409 042 en 1999, soit une augmentation de 2,3% ou de 106 828 personnes en l'espace de 10 ans. Sur ces plus de 515 000 habitants, plus de 100 000 (soit environ 20% de la population) vivent dans les centres urbains de l'archipel.

4 décembre - Aux Îles Salomon, un avion de chasse américain de la Seconde guerre mondiale a été retrouvé dans un marécage de la vallée de Lau, dans la moitié est d'Honiara, la capitale, par un riverain qui tentait de planter des taro.
- Tuvalu : mécontentement des passagers de Fiji Airways. Cette société est la seule compagnie aérienne qui dessert Tuvalu deux fois par semaine. Et selon les passagers de Tuvalu, les prix pratiqués sont prohibitifs. Un aller-simple entre Funafuti et Nausori à Fidji se vend 634 dollars australiens pour un vol d'un peu plus de 1 000 kilomètres. Pour le directeur de l'aviation civile à Tuvalu, Fiji Airways profite d'être en situation de monopole. Des propos contestés par Fiji Airways : « La seule piste d'aviation sur l'île ne peut accueillir qu'un appareil ATR de 40 sièges et le coût d'exploitation des petits appareils est plus élevé et doit être répartis sur un nombre de passagers plus restreint. »

6 décembre - Tonga célèbre l'accession au trône de George Tupou 1er en 1845, le 19e monarque du clan Kanokupolu. Ce 4 décembre reconnaît les multiples réalisations de ce roi : notamment l'adoption du christianisme et la transformation du royaume « en une nation civilisée. »
- Découverte d'un méga sous-marin japonais au large de Hawaii. Ce sous-marin de 120 mètres de long, capturé par les Américains, avait été coulé en 1946. Il a été découvert par des explorateurs à plus de 2000 mètres de profondeur au large de la côte sud-ouest de l'île d'Oahu à Hawaï. À la fin de la guerre, les États-Unis ont capturé et coulé cet engin I-400 de la classe des sous-marins “Sen-Toku” en compa-gnie de quatre autres sous-marins pour que l'Union soviétique n'ait pas accès à la technologie à bord de ces submersibles.

9 décembre - Fidji envisage la possibilité d'accueillir des citoyens d'une nation souveraine qui seraient obligés de fuir leur île face à la montée des eaux associée au réchauffement des températures. Kiribati est un archipel menacé par la montée des eaux et les autorités ont déjà acheté près de 2 500 hectares de terre sur Vanua Levu, la deuxième île de l'archipel fidjien, une police d'assurance en quelque sorte dans la perspective de la montée des eaux.

10 décembre - Polynésie française : Oscar Temaru en faveur de l'enseignement en anglais. C'est la France qui règle la facture de l'éducation qui est estimée aux alentours de 700 millions de dollars américains par an. Mais pour le dirigeant de l'opposition, les enfants de cette collectivité doivent être éduqués en anglais, c'est une question de bon sens économique : « Nous sommes entourés de pays anglophones, notre première industrie est le tourisme et 90% de nos visiteurs sont anglophones. De nombreuses personnes à travers le monde aimeraient venir à Tahiti mais ils découvrent que les autres pays autour de nous parlent anglais. Et nous parlons français. C'est donc un obstacle, une barrière. »
 - Problème d'approvisionnement en eau à Tonga. Après cinq mois de sécheresse dans le groupe d'îles d'Ha'apai, les habitants ont de plus en plus de mal à trouver de l'eau.

11 décembre - Miss Îles Cook devient Miss Pacifique Sud. Le concours s'est déroulé aux Îles Salomon et Teuira Napa est la nouvelle reine du Pacifique Sud. Elle succède à Janine Tuivaiti, Miss Samoa et Miss Pacifique Sud 2012. Tahiti ne participle plus à ce concours depuis 1996.

12 décembre - Samoa : le prix des billets d'avion calculé au poids est un gros succès. Cela fait maintenant un an que la société Samoa Air fait payer ses billets d'avion en fonction du poids. Le succès est tel que Samoa Air signale que les nouveaux appareils seront modifiés en fonction de la corpulence des passagers : « Nous ferons d'un appareil de 14 sièges, un appareil de 9 sièges afin de pouvoir accueillir des personnes qui payent davantage étant donné leur corpulence. Ainsi, chacun reçoit ce pour quoi il a payé ».

17 décembre - L'obésité gagne du terrain en Nouvelle-Zélande. Trois adultes sur 10 sont maintenant classés dans la catégorie des obèses, un taux d'obésité de 31%, il était à 29% l'année dernière et à 27% en 2006.

18 décembre - Alerte à la dengue aux Îles Fidji. Découverte de 13 nouveaux cas. En tout, 52 cas ont été confirmés en octobre dernier et 20 jusqu'à présent pour le mois de décembre.


19 décembre - Tuvalu : ce petit archipel polynésien au centre du Pacifique affirme que la Confédération océanienne de Football (OFC) fait tout son possible pour empêcher Tuvalu d'intégrer la FIFA, la Fédération internationale de football association. Il y a un problème d'infrastructures : « Les 11 membres de l'OFC ont un stade, des hôtels, un aéroport. Ils peuvent donc dès demain accueillir une équipe de football de Nouvelle-Zélande ou des Îles Cook. Ce qui n'est pas le cas de Tuvalu. Et ceci est un critère pour pouvoir devenir membre de la FIFA ».

20 décembre - Naufrage d'un ferry inter-îles aux Îles Salomon. Le Francis Gerena a quitté la capitale, Honiara, avec 389 passagers à bord. Il a coulé au nord de la capitale et pour les autorités, c'est un miracle que personne ne soit mort. Des passagers ont révélé que les membres d'équipage avaient trop forcé sur la bouteille et avaient commencé à boire bien avant le départ du bateau. Et ils ont continué à boire alors que le ferry faisait route vers Malaita.

24 décembre - Lutte contre la corruption au Samoa. Le Comité des fonctionnaires du Parlement (OPC) a exhorté le Parlement à
« mettre en place des mesures législatives immédiates pour s'occuper des pratiques corrompues au sein du gouvernement. »

25 décembre - Aux Îles Salomon, plus de la moitié des instituteurs et professeurs sont coincés dans leurs écoles. L'Etat doit normalement payer la moitié du prix des billets d'avion ou de ferry pour renvoyer les profs chez eux pour Noël, mais cette année il n'a pu réunir que le tiers de la moitié, tandis que les gouvernements des provinces n'ont rien déboursé.
- À Tonga, huit hommes ont été placés en détention provisoire. Six d'entre eux pour avoir volé cinq vaches, et les deux autres, pour recel des vaches. Ils voulaient remplir leur crèche en prévision de Noël. Mais les propriétaires des bovins prennent l'affaire très au sérieux et dans une opération de vendetta, ils ont saccagé les maisons des voleurs. La police a décidé de garder les voleurs sous les verrous pour Noël, afin de garantir leur sécurité.
- Situation critique aux Iles Cook à cause d'une violente sécheresse. Les îles du Sud. Mangaia, Aitutaki et le groupe des Nga pu toru n'ont pas reçu une goutte d'eau depuis six mois. Les autorités ont envoyé des distillateurs pour dessaler l'eau de mer.

26 décembre - En Papouasie-Nouvelle-Guinée, la chasse aux ripoux est ouverte. Et ce sont les citoyens qui font la police. Le chef de la police métropolitaine appelle publiquement la population à prendre en photo les policiers qui se conduisent mal, par exemple sont ivres, font du racket, etc.
- Au Samoa américain, le gouvernement met en place un comité pour aider la flotte locale de navires thoniers. Selon le patron de Longline Services Inc., les pêcheurs locaux de thon albacore ont déjà tous prévu de vendre leur flotte en 2014. En cause : la concurrence farouche des bateaux chinois, qui bénéficient de subventions de leur gouvernement, et qui, par leurs prises considérables, ont fait chuter le prix du thon. 

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

Teuira Napa, miss Îles Cook, a été sacrée Miss South Pacific à Honiara, aux îles Salomon. La Polynésie française ne participe plus à cette élection, où savoir râper le coco est une épreuve prise en compte pour le titre. (Ph. DR).



C’est par un avion cargo spécial que le nouveau scanner IRM (Imagerie en résonnance magnétique) de haute technologie pour l’hôpital de Tahiti est arrivé. (Ph. JL Saquet pour TPM)



La destruction du vieux bâtiment de l’école Kuo Min Tang, rues Lagarde et  Cardella, a été arrêtée pour cause de paranoïa actuelle sur l’amiante... qui n’a jamais été un problème dans nos îles. Ph. TPM.



Dorénavant traditionnel, le  « Marché de Noël » autour de la Cathédrale de Papeete a été prolongé jusqu’à 23 h cette année. Il a accueilli pas moins de 70 artisans et producteurs qui ont proposé de nouvelles idées de cadeaux et des produits originaux. Des jeux de lumières ont illuminé la modeste cathédrale et de nombreuses animations. Ph. TPM



Le nouveau ferry de la société Aremiti a commencé ses rotations entre Tahiti et Moorea. L’Aremiti Ferry 2, construit aux Philippines, a une capacité d’accueil de 967 passagers et de 146 véhicules. Il est 50% plus spacieux que l’ancien ferry de la compagnie et permet un temps de traversée de 40 minutes, soit 20 de moins que son prédécesseur. Le navire est entièrement équipé pour les personnes à mobilité réduite.