N° 276, août 2014


­­ 4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 8    Divers
 9    Confidences
10    Actualité
13    Baromètre
14    Image
15    Projets mégalo
20    Touristes chinois
21    Iaorana de Simone   
22    Hôtel The Brando
24    The Best of LoLo
25    Encore du courrier
26    Culture   
27    Société
28    Aéroport de Faa’a
30    Tourisme
33    Patrimoine de Flosse
34    Dessalinisation à faible énergie
37    BD
41    Nouvelle : Comment j’ai vécu le Tahiti d’antan
48    Les événements du Pacifique en juin et juillet
49    Les événements de Tahiti en juin et juillet
50    Balises des îles­­





 



HUMOUR


 

 

 

Le Mahana Beach, un choix judicieux ?

A Tahiti, les deux derniers mois ont essentiellement été animés par les péripéties judiciaires animées de l’encore président Flosse (lire en pages intérieures) et, bien sûr, par le concours d’architectes pour un nouveau mégacentre touristique destiné à être construit sur l’île de Tahiti. La proclamation du lauréat a été, sans surprise, celui du plus onéreux, le plus « bling-bling » mais aussi le plus difficile à réaliser et, disons-le, le plus dangereux pour notre économie. Nous nous expliquons. 
Pour le grandiose projet genre “Waikiki Beach”, nommé “Mahana Beach”, trois propositions ont été présentées (lire notre dossier p.15) pour tenter de relancer notre tourisme agonisant. On pourrait classer ces projets ainsi : le projet chinois prometteur, crédible et sérieux, le projet français réaliste (mot honni par nos politiciens), mais offrant rien de bien innovant et, enfin, le projet hawaiien dithyrambique et dangereux, celui qui a été choisi.
Le projet chinois avait plusieurs atouts majeurs : le groupe Forbase  apporte une nouvelle clientèle (asiatique), il connaît cette clientèle, il annonce vouloir apporter la clientèle et fournir la compagnie aérienne pour l’acheminer. Mais, surtout, il offre de tout financer sur fonds propres. Ce qui fait qu’il n’y a aucun risque pour les finances publiques de Tahiti, en bien piteux état. Comme l’écrit un site Internet, Forbase apporte « le financement du projet plus la prise de risque en matière d’exploitation plus la commercialisation finale du produit. C’est le seul groupe qui dispose de ces trois volets et qui est doté d’une assise financière solide ! Celui-ci dispose, par ailleurs, déjà d’un réseau de clientèle touristique internationale captive. Ce plus est remarquable et constitue une garantie non négligeable pour la P.F., et ceux-ci connaissent mieux que quiconque les besoins d’une clientèle touristique chinoise voyageuse au XXIe siècle ! ».
Par contre, le projet hawaiien de Group 70 International, deux fois plus cher (2,1 milliards d’euros), n’apporte aucune de ces garanties, ni de clientèle, ni de financement. Pire le président Flosse a déjà engagé le “pé’i” à financer une partie du projet (le remblai, l’eau potable, les réseaux fluviaux, etc.), un tout d’au moins 10 milliards de Fcfp. Mais encore, ce projet vise plutôt une clientèle occidentale, justement celle qui ne croit plus trop au mythe de “Tahiti Paradis”.

Suite au choix du promoteur hawaiien, d’autres problèmes apparaissent : les investisseurs chinois n’ont-ils pas “perdu la face” suite au refus de leur offre généreuse, ne se seraient-ils pas rendu compte que le développement économique sérieux et fiable ne serait pas la motivation primordiale de nos gouvernants, lesquels pourraient privilégier d’autres intérêts plus obscurs ? En privé, ils auraient déjà déclaré qu’ils ne s’associeraient pas au projet choisi, et certains acteurs locaux ne craignent-ils pas que la « surprise » du résultat du concours pourrait aussi faire réfléchir les promoteurs chinois des autres projets (aquaculture, noni) ?
Quel que soit le projet choisi, se posait aussi le problème du shopping des touristes, au centre de toutes les propositions des projets car ce shopping est la première motivation de tous les voyageurs, chinois ou autres. Les “malls” (galeries commerciales) ne seront viables que si on y offre des prix genre duty-free. Mais alors, comment faire avec des grandes galeries marchandes librement accessibles à la population « pour assurer le contact avec la population », comme préconisé dans toutes les présentations ? N’oublions pas que l’essentiel des revenus locaux du Territoire proviennent de scandaleuses taxes à l’importation ! Les abolir ferait rapidement s’effondrer les finances publiques avec le système fiscal existant, surtout destiné à alimenter une fonction publique pléthorique et surpayée.
Mais, pire encore, que se passera-t-il si, une fois construits, les nouveaux immenses temples du tourisme restent désespérément vides parce que la destination n’aurait pas su s’imposer ? Ajouter un casino n’y changerait rien. Nos îles sont, hélas, déjà truffées de ruines hôtelières car, depuis 15 ans, on n’arrive plus à vendre notre destination tant elle a perdu le charme de son mythe et déçu ceux qui avaient fait le long voyage. Et n’oublions pas que les projets préconisent des taux d’occupation des hôtels de 85%, alors que le taux moyen annuel est toujours aux alentours de 65%, même après la fermeture récente de plusieurs hôtels. Et ce ne sera pas en créant une (mauvaise ?) copie de Waikiki Beach, deux fois plus loin et trois fois plus chère, qu’on réussira à déclencher l’enthousiasme des voyageurs.
C’est là qu’on comprend bien que seul le projet chinois, qui se concentre sur une toute nouvelle clientèle, celle qui cherche un environnement préservé, celle qui vient d’accéder aux moyens de voyager, est notre espoir crédible. Si le groupe Forbase réussit à faire de nos îles une destination à la mode parmi l’élite chinoise fortunée, les autres pays de cette région suivront car l’élan nécessaire aura été donné.
Entretemps, en attendant du concret, rappelons-nous de ce qu’un responsable du tourisme nous avait dit voici 25 ans : « Tu sais, si tous les projets annoncés pour Tahiti avaient été réalisés, les îles auraient déjà coulé sous leurs poids ».
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.
Alex W. du PREL

directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

1er juin - Pour Reynald Temarii, accusé par le Sunday Times d'avoir touché 35 millions de Fcfp pour attribuer la coupe du monde de football au Qatar, cet argent aurait « servi à financer ses frais d'avocat dans l'action menée pour contester sa suspension de la Fifa ».

4 juin - Procès Anuanuraro : le procureur requiert 2 ans de prison, 5 ans de privation de droits civiques et une amende de 10 millions de francs à l’encontre de Gaston Flosse pour « complicité par instruction et détournement de fonds publics par personne chargée d’une mission de service public ». La décision est mise en délibéré au 2 septembre
 
5 juin - Ouverture du salon du livre à Papeete.
 
6 juin - La vedette des douanes, l’Arafenua, échouée aux Tuamotu est jugée irrécupérable.

7 juin - Réglementation de la pêche autour de Tetiaroa avant l’ouverture de l’hôtel The Brando.

10 juin - Le groupe Generali accorde un prêt de 4,8 milliards de Fcfp au « pe’i ».

12 juin - Le gouvernement suspend l’activité des pirogues de loisir au banc de sable de Punaauia où plusieurs incidents se sont produits.
- Le conseil des ministres abroge l’arrêté autorisant l’association Moruroa e tatou à occuper un espace sur le front de mer à Papeete, où l’association a érigé un mémorial aux victimes des essais nucléaires.

13 juin - Media Polynésie : Marc Collins, qui se disait le seul gérant légitime du groupe, est débouté.

15 juin - Résultats du premier tour des législatives partielles (1ère circonscription) : Maina Sage (Tahoeraa) : 53%. Tauhiti Nena (UPLD) : 33%. Débora Kimitete (A Tia Porinetia) : 11,4%, Tati Salmon (Heiura Les Verts) : 1,8%, Gustave Heitaa : 0,5%. Le taux de participation s'élève à 34%.

17 juin -Affaire JPK : le procureur général demande la nullité des mises en examen des deux ex-GIP Tino Mara et Tutu Manate.

18 juin - La commission foncière étend un texte sur les expropriations liées au projet aquacole de Hao à l’ensemble des Tuamotu-Gambier.

19 juin - Nouvelle polémique autour de l’installation d’un lieu de prière pour les musulmans dans un immeuble de Papeete, illégal selon la mairie. L’association du Centre islamique de Tahiti affirme être soutenue par le « pe’i ».

21 juin - Les numéros de téléphone passent à huit chiffres en Polynésie française.

22 juin - Parties de Hawaii sans instrument de navigation pour un tour du monde, les pirogues doubles Hokulea et Hikeanalea sont à Tahiti.
- Le projet de ferme aquacole de Hao sera finalement réalisé sur 32 hectares de terres domaniales.
- Manifestation place du 2 juillet 1966 (appelée place Jacques-Chirac par le « pe’i ») contre le déplacement de la stèle en mémoire des victimes des essais nucléaires.
- Le ministère de la Justice annonce la saisie de la commission de révision pour le procès de Pouvanaa a Oopa.
24 juin - Affaire OPT-Haddad-Flosse : la cour d’appel prononce la nullité de l’ordonnance de renvoi du procès. Les condamnations des 14 prévenues sont annulées (5 ans de prison, 5 ans d’inéligibilité et 10 millions de Fcfp d’amendes pour Gaston Flosse).

25 juin -Affaire des emplois fictifs : l’avocat général de la cour de cassation préconise le rejet du pourvoi de Gaston Flosse.

26 juin - Le « pe’i » doit participer au financement du traitement des déchets, selon une décision du conseil constitutionnel.
- Le « pe’i » contracte un emprunt de 1,8 milliard de Fcfp auprès de la banque Dexia.
- L’assemblée vote un projet de loi sur la concurrence.

27 juin - Colloque à l’assemblée pour le 30e anniversaire de l’autonomie du territoire. « Ne coupez pas le cordon qui nous relie à la France ! », déclare le président Flosse, qui souhaite que « le futur statut de Tahiti Nui soit celui de pays associé à la France ».
- Municipales partielles : Dauphin Domingo  (UPLD) est réélu maire de Hitiaa o te ra.
- Une tête de cochon est déposée devant l’entrée du Centre islamique de Tahiti.

28 juin - Hinarere Taputu est élue Miss Tahiti.
- Maina Sage est élue députée avec 58% des suffrages. Le taux d’abstention est de 59%.

29 juin - Célébration des trente ans de l’autonomie du « pe’i ».
- Retour de l’imam Icham El Barkani à Tahiti.

30 juin - Décès accidentel du rameur Tainuiatea Vairaaroa à l’âge de 29 ans.

1er juillet - Ouverture de l’hôtel The Brando à Tetiaroa.
-  L’Eglise protestante maohi désapprouve la décision du « pe’i » de déplacer le mémorial du 2 juillet 1966.
- Une pétition demande l’expulsion de l’imam Hicham El Barkani, suite à l’interdiction des autorités américaines de se déplacer sur leur sol.

2 juillet - L’association Moruroa e tatou commémore le premier tir nucléaire le 2 juillet 1966.
 
3 juillet - Le gouvernement veut revoir les conditions d’entrée au RSPF (Régime de solidarité), déficitaire de 5 milliards de Fcfp en 2013.

4 juillet - Le « pe’i » interdit les pirogues à bringue sur le banc de sable de Taapuna (Punaauia).

7 juillet - L’armée communique avant de commencer les travaux de rénovation pour la surveillance de Moruroa : « L’atoll compte environ 137 puits de tirs souterrains dans lesquels se trouve encore de la masse radioactive », affirme la contre-amirale Anne Cullère.

8 juillet - Affaire JPK : les mises en examen pour enlèvement et séquestration de Tutu Manate et Tino Mara sont maintenues par la cour d’appel de Papeete mais l’accusation de meurtre en bande organisée est levée.
- 23e conférence de la « Pacific Power Association » à Tahiti.
9 juillet - La députée Maina Sage interpelle  le Gouvernement l’Assemblée nationale au sujet du soutien de l’Etat au financement du Régime de solidarité.

10 juillet - La mairie de Papeete signe un arrêté demandant la fermeture du Centre islamique de Tahiti pour des raisons d’urbanisme.

12 juillet - Un millier de personnes marchent à Papeete contre l’implantation d’une mosquée et contre l’imam Icham El Barkani.

15 juillet - Le gouvernement examine les trois projets pour le Mahana Beach, en commençant par le projet du groupe chinois Forbase.

16 juillet - Mahana Beach : présentation du projet français de la société AS Architecture Studio.

17 juillet - Mahana Beach : présentation du  projet hawaiien de la société Group 70 International.

18 juillet - Municipales partielles : Wilfred Tavaearii est réélu maire de Taiarapu-Ouest.
- 133e Heiva : Tahiti Ora élu meilleur groupe.
- Mahana Beach : le « pe’i » choisit le projet hawaiien de Group 70 International.

21 juillet - Gaston Flosse est placé en garde à vue dans le cadre d'une information pour corruption concernant le financement du chantier de l'hôpital du Taaone, en 2003.
- L’assemblée accorde 2 milliards de Fcfp en urgence pour le Régime de solidarité. 

22 juillet - Suite à sa garde à vue, Gaston Flosse est convoqué le 20 août par le juge d'instruction Stelmach, en vue de sa mise en examen des chefs de complicité de favoritisme et trafic d'influence.

23 juillet - Affaire des emplois fictifs : la cour de cassation rejette le pourvoi formé par Gaston Flosse et confirme l'arrêt de la cour d'appel de Papeete du 7 février 2013, rendant définitive sa condamnation à trois ans d'inéligibilité, quatre ans d'emprisonnement avec sursis et 15 millions Fcfp d'amende pour prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics. Gaston Flosse demande une grâce présidentielle et engage une procédure de relèvement de peine devant la cour d’appel de Papeete ainsi qu’un recours devant la Cour européenne des droits de l'Homme.
Le maire de Papara, Bruno Sandras, et les syndicalistes Cyril Legayic et Jean-Marie Yan Tu font aussi l’objet d’une peine d’inéligibilité.
L’arrêt de la cour d’appel de Papeete du 7 février 2013 est transmis au haut-commissariat.

24 juillet - Suite à l’arrêt en cassation invalidant les mandats de Gaston Flosse, Oscar Temaru réclame une dissolution de l’assemblée.

28 juillet - Le haut-commissaire, Lionel Beffre, publie un communiqué dans lequel il ne s’estime pas le pouvoir de prononcer l’exécution de la peine d’inéligibilité à laquelle est condamné Gaston Flosse, compte tenu de l'existence d'une demande de grâce présidentielle adressée à François Hollande.

30 juillet - Le Conseil d’Etat rejette les trois recours d’Oscar Temaru demandant l’annulation des élections territoriales de 2013.
JD

Ariane AUGER


Evénements dans le Pacifique Sud

  2 juin - 21% de croissance en Papouasie Nouvelle-Guinée. Un chiffre record, qui place le pays parmi les économies les plus dynamiques de la planète grâce à l'entrée en production des usines de gaz naturel liquéfié exporté vers le Japon.
3 juin - Australie : planter plus d'arbres, utiliser du bitume clair, interdire les toits noirs. Voici quelques-unes des propositions des scientifiques pour préparer les grandes villes australiennes, à des canicules de plus en plus agressives.
- Le Samoa a célébré ses 52 ans d'indépendance
- Fidji : c'est la panique parmi les producteurs de canne à sucre. Le Congrès international des syndicats fait pression sur l'organisme Fairtrade pour qu'il supprime le label de commerce équitable accordé à 13 000 producteurs fidjiens. En cause : les droits des travailleurs, très peu respectés à Fidji.
 4 juin - Îles Salomon : une épidémie de diarrhée fait 19 morts, principalement des enfants de moins de 5 ans. Un millier de Salomonais sont malades à Honiara, sur tout Guadalcanal et à Gizo, dans la province Ouest. L'épidémie est favorisée par le manque d'eau potable depuis les inondations de début avril.
- Papouasie Nouvelle-Guinée : la police délivre trois femmes accusées de sorcellerie des griffes de leurs tortionnaires. Elles étaient tenues captives et torturées par la famille d'une jeune fille tombée dans le coma dans un village de la province d'Enga, dans les Hauts-Plateaux.
5 juin - Les Îles Cook se vident de leurs habitants. En deux ans, la population a chuté de 14 400 à 13 400 habitants.
9 juin - Îles Marshall : les morts aussi sont victimes du changement climatique. 26 squelettes de soldats japonais morts dans les combats de la Seconde Guerre mondiale sont apparus après une forte tempête qui a accéléré l'érosion côtière.  
10 juin - Tonga détient le record mondial d'obésité. La moitié de la population adulte est obèse. L'obésité est un fléau qui n'est pas uniquement lié aux fast-food et à la nourriture importée, c'est aussi un problème culturel à Tonga où il est bien vu d'être corpulent.  
11 juin - Tonga: le gouvernement envisage d'augmentation les taxes sur le sucre, le sel et le gras. Objectif : combattre l'obésité.

13 juin - Pêche : les pays du Pacifique augmentent de 33% le loyer l'an prochain. Les bateaux étrangers devront payer plus cher pour pêcher dans les eaux des États signataires de l'Accord de Nauru.
16 juin - Vanuatu : des infirmières affirment être menacées d'expulsion. Elles ne peuvent pas payer leur loyer. Et pour cause, le ministère de la Santé ne leur a pas versé leur salaire depuis plus d'un an.
18 juin - Îles Salomon : 1300 personnes vivent toujours dans des centres d'hébergement provisoire, deux mois et demi après les inondations.
- L'Australie a dévoilé les grandes lignes d'aide au développement. L'aide au développement a été fixée à 4,8 milliards de dollars par an. La ministre Julie Bishop a annoncé la mise en place de "critères d'évaluation strictes" destinés à mesurer l'efficacité des projets financés et "la bonne utilisation de l'argent des contribuables".  Selon elle, le développement économique est l'arme la plus puissante dans la lutte contre la pauvreté.
20 juin - Samoa : l'opposition lutte contre l'installation d'une usine de conditionnement de poissons en plein centre d'Apia, la capitale.  A Pago Pago, la capitale du Samoa américain, l'air empeste le poisson et le port est pollué par une conserverie de poissons.
26 juin - Papouasie Nouvelle-Guinée : des centaines de milliers de Papous devraient récupérer leurs terres cette semaine.  Le gouvernement a annulé 25 baux fonciers accordés principalement à de grandes compagnies forestière. L'attribution de ces baux est entachée de corruption à tous les étages. Ces millions d'hectares de terres appartiennent aux propriétaires coutumiers. 
27 juin - Australie : la Chambre des Représentants a voté la suppression de la taxe carbone. 
- Fidji : 8 cas de typhoïdes diagnostiqués en un mois à Suva.
30 juin - Fidji se rapproche toujours plus de la Russie. Les deux pays ont annulé leurs obligations de visa réciproques et entamé une coopération militaire technique, et aussi en matière d'éducation et de santé.
1er juillet - Samoa américain : le Parlement vote l'augmentation des quotas de titres de séjour pour les étrangers, régularisant 2474 étrangers en plus, dans le cadre d'une loi d'amnistie. Et ce sont bien sûr les Samoans qui en seront les grands bénéficiaires, c'est la diaspora la plus nombreuse au Samoa américain, suivie des Tongiens, des Philippins, des Fidjiens, Chinois, etc.
2 juillet - Samoa : la conserverie de poissons sera bien construite au centre d'Apia, malgré les critiques de l'opposition, qui affirme que l'odeur fera fuir les touristes. Le Premier ministre a signé un protocole d'accord avec l'entreprise américaine Bumble Bee.
3 juillet - Pitcairn ambitionne de créer une réserve marine protégée. L'association écologiste Pew Environment Group fait pression sur le gouvernement britannique depuis 2011 pour sanctuariser une partie des eaux de Pitcairn.
4 juillet - Kiribati : il faut contrôler les naissances. Le Fonds des Nations unies pour la Population est en discussion avec le gouvernement de Kiribati pour stopper la croissance démographique. Un phénomène alarmant. Actuellement, il y a 103 000 habitants à Kiribati.
7 juillet - Îles Cook : l'exploitation minière du fond de l'océan est l'un des principaux thèmes de la campagne électorale.
8 juillet -Accord entre le gouvernement indonésien et le géant minier américain Freeport, l'opérateur en Papouasie de la plus grande mine d'or et la troisième de cuivre au monde. L'Indonésie a renégocié l'accord d'exploitation, principalement pour augmenter les taxes sur les opérations minières. Depuis six mois, les autorités avaient suspendu les exportations de minerai, pas seulement pour Freeport, pour inciter les compagnies minières à transformer le minerai sur le sol indonésien et créer des emplois. Freeport a accepté de payer plus pour exporter son minerai, mais il n'est toujours pas question de transformer tout le minerai en Indonésie.
 - Le Vanuatu fait pression sur l'Australie et la Nouvelle-Zélande pour qu'elles lèvent leur interdiction des importations de kava.
11 juillet - Tonga : deux anciens policiers tongiens ont été condamnés pour le meurtre d'un policier néo-zélandais. En août 2012, le policier néo-zélandais, d'origine tongienne, était au pays pour assister à des funérailles. Il a été arrêté pour une micro-infraction, puis battu à mort dans sa cellule.
21 juillet - Îles Cook : officiellement, c'est le Parti des Îles Cook qui a emporté les élections legislatives avec 13 sièges – sur les 24 sièges qui composent le Parlement. Le Parti Démocratique n'a que 8 députés, et son chef, Wilkie Rasmussen, n'a même pas réussi à se faire réélire.
23 juillet - Îles Cook : le Parti Démocratique accuse le parti des Îles Cook, arrivé en tête, d'avoir acheté des voix en échange de cadeaux comme des motos et des machines à laver. Mais d'après le Parti des Îles Cook, les démocrates n'auraient pas les moyens de payer des avocats.
24 juillet - Samoa américain : un avion privé s'est écrasé dans l'océan peu après son décollage de l'aéroport international de Pago Pago, la capitale. Il y avait deux personnes à bord de cet avion privé.
- Papouasie Nouvelle-Guinée : Oil Search, partenaire d'Exxon Mobil, est optimiste. Les réserves de gaz naturel sont suffisantes pour justifier l'agrandissement des usines. La compagnie pétrolière continue d'explorer le sol des Hauts-Plateaux papous.
28 juillet - Le Samoa exporte ses arbres à pain dans le monde entier. Depuis 2009, la variété samoane ma'afala s'est vendue dans 27 pays, dont Haïti, la Jamaïque, le Ghana, le Nigéria, le Libéria et le Myanmar pour lutter contre la faim.
- C'est confirmé, le chikungunya a débarqué au Samoa américain. Trois cas de chikungunya ont été confirmés mais il est probable que le nombre de malades se monte à une centaine.
- Les Îles Salomon ont inauguré leur ambassade à Cuba la semaine dernière. C'est le premier pays du Pacifique qui établit des relations diplomatiques aussi étroites avec Cuba qui accueille une centaine d'étudiants salomonais, particulièrement en médecine.
-  À Tonga, des objets datant de 2800 ans ont été mis au jour par une équipe d'archéologues canadiens près du village de Nukuleka. Ils ont une belle moisson de poteries Lapita.

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

Le professeur Yosihiko Sinoto, du Bishop Museum de Hawaii ,est venu à Tahiti participer à un symposium sur l’art du tressage avec des tresseurs venus des îles Hawaii et Marshall et des spécialistes de Tahiti, Wallis-et-Futuna et l’île de Pâques. (Ph. WB)



Un service de bus de nuit a été mis en place à Tahiti pour alimenter les boîtes de nuit qui perdent leurs clients à cause des contrôles d’alcoolémie.  (Ph. DR)



Un groupe coréen de chanteuses pop nommé “TAHITI” est en train de faire un tabac en Corée et au Japon. Ce groupe est un pur produit de promoteurs. (Ph. DR)



Sept miss France sont venues à Tahiti pour faire partie du jury de Miss Tahiti 2014. (Ph. Werner Bringold)