N° 280, décembre 2014


­­ 4    BD
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 9    Confidences
10    Festival du tapa
12    Humour
13    Baromètre
14    Image
15    Colonies allemandes du Pacifique en 1914
20    Iaorana de Simone
21    The Best of LoLo
23    Bilan sur le développement       
27    Coup de force de Flosse
34    Le tir “Encelade”
38    Mort de la reine Vaekehu
41    Cheval boiteux
43    Nouvelle : J’ai fait un rêve
48    Les événements du Pacifique en novembre
49    Les événements de Tahiti en novembre
50    Balises des îles­­





HUMOUR

 

 

Suicide politique, social et économique…

La “bombe” médiatique de novembre 2014 a bien été la soudaine résolution votée par l’assemblée de P.F pour demander des dommages-intérêts (on parla de 90 milliards Fcfp - 784 millions d’euros) pour  avoir pollué la Polynésie française avec les essais nucléaires entre 1966 et 1996, ajoutés à un « loyer » annuel de 12 milliards Fcfp (100 M€) pour les atolls de Moruroa et Fangataufa qui ne pourront jamais être nettoyés, donc rendus au Territoire (lire les détails en pages intérieures). Le plus étonnant est que cette demande a été initiée par Marcel Tuihani, le président de l’assemblée de P.F. dont le “conseiller spécial” n’est autre que l’ancien président Gaston Flosse, interdit de tous ses mandats pour détournement de fonds publics dans l’affaire des emplois fictifs de la Présidence. Tout le monde s’accorde pour déclarer que M. Tuihani n’est qu’une triste marionnette, un homme de paille pour permettre à Gaston Flosse de continuer à manipuler, saboter et intoxiquer la vie politique locale, comme il l’avait déjà fait de 2004 à 2013.
Un geste sidérant, incroyable, lorsqu’on constate ces réalités :
- L’économie de la Polynésie ne survit que grâce au “transfert” annuel de quelques 160 milliards Fcfp (1,3 milliard d’euros) de l’Etat (donc des contribuables français) et que l’essentiel de ces fonds sert à maintenir (directement ou indirectement) une caste politico-administrative qui se pavane dans de belles limousines climatisées aux vitres teintées et vont faire du shopping à Los Angeles ou Honolulu, un luxe honteux face aux conditions de misère et de survie d’une classe populaire minée par le chômage, surtout des jeunes. S’attaquer à l’Etat équivaut donc à mordre la main qui te nourrit.
- L’homme qui a chanté de 1966 à 2000 que la bombe atomique française était propre, que ceux qui disaient le contraire n’étaient que menteurs, manipulateurs et anti-Français est bien Gaston Flosse, comme il l’a écrit au président Hollande : « J'attendais de cette République que j'ai servie si longtemps et que je chéris envers et contre tout, un peu de reconnaissance, mais elle s'est montrée ingrate, elle qui a su pourtant me trouver lorsqu'elle avait besoin de moi pour défendre les intérêts supérieurs de la Nation, pour défendre la France, ici en Polynésie française contre ses adversaires indépendantistes (…), lorsqu'il fallait plaider la nécessité et l'innocuité de vos essais nucléaires qui permirent à la France d'occuper le rang qui est le sien aujourd'hui au Conseil de sécurité des Nations Unies ». Un Flosse qui, en retour, a bien profité des largesses et des protections de l’Etat, au point de ridiculiser la justice française.
- S’il y a un point sur lequel l’Etat est très sensible, c’est lorsqu’on met en cause le prestige, la dignité de la France sur la scène internationale. Oscar Temaru avec sa campagne pour la décolonisation de la P.F. à l’ONU l’a vite compris, malgré ses liens avec le parti socialiste. Or voici que Flosse, qui s’est toujours vendu comme le « seul rempart contre les indépendantistes anti-Français » sert une carte maîtresse au jeu d’Oscar Temaru qui va se présenter le 5 décembre à New York, devant la commission de décolonisation de l’Assemblée générale de l’ONU avec le texte voté une semaine plus tôt par l’assemblée de P.F. Encore un camouflet pour la France.
- La dimension économique : malgré tous les cocoricos médiatiques, la situation financière de la P.F. est toujours catastrophique et, comme l’explique le rapport de Standard & Poor’s, il a fallu 6 milliards Fcfp d’avances de trésorerie de l’Etat pour éviter la catastrophe. La mise en route des projets chinois censés nous sauver s’éternise et il fallait trouver une solution “rapide”. Il n’est certainement pas anodin que l’indemnité de 90 milliards Fcfp corresponde à peu près au montant de la dette du Territoire qui coûte chaque année 15 milliards en intérêts et remboursements. Et les 12 milliards de loyer pour les atolls, c’est pratiquement le doublement de la « rente Chirac » appelée aussi « rente atomique ».
Or, en supposant que la France paye les sommes réclamées, cela règlera-t-il le problème économique de Tahiti ? Nullement, bien au contraire, car ces sommes ne serviraient qu’à donner un sursis, disons de 5 ans, au type de société post-coloniale inégalitaire qui détruit le tissus et l’harmonie sociale de Tahiti, c’est-à-dire que cette fortune permettra à la Polynésie française de continuer à vivre au-dessus de ses moyens, donc à engraisser le mammouth politico- administratif tout en laissant la population s’enfoncer davantage dans la misère et perdre sa dignité, comme le prouve la criminalité croissante parmi les jeunes.
- Autre problème majeur : l’égo de Gaston Flosse. Il n’accepte pas sa condamnation par la justice, tant il avait pris l’habitude d’être protégé par Paris pendant 25 ans, il n’accepte pas de voir un autre occuper “son” palais, “son poste de Président”, qu’un autre puisse prendre les décisions. Le vote de la résolution sur le dédommagement nucléaire a aussi montré ô combien il est toujours dans la mentalité clientéliste : pour lui, les représentants Tahoera’a à l’assemblée ne sont pas des représentants du peuple, mais des soldats qui doivent lui être fidèles car s’ils ont été élus (et touchent une bonne partie du gâteau) c’est uniquement parce qu’il les a placés à des positions éligibles sur la liste. Une vue des choses que 25 des 38 représentants Tahoera’a semblent accepter. Que 13 de ces conseillers aient voté contre ou se soient abstenus est déjà un heureux miracle…
Face à cette triste réalité et l’obstination du vieil ex-leader, on ne peut qu’être d’accord avec l’ancien ministre des Dom-Tom Bernard Pons (RPR et proche de Chirac) qui, en 2004, déclarait au journal le Monde : « Nous avons deux drames en Polynésie. Le premier, c'est d'y avoir Gaston Flosse. Le second, c'est que nous ne pouvons pas nous en débarrasser ». 
Bonne lecture, merci pour votre fidélité et joyeuses fêtes.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 3 novembre - Comité de pilotage du "troisième instrument financier" (aide aux investissements apportée par l'Etat français) au haut-commissariat. La programmation 2014 compte 93 projets d'investissement. Ce dispositif permet de financer 8,6 milliards d’investissements pour réaliser des études et des travaux d’infrastructures. La contribution de l’État s’élève à 6,1 milliards de Fcfp.

4 novembre - 150 000 articles contrefaits saisis par les douanes, d’une valeur de 50 millions Fcfp, sont détruits.

5 novembre - Un soldat tahitien, Nelson Heiarii Moana, 26 ans, décède à Paris d’une forme grave de paludisme contracté en Centrafrique où il était en poste.
- Hawaiki Nui Va'a : EDT Va'a remporte la première étape entre Huahine et Raiatea.

6 novembre - Hawaiki Nui Va'a : EDT vainqueur de la deuxième étape entre Raiatea et Tahaa.
- Le Crown Princess (3000 passagers) est en escale à Papeete. 

7 novembre - Hawaiki Nui Va'a : EDT, vainqueur de la troisième étape entre Tahaa et Bora Bora, remporte la course. 
- Kaela est élue Miss Vahine-Tane.

9 novembre - Le corps du caporal-chef Paeahi, décédé en Guyane le 29 octobre dernier, est rapatrié à Tahiti.

10 novembre - Ouverture du premier festival du tapa.
- L’Etat accorde une subvention de plus de 4 millions Fcfp à l’association Te oa’ oa’ hia hotu pour mener une étude sur le bonheur auprès des habitants de la commune de Arue.

12 novembre - Séminaire international sur  les maladies infectieuses dans le Pacifique.
- Une dotation de 15 millions de Fcfp du Pays et de l’Etat est accordée pour une opération d’élimination des moustiques sur l’atoll de Tetiaroa en y introduisant des moustiques mâles stérilisants (méthode wolbachia).

13 novembre - L'assemblée valide quatre zones de développement prioritaires avec leurs dispositions fiscales et douanières particulières : Hao pour son projet aquacole, Punaauia et Moorea pour leur « Mahana Beach », Atimaono pour un projet hôtelier.
- La liquidation de la société SMPP-Sogeba est confirmée après quatre ans de procédure.

14 novembre - Les douanes saisissent plus de 90 kilos de viande de tortue congelée.

15 novembre - Ouverture du Salon des Marquises à Pirae.
- Le Programme de gestion de l'espace maritime (PGEM) de Moorea fête ses 10 ans.
- Nouvelle-Calédonie : Edouard Fritch rencontre la présidente du gouvernement calédonien, Cynthia Ligeard, et le président du Congrès, Gaël Yanno.
- Rangitea Bennett est élu Mister Tahiti.

16 novembre - Edouard Fritch est présent pour accueillir François Hollande en visite sur le Caillou.

17 novembre - Congrès de l’association des communes et collectivités d’outre-mer (ACCD’OM), qui rassemble 135 élus, à la mairie de Pirae. 

18 novembre - Deux frères qui avaient déversé du sang et jeté une tête de porc devant l'entrée du centre islamique de Papeete en juin sont condamnés à quatre mois de prison avec sursis et 100 000 Fcfp d’amende pour provocation à la haine en raison de l’origine, de l’ethnique, la race, ou la religion.
- L’épidémie de chikungunya fait deux morts : deux personnes âgées déjà fragilisées.
- Le maire de Huahine, Marcelin Lisan, comparait au tribunal correctionnel pour détournement de fonds publics, complicité de prise illégale d’intérêts et complicité de détournement de fonds. Cinq ans d’inégibilité sont requis contre lui.
- Edouard Fritch accompagne François Hollande en Australie. 

20 novembre - Ouverture de la « Semaine du monoi » à la maison de la culture.
- Célébration du lever des pléiades et début de la saison d’abondance.

21 novembre - Nucléaire : le président de l'assemblée, Marcel Tuihani, propose une résolution demandant réparation à la France pour le préjudice écologique de Moruroa et Fangataufa, soit 90 milliards Fcfp, et au titre de l'occupation de deux atolls un loyer de 12 milliards par an.

22 novembre - Chikungunya : décès d’un nourrisson et d’un homme de 80 ans.
- Nucléaire : « Je ne comprends pas cette résolution »  déclare Edouard Fritch au sujet de la résolution réclamant réparation à la France pour « préjudice environnemental » alors qu’il s’efforce de rétablir le dialogue avec l’Etat qu'il pense favorable au financement du RSPF (régime de solidarité).
- Chikungunya : 140 personnes ont été hospitalisées depuis le début de l’épidémie. 
- Première édition des Tahiti Music Awards. Les principaux lauréats sont le groupe Pepena, la chanteuse Eva Ariitai et le chanteur Teiva LC.  

23 novembre - Décès de Cathy Buillard. Elle a été conseillère municipale à Mahina et représentante UPLD à l'assemblée.
24 novembre - 327 kg de perles de contrebande sont saisis par les douanes à Tahiti.

25 novembre - Conférence régionale des pays et territoires d'outre-mer du Pacifique à l’hôtel Méridien.
- A la suite d'un problème foncier, douze familles de Punaauia sont expulsées de leur logement.
- Projet de résolution de Marcel Tuihani réclamant réparation à la France : « On est en train de se tirer une balle dans le pied », déclare Edouard Fritch. 
- Edouard Fritch reçoit une délégation de la Commission européenne.

26 novembre - Gaston Flosse est visé par une enquête préliminaire relative à ses fonctions de conseiller spécial à l'assemblée. Les présidents de groupe vont être auditionnés.
- Affaire de l’hôpital de Taaone : les mises en examen de Réginald Flosse et Jacques Derue (ancien directeur de l’Etablissement des grands travaux) sont annulées. Gaston Flosse et Robert Bernut (patron de la SMPP-Sogeba) restent mis en examen pour « trafic d’influence » dans cette affaire.

27 novembre - Sept stations-service Total ferment boutique pour protester contre le non-renouvellement des contrats de certains gérants de station.
- La sénatrice Teura Iriti (apparentée au groupe centriste UDI-UC) interroge la ministre des Outre-mer lors de la séance des questions au gouvernement au sujet d’une « résolution pour obtenir réparation du plus grave préjudice écologique fait à une collectivité de la République ». La ministre qualifie les montants demandés de “stratosphériques” et rappelle que depuis 2002, 204 milliards Fcfp ont été versés pour réparer ce préjudice.
- La proposition de résolution pour l’indemnisation des conséquences environnementales du nucléaire en Polynésie française est adoptée avec une majorité de 36 voix : 25 représentants Tahoera’a et 11 représentants UPLD. « On peut considérer que cette résolution est un geste inamical vis à vis de l’Etat », déplore le haut-commissaire, Lionel Beffre. 

28 novembre - Oscar Temaru réagit à la  nouvelle résolution et à son amendement portant sur la reconnaissance par l’Etat du fait nucléaire : « Ce qui nous intéresse c’est qu’aujourd’hui le fait nucléaire est reconnu ». 
- Chikungunya : 18 350 cas recencés en PF depuis octobre. Le chanteur Barthélémy est dans le coma à la suite d’une complication liée à une infection par la maladie.

29 novembre - Premier festival « écolo et solidaire » Alternatiba Tahiti à l'assemblée.

JD



Evénements dans le Pacifique Sud

3 novembre - Pas question d'écarter l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Palau préside actuellement le Forum des Îles du Pacifique et son président, Tommy Remengesau, s'oppose à la position de Fidji. Franck Bainimarama refuse en effet de se rasseoir à la table du Forum, tant que l'Australie et la Nouvelle-Zélande y seront. Selon le Premier ministre fidjien, les deux pays exercent une trop grande influence dans la région. Tommy Remengesau, lui, se veut réaliste et souligne que quoi qu'il arrive, le Forum des Îles du Pacifique ne peut pas se passer des fonds australiens et kiwis.
- Guam : les Guaméens ont réélu leur gouverneur républicain. Les transferts de fonds des États-Unis représentent la moitié du PIB de ce territoire de 165 000 habitants. Le reste provient du tourisme, mais très peu de Japonais viennent encore passer leurs vacances sur Guam, depuis la crise financière et économique de 2009. 56% des Guaméens ont aussi voté pour la légalisation du cannabis thérapeutique comme antalgique pour des maladies très lourdes comme le sida, le glaucome, etc. 

5 novembre - La Papouasie Nouvelle-Guinée va régulariser les réfugiés papous d'Indonésie. Ils sont des dizaines de milliers à avoir franchi la frontière ces dernières années. Pour cela, le gouvernement papou recevra l'aide du haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés. 

10 novembre -Tonga : 10 mois après le passage d'Ian, le distributeur d'électricité, Tonga Power, entame la réparation de son réseau grâce à une subvention de la banque asiatique de développement. Le cyclone avait détruit 90% de l'infrastructure électrique sur les îles. Il faudra un an pour tout reconstruire.
- Narendra Modi à Fidji. C'est la première visite d'un Premier ministre indien à Fidji depuis celle d'Indira Gandhi en 1981. Une visite largement justifiée par la rivalité entre l'Inde et la Chine. La Chine est bien implantée dans le Pacifique, mais pas l'Inde, bien qu'elle ait une diaspora importante à Fidji : 37,5% des Fidjiens sont d'origine indienne, Fidji est le pays au monde qui a la plus large proportion d'Indiens. Le but ultime de la visite de Narendra Modi est de convaincre Fidji d'accueillir sa marine, afin d'avoir une présence militaire dans la région.

12 novembre - Îles Salomon : la concentration d'arsenic à la mine de Gold Ridge est inquiétante. La saison des moussons va commencer, et s'il y a des inondations, les déchets chimiques vont se propager autour de la mine. En avril dernier, Santa Barbara, a abandonné la mine, après les inondations, qui ont fait déborder les bassins de rétention des déchets. Pour remettre la mine en exploitation, il faudrait investir d'importantes sommes pour réparer les dégâts. Le gouvernement a suspend les négociations sur la vente de la mine de Gold Ridge en attendant de régler ce problème urgent.
- Bougainville : le Chebu effectue son premier voyage aujourd'hui entre la capitale, Buka, et la Papouasie Nouvelle-Guinée. Ce ferry acheté aux Philippines vient remplacer le vieux Rabaul Queen, qui a coulé il y a trois ans au large de Lae, sur la côte est de la Papouasie Nouvelle-Guinée. La tragédie a fait 173 morts.

14 novembre - L'Initiative du Triangle de Corail regroupe six pays : l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Papouasie Nouvelle-Guinée, les Îles Salomon et le Timor Leste. Les fonds australiens serviront à gérer les écosystèmes marins et côtiers de ces pays, à développer l'écotourisme, et à aider les habitants à gérer leurs ressources halieutiques. Le triangle de corail est surnommé l'Amazonie des mers. Il est l'épicentre de la biodiversité marine de la planète: on y trouve 76% des espèces de coraux et 56% des espèces connues de poisons de récifs.
 - Le Premier ministre australien a rencontré Vladimir Poutine en marge du sommet de l'APEC. Il a révélé aujourd'hui sa conversation privée avec le président russe. Au sujet de l'Ukraine, Tony Abbott a conseillé à Vladimir Poutine d'arrêter d'essayer de « recréer la gloire passée de la Russie ».
- Fidji : les casques bleus fidjiens rentrent du Libéria. Ils sont placés en quarantaine, car le Libéria, pays d'Afrique de l'Ouest, est victime de l'épidémie d'Ebola. Leur quarantaine durera trois semaines, le temps d'incubation du virus.
- Papouasie Nouvelle-Guinée : la police a bouclé une partie de la province d'Hela, située dans le centre, dans les Hauts-Plateaux. Deux clans s'y affrontent depuis plusieurs semaines. Ça a commencé par l'assassinat de trois hommes au cours d'un enterrement en octobre. Depuis, c'est l'escalade. Et cette semaine, en représailles, un homme, une femme et un enfant ont été abattus par le clan adverse. Le député local, qui est aussi le ministre papou des Finances a déclaré la région « zone de combats », afin de pouvoir y envoyer des militaires.

21 novembre - Fidji : le nouveau Parlement a adopté son tout premier budget. 1,7 milliard de dollars, dont 664 millions pour embaucher des médecins et des infirmières, rendre l'école maternelle gratuite, développer le réseau routier et réformer le service public. Une partie du budget servira aussi à réduire la dette publique, de 49,8% du PIB actuellement, à 48,7 en 2015. Le gouvernement anticipe une croissance de 4,2% l'année prochaine.
25 novembre - La Chine n'exigera plus de visa pour les ressortissants fidjiens. C'est l'un des 5 accords qui ont été signés ce week-end lors de la visite du Président chinois Xi Jinping à Suva. Les autres accords concernent la coopération économique et de défense, ainsi que l'apport par la Chine de matériel pour faire face aux effets du changement climatique. Les deux dirigeants ont aussi décidé de construire un centre culturel chinois à Fidji et la Chine financera un complexe sportif.
 - Hawaii : les autorités auraient trouvé une astuce administrative pour augmenter les quotas de pêche de thon obèse… sans en avoir l'air. C'est en tout cas l'analyse de plusieurs ONG de défense de l'environnement. En novembre, le service national des pêches maritimes a créé un quota spécial pour les bateaux de pêche sous pavillon américain, en plus du quota pour les bateaux des territoires américains du Pacifique. En clair, cela a double les quotas de prises de thon obèse, affirment plusieurs associations.
 
26 novembre - Vanuatu : 16 députés ont été suspendus car ils sont soupçonnés de corruption. Selon le gouvernement, ils auraient touché chacun environ 10 000 dollars provenant d'un fond géré par l'ancien Premier ministre Moana Carcasses, aujourd'hui chef de l'opposition. Il s'agissait d'un prêt privé, selon l'opposition. Mais le gouvernement affirme que ces 10 000 dollars, c'était un cadeau pour inciter les députés à voter une motion de censure.

27 novembre - Australie : les tortues et les dugongs meurent toujours de fin dans le nord du Queensland. Le cyclone Larry en 2006, puis le cyclone Yasi en 2011 et les inondations de Brisbane en janvier 2011 ont détruit les prairies sous-marines. Les tortues et dugongs n'ont donc plus grand-chose à manger. Selon les chercheurs de l'Université James Cook, depuis 2010 plus de 5000 tortues et 350 dugongs ont échoué sur les plages du Queensland, mourant de faim ou déjà morts. Ils ont réalisé des autopsies qui confirment la malnutrition.
 - Kiribati : le gouvernement annonce l'interdiction totale de la pêche commerciale dans l'aire marine protégée des îles Phoenix. Il s'agit de la réserve marine la plus grande au monde. Elle s'étend sur plus de 408 000 kilomètres carrés d'océan et est classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. Au 1er janvier 2015, ce sera chose faite, avec une interdiction totale de la pêche commerciale dans l'aire marine. Mais les bateaux continuent de pêcher dans la réserve marine car actuellement, Kiribati ne dispose que d'un bateau pour patrouiller la zone et traquer les braconniers. Il y a en aura 10 d'ici 2017, dit-on.

29 novembre - La normalisation des relations entre l'Australie et Fidji se poursuit. Les relations diplomatiques entre les deux pays étaient suspendues depuis cinq ans, depuis l'expulsion de l'ambassadeur australien James Batley par Franck Bainimarama. 

avec  Radio Australie


 

 

Ismael Patu-Huukena, un Marquisien vivant en France,
a nagé par étapes de Huahine à Maupiti afin de trouver le financement pour naviguer de France à Tahiti
sur une pirogue qu’il a construite. (Ph. DR)


Temoo Tamaititahio devient champion d’Europe UBO, malgré lui. Le champion de boxe en titre, Zoltan Petranyi, 49 ans,
ne se présenta pas au combat, prétextant une mauvaise qualité du ring.  (ph. Tahiti Infos)


Le voilier Wind Spirit revient se baser à Tahiti.


Kaela Hugon, 20 ans, originaire de Moorea,
a été élu(e) Miss Vahine-Tane 2014. (Ph. DR)


Après leur victoire à Molokai (Hawaii), les piroguiers
de l’équipe d’EDT Va’a ont aussi remporté la grande  course Hawaiki Nui Va’a. Photo W. Bringold.



 DECEDE

“Papa Mape”, grande mémoire  de la culture, des us et du savoir-faire tahitien,
à l’âge  de 82 ans,  à Moorea. (ph. arch. TPM)