N° 283, mars 2015


­­

 


 4    Grosse tête
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 9    Confidences
10    Flosse soigne sa communication
12    Humour
13    Baromètre
14    Disparition
15    Historique de la démographie
19    BD Douce vie...
20    Schyzophrénie ?
22    Hina Rapa
23    Iaorana de Simone
25    The Best of LoLo
26    Encore du courrier
27    Tableau Gauguin
29    Etat associé et/ou pays associé
32    Nouvel an chinois
34    Humour   
35     Missionnaires catholiques
42    Nouvelle : Te Arii Vahine (Princesse)
48    Les événements du Pacifique en février
49    Les événements de Tahiti en février
50    Balises des îles­­







HUMOUR


 

 

 

Ô Tahiti, éternel rêve...

Ayant perdu ses investisseurs chinois pour le mégaprojet Mahana Beach, le gouvernement de la Polynésie française publiait fin janvier un « appel à manifestation d'intérêt » dans la presse économique internationale pour tenter de raviver l’intérêt pour ce mégaprojet qui avait été annoncé démarrer à la fin 2014. Pour mieux comprendre l’ampleur de la bêtise d’avoir froissé les investisseurs chinois, il faut savoir que la Chine vit présentement une frénésie d’investissements et de construction. Rien qu’en 2014, ce pays a construit et terminé 58 gratte-ciel de plus de 200 mètres de haut, soit 63% du total mondial (comparé aux trois en Europe et six aux Etats-Unis).
A Tahiti, pour l’instant, à part la destruction à grands frais de l’ancien hôtel Maeva Beach (pourtant un bâtiment encore structurellement sain) aucune suite concrète n’est apparue, aucun contrat n’a été signé. Comment a-t-on pu refuser la proposition « béton » de Chinois pour préférer un projet “peut-être” du groupe hawaiien ?
Pas si “peut-être” que ça, puisqu’une semaine après « l’appel à manifestation d’intérêt » (d’ailleurs traduit et publié dans un anglais d’écolier) le Group 70 international,  dont la proposition avait été retenue par le jury chargé de la sélection du projet de Tahiti Mahana Beach en juillet dernier, annonçait avoir réuni un consortium d'investisseurs anglo-saxon, chinois, mexicain et polynésiens (l’un des leaders mondiaux anglo-saxon en conseils immobiliers et en investissement, des développeurs chinois, le groupe Aquakita basé au Mexique et des groupes polynésiens) prêts à sortir un total de 3 milliards de dollars (300 Mds Fcfp) pour la réalisation du projet touristique Tahiti Mahana Beach. Maintenant, il faudra attendre fin mars, c’est-à-dire la fin de l’appel à intérêt, pour avoir plus de détails.

Par contre, ce qui étonne est la présence du groupe mexicain Aquakita, un développeur de parcs aquatiques constitués de toboggans et de piscines, les toboggans étant essentiellement des tuyaux en plastique. Avant même l’annonce du Group 70 international, son représentant avait dévoilé à Tahiti-infos vouloir racheter l’ancien hôtel Tahara’a (propriété de Flosse) pour y construire son aquaparc, un investissement annoncé à 7 milliards Fcfp (62 M€).
Est-ce vraiment réaliste ? Oui, de tels aquaparcs existent en Europe et aux Amériques, mais comme tant d’autres parcs de loisirs, ils sont généralement situés à proximité de grands centres urbains comptant des millions, voire des dizaine de millions d’habitants, qui peuvent fournir une clientèle suffisante pour rentabiliser l’opération, comme pour les parcs à thème genre Disneyland ou Asterix. Mais comment alors faire tourner une telle entreprise avec seulement 190 000 habitants sur Tahiti-Moorea ? Après avoir descendu le tube une dizaine de fois, les jeunes auront compris et n’y reviendront peut-être qu’une fois par an, et seulement s’ils en ont les moyens car l’entrée pour de tels parcs est fort chère (30 à 50 € en Europe).
Mais, me direz-vous, il y a les touristes qui vont en raffoler ! Ah oui ? Venir de 10 000 ou 20 000 kilomètres pour trouver le même toboggan ou la même piscine javellisée que dans leur banlieue devrait les séduire ? Bien qu’ils ne soient actuellement que 125 000 par an qui arrivent par avion (2400 par semaine, soit 340 par jour), ils ne viennent pas à Tahiti pour se baigner dans une piscine, mais dans nos lagons aux couleurs émeraudes et, si possible, loin de la foule. En plus, nos touristes se composent essentiellement de deux catégories : les lunes de miel et les retraités. Les familles sont plutôt rares à cause de nos prix, avion comme logement. Or la clientèle des parcs aquatiques, ce sont des familles qui cherchent un endroit où les enfants peuvent se défouler en sécurité, ce ne sont certainement pas les papys et mamies à la retraite, et encore moins les 35 000 croisiéristes (chiffre 2014) qui ont juste le temps de faire un tour de l’île en bus et à la hussarde et qui plus est ont leur piscine à bord. Et même si le nombre de nos touristes triplait, cela ne changerait rien à cette donne plutôt maigre. Franchement, on ne sait pas qui a fait le plan d’exploitation de cet aquaparc, mais il serait intéressant de savoir comment les promoteurs espèrent rentabiliser un investissement de 7 milliards avec si peu de clientèle. A moins que ce ne soit encore une opération plutôt de défiscalisation que de tourisme.
Il serait intéressant de faire un bilan de tous les projets pour nos îles annoncés avec fanfare et qui ont ensuite sombré dans l’oubli. Comme me disait il y a 25 ans un responsable de Tahiti Tourisme (ça s’appelait alors l’Opatti), « Ne t’emballe pas, Alex, si tous les projets annoncés avaient été réalisés, Tahiti aurait coulé sous leur poids ». 

En vous souhaitant plein de patience en attendant la mise en route et surtout les inaugurations de tous ces magnifiques projets, bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 1er février - 12e édition du Festival international du film documentaire océanien (Fifo) à la maison de la culture de Papeete, présidé par le réalisateur Jan Kounen.
- Faute de denrées alimentaires, les sept boutiques de la Croix Rouge de Tahiti, Moorea et Raiatea ferment provisoirement leurs portes.

4 février - Tahiti Mahana Beach : le Groupe 70 International annonce avoir réuni 300 milliards Fcfp pour financer le projet. 

5 février - L'assemblée valide l'augmentation d'indemnité du président  Edouard Fritch. Il touchera dorénavant la même somme que ses ministres, soit 680 000 Fcfp par mois.
- Charles Villierme perd la présidence de la Fédération internationale de Vaa.

6 février - Les élections sénatoriales en Polynésie sont annulées. Teura Iriti et Vincent Dubois sont privés de leurs sièges parlementaires. Le Conseil constitutionnel a donné raison à Tauhiti Nena, Sylviane Terooatea et Christian Vernaudon qui avaient déposé un recours dénonçant des irrégularités dans le scrutin du 28 septembre dernier. Ce jour-là, 400 personnes, dont des membres du collège électoral, se rendaient en cortège conduit par Gaston Flosse aux trois bureaux de vote. Beaucoup sont habillés au couleur du parti. Le conseil constitutionnel conclut à une manœuvre pour faire pression sur les électeurs.
- Ouverture du 14e salon du tourisme.
- Le tribunal administratif rejette la requête de Bruno Sandras, ancien maire de Papara déclaré inéligible (affaire des emplois fictifs). Bruno Sandras s'opposait à une décision de le radier de l'administration de la Polynésie française.
- Fifo 2015 : le documentaire australien Tender, de Lynett Wallworth, remporte le grand prix. Le prix du public est attribué à Kumu Hina du réalisateur hawaiien Dean Hamer.
 
7 février - Une marche citoyenne contre une éventuelle modification du statut du “pé’i” par le Tahoeraa rassemble une poignée de manifestants.

10 février - Sénatoriales : malgré la demande d’une quinzaine d’élus et de membres du gouvernement de reporter le grand conseil du Tahoeraa, celui-ci a lieu au domicile de Gaston Flosse et valide les candidature de Vincent Dubois et Teura Iriti pour les prochaines élections.
Du côté de l’UPLD, les candidats sont Richard Tuheiava et Tauhiti Nena. 
- Le nouveau contrat de projet Etat/Polynésie française pour la période 2015/2020 porte sur un volume total de projets d'environ 50 milliards de Fcfp. La première convention concerne le financement de projets relevant des compétences du pays (environ 38 milliards Fcfp), l’autre est relative au financement de projets communaux (environ 12 milliards Fcfp).

11 février - La Cour des comptes pointe du doigt les sur-rémunérations des fonctionnaires en outremer demandant une “refonte du système”, affirmant que “ses justifications ont perdu pour partie de leur pertinence”. Dans une collectivités d'outre-mer (COM) comme la Polynésie française, un “complément spécial” majore le traitement de base de 65% à 108% selon les cas et il s'y ajoute une "indemnité d'éloignement".
- Cinq Polynésiens figurent parmi les dizaines de milliers de contribuables ayant profité du système d’évasion fiscale impliquant la filiale suisse du groupe bancaire britannique HSBC.
- Ouverture du salon de la bijouterie d’art polynésien à l’assemblée.

12 février - Grève au CHPF. Les praticiens s’opposent à la baisse de la dotation globale de fonctionnement de l’établissement.
- La réserve parlementaire des députés en 2014 est rendue publique par l'Assemblée nationale. Les députés polynésiens de 2014 (Jean-Paul Tuaiva, Jonas Tahuaitu et Edouard Fritch) ont réparti chacun plus de 15 millions de Fcfp entre des associations. Jean-Paul Tuaiva a choisi Team Lead pour empocher plus de 10 millions de Fcfp de subvention, soit plus de 60% de son enveloppe globale. Les proches de l'association soutiennent que celle-ci est en sommeil depuis deux ans.

15 février - Projet Mahana Beach : six investisseurs seraient intéressés par le financement, la réalisation et l’exploitation du futur complexe touristique. Un habitant de Tahiti a déposé la marque « Mahana Beach » à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI).

16 février - Fin de la grève au CHPF.
- Décès du chanteur Barthélémy à 59 ans.
- Volet financier de l’affaire des emplois fictifs : le Conseil d’État rejette la demande de  Gaston Flosse et d’anciens collaborateurs, refusant de reconnaître une “utilité publique” aux dépenses (231 millions Fcfp) engagées par le gouvernement Flosse entre 1996 et 2004. Au tour de la Cour des comptes de se prononcer sur ce volet financier. Les requérants pourraient être amenés à rembourser ces dépenses.

17 février - Le maire de Rangiroa, Teina Maraeura, et son épouse comparaissent devant le tribunal correctionnel dans une affaire de détournement de fonds public et prise illégale d’intérêt.

18 février - La commune de Pirae organise des “jeux sans frontières”.

19 février - Motion de censure en métropole : les députés Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva soutiennent le gouvernement de Manuel Valls.

20 février - Rencontre à l’assemblée entre Edouard Fritch, Gaston Flosse, les membres du gouvernement et les élus Tahoeraa.
- La fondation américaine Pew donne une conférence sur l'état des lieux de l'environnement marin des Australes.

21 février - 40 kite-surfeurs parcourent 45 km entre Tahiti et Moorea.
- Les spécialistes des langues polynésiennes réunis en séminaire à la maison de la culture dressent un constat unanime et alarmant : les langues locales sont de moins en moins parlées.
- Rémy-Louis Budoc, représentant du Conseil économique, social et environnemental de la République, est en PF pour une mission sur les  ports en outre-mer.
- Arrivée de près de 300 passagers d’un vol charter direct Pékin - Papeete à l'occasion du nouvel an chinois.

22 février -Arrivée du président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas, en mission sur le territoire pour évaluer et superviser la réalité du transfert des compétences, 11 ans après le statut de 2004.

23 février - Elections sénatoriales : Edouard Fritch propose les candidatures de Nuihau Laurey et Lana Tetuanui.
- Air Tahiti Nui choisit Boeing pour renouveler sa flotte. Le modèle d'avion choisi est le 787 Dreamliner, moins gourmand en carburant.
- Pour Jean-Jacques Urvoas (président de la commission des lois de l’Assemblée nationale) la refonte du statut du « pé’i » n'est pas « prioritaire, bien moins que l'intérêt des Polynésiens ». Concernant d’éventuels nouveaux transferts de compétences « ce n'est pas forcément la solution », a expliqué Jean-Jacques Urvoas, citant le secteur de l'éducation que le « pé’i » n'est pas parvenu à redresser.

24 février - Publication sur Internet du premier atlas des langues polynésiennes.

25 février - Lancement des travaux de l'Oden (Observatoire de l'économie numérique).
- A Hao (Tuamotu), 21 000 tonnes de terres polluées au plomb et aux hydrocarbures vont être déplacées du site des futures fermes aquacoles vers un terrain privé loué par l'armée.
- Le président de la commission des lois de l'Assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas, se rend au centre pénitentiaire de Nuutania.

26 février - Audience sur les intérêts civils dans l'affaire du crash de l'avion de la compagnie Air Moorea le 9 août 2007. Les proches des victimes réclament 2,4 milliards Fcfp de préjudice moral. 
- Le procès en appel de l’affaire de l’atoll Anuanuraro aura lieu en novembre 2015. Dans cette affaire de détournement de fonds publics, l'ex-président, Gaston Flosse, l'homme d'affaires Robert Wan, ainsi que les quatre autres prévenus avaient été relaxés en septembre 2014.
- Ouverture du 8e Tahiti Festival Guitare.

27 février - Joinville Pomare veut mettre en place un sénat coutumier. 

28 février - Coup de filet à Outumaoro : quatre frères sont en garde à vue pour vol à main armée.
- 150e anniversaire de l'arrivée des premiers Chinois venus travailler dans les plantations.

 Juliette Doucet

Evénements dans le Pacifique Sud

  2 février - En Papouasie Nouvelle-Guinée, trois ans après le naufrage du Rabaul Queen, justice n'a toujours pas été rendue. Le ferry, très vétuste, a chaviré au large de la côte est de la Papouasie Nouvelle-Guinée, le 2 février 2012. Bilan : 173 morts.
- La Nouvelle-Zélande a lancé son programme de recrutement d'ouvriers agricoles à Fidji. Les 30 premiers saisonniers fidjiens arriveront en Nouvelle-Zélande d'ici la fin février
- Effet positif de la démocratisation de Fidji : la Banque mondiale reprend ses programmes. Elle pourrait débloquer une enveloppe de 100 millions de dollars américains pour aider au développement du pays. La moitié de la somme devrait être consacrée à l'amélioration des transports à Fidji.
- Au Samoa, les parents d'élèves menacent de poursuivre en justice… le ministre de l'Éducation pour avoir trop relevé le niveau des épreuves de maths au bac. 70% des lycéens ont échoué.
4 février - PNG : lL'agence anti-corruption a moins d'argent que la fanfare de la police. Créée en 2011, l'agence anti-corruption du pays fait aujourd'hui face à de grandes difficultés financières. En juin dernier, l'agence a déclenché des poursuites contre le Premier ministre Peter O'Neill, l'accusant d'avoir détourné de l'argent public pour payer son cabinet d'avocats. O’Neill avait alors fait dissoudre l'agence, mais les juges de la Cour nationale l'ont rétablie une semaine plus tard.
5 février - L'Union européenne accorde une subvention de 23 millions d'euros à Kiribati, une somme destinée au développement de Christmas Island. Cet atoll représente plus de 70% de la surface totale de l'archipel, mais il est pratiquement inhabité.
8 février - Le très controversé biréacteur Xian MA60 est cloué au sol aux îles Tonga. Cet avion, offert en signe d'amitié par le gouvernement chinois, est considéré comme un appareil très dangereux. Il n'a pas la certification requise pour effectuer des vols en Nouvelle-Zélande, notamment.
9 février - Le salaire minimum revu à la hausse aux Îles Fidji. Début juillet, il passera de 2 dollars fidjiens (100 Fcfp) à 2,32 dollars  (116 Fcfp) de l'heure. Une augmentation trop faible, dénoncent les syndicats.
- Une première aux Îles Tonga : le roi a nommé un roturier au poste de gouverneur de la province de Ha'apai. Depuis 2010, Tonga est une monarchie constitutionnelle, avec la possibilité pour les citoyens non nobles d'accéder à des postes de responsabilité.
12 février - Aux Îles Fidji, huit policiers et un militaire sont accusés d'avoir violé et tué Vilikesa Soko, lors d'une garde à vue, en août dernier. Cet homme de 30 ans était soupçonné d'avoir commis un vol.
- Les Fidji sont déterminées à avoir leur casino. Les investisseurs de l'entreprise One Hundred Sands avaient remporté l'appel d'offres en 2011 pour ouvrir le tout premier établissement de jeux du pays, mais ils viennent de perdre leur licence, faute d'avoir pu réaliser le projet. Le gouvernement Bainimarama ne renonce pas pour autant, et réaffirme sa volonté de construire un casino aux Fidji, malgré l'opposition de l'Église.
- Tonga : plus d'un an après le passage ravageur du cyclone Ian, 80% des personnes touchées vivent toujours dans des tentes. La Croix-Rouge avait commencé à construire des maisons temporaires, l'an dernier, mais le gouvernement lui a demandé d'arrêter, préférant se concentrer sur des maisons durables. Des problèmes légaux concernant la propriété des terres retardent l’opération.
16 février - Soane Patita Paini Mafi est le premier cardinal de l'histoire de Tonga intronisé par le Saint-Père. Le Roi Tupou VI [chef de l’église méthodiste de Tonga], la Reine Nanasipau'u et 200 autres Tongiens ont fait le voyage à Rome pour assister à la cérémonie.
17 février - Le Japon sollicite le gouvernement de Palau pour retrouver une fosse commune. Environ 10 200 soldats de l'armée imperial japonaise ont été tués lors d'une bataille contre les Américains en septembre 1944. 2600 corps n'ont jamais été retrouvés.
20 février - À Kiribati, la moitié de la population est infectée par le chikungunya.
23 février 2015 - Papouasie Nouvelle-Guinée : les entreprises aux indigènes ! Enfin, celles dont le capital est inférieur à 5000 dollars australiens. Désormais les étrangers n'auront plus le droit de créer leur petite ou moyenne entreprise en Papouasie Nouvelle-Guinée. Ceux qui arrivent avec plus de 5000 dollars de capital n'auront pas le droit d'ouvrir des échoppes de restauration rapide ou de petits magasins. Ces activités seront réservées aux Papous. Ce sont en particulier les asiatiques qui vont faire les frais de ces nouvelles dispositions. En Papouasie Nouvelle-Guinée, 90% des entreprises du pays sont aux mains d'étrangers.
- Le nombre de touristes chinois a augmenté à Fidji : 28 000 en 2014, soit 4000 de plus qu'en 2008.
24 février - Plus de 40 jeunes de 15 pays du Pacifique étaient réunis à Fidji pour s'attaquer à un vaste sujet : la corruption, et ses effets dévastateurs sur la société. La rencontre est organisée par les Nations unies.
- Tonga présent aux championnats du monde de ski nordique à Falun, en Suède ! Makeleta Piukala Stephan a participé au sprint nordique. Elle est arrivée 93e sur 95.
25 février - Vanuatu : alerte face au réveil du volcan d'Ambrym. Le risque de coulées de lave reste modéré, voire faible, selon une équipe de volcanologues, qui s'est rendue sur l'île. Le volcan d'Ambrym fait 50 km de long, sur 35 km de large, et est considéré comme l'un des plus actifs au monde.
26 février - Samoa accueille une conférence sur le rôle grandissant de la Chine dans la région, en se penchant sur les opportunités, mais aussi les difficultés qui vont avec.
- La Papouasie-Nouvelle-Guinée est le pays le plus obsédé du monde, à en croire le moteur de recherche de Google. Les mots « porn » et « pornography » arrivent en effet en tête des demandes des internautes de ce pays très chrétien.
 - Les Néo-Zélandais vont bientôt pouvoir passer leur retraite aux Îles Cook, à Niue, ou encore à Tokelau, tout en continuant à toucher leurs pensions.
- Les Tongiens vont bénéficier d'un jour férié en plus, cette année : le 2 mars. Décision du gouvernement, qui souhaite ainsi saluer la nomination de Soane Patita Mafi au Collège des cardinaux de l'Église catholique.
27 février - Chuuk reporte indéfiniment le vote sur l'indépendance. C'est l'un des quatre États Fédérés de Micronésie, qui projetait de faire sécession. Les habitants espèrent conclure avec le gouvernement américain des accords bilatéraux plus rémunérateurs, une fois devenus indépendants.

avec Caroline LAFARGUE
 Radio Australie




Monseigneur Soane Patita Paini Mafi, archevêque des îles Tonga, un frère mariste formé à l’école des Jésuites, a été intronisé cardinal par le pape François. Âgé de 53 ans, Patita Mafi est le plus jeune membre du Collège des cardinaux. 15% des 100 000 habitants de Tonga sont catholiques.
(Ph. DR.)




La top model australienne Miranda Kerr a passé quelques jours de vacances avec son fils de 4 ans
et des copines à Moorea. (Ph. DR)




Joli salon Te Rara’a qui a accueilli une vingtaine d’artisans originaires des îles Australes 
spécialisés principalement dans la vannerie.
Ph. Werner Bringold



Comme chaque année, l’OPT de Tahiti sort un timbre pour le Nouvel an chinois, question de tradition
et de booster les ventes. Ph. Werner Bringold



Le paquebot Peace Boat, opéré par une ONG japonaise, fait de  fréquentes escales à Tahiti car le territoire a été le site de fréquents essais nucléaires. “Grâce à̀ des programmes d'échanges et des  projets de commerce équitable, Peace Boat cherche à soutenir  ces communautés et à présenter une réalité différente et une  nouvelle vision de ce Paradis du Pacifique Sud”, dit la brochure. Les essais nucléaires qui nous amène des touristes, qui l’aurait cru ?
 Ph. Werner Bringold




DECEDE :  Exalt HOPU, champion de golf tahitien, à l’âge de 80 ans à Laval (Mayenne) où il avait déménagé  à la fin des années 1980, à la demande du grand champion de golf français Christian Cévaër, pour devenir un professeur de golf légendaire.  (Ph. DR)

 

Le chanteur, auteur-compositeur et musicien pa’umotu, Barthélémy Arakino, est décédé à l’âge de 59 ans à la suite d’une insuffisance respiratoire. En novembre 2014, il avait été hospitalisé à l’hôpital de Taaone et avait été plongé dans le coma suite à des complications liées au chikungunya. (Ph. W. Bringold)